Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Vaste opération de manipulation.

 

Au moment où des dizaines de milliers de travailleurs décident d’engager la lutte comme à la RATP, EDF, chez les cheminots, dans de nombreux secteurs d’industrie, chez les retraités en action le 8 octobre, le gouvernement engage une vaste opération avec l’aide de tous ses outils de propagande pour justifier le bien-fondé des « réformes » en cours ou à venir dont le but est de supprimer tous repères collectifs, toute solidarité contenue dans les accords et acquis sociaux comme la retraite, la Sécurité Sociale, la santé, les salaires et pensions, les indemnités chômage, le logement, le code du travail…

 

C’est à une véritable transformation de la société (réclamée par le Medef) à laquelle Macron s’attelle.
Cela ne se fait pas sans résistance, l’exercice est difficile car les luttes, le mécontentement ne faiblissent pas, au contraire l’idée de faire converger, d’unifier ces luttes commence à grandir.


Pour tenter d’éviter cette possible convergence, le pouvoir engage toutes ses forces dans une vaste opération de manipulation de l’opinion afin de faire croire qu’il n’y a pas d’autre solution à la situation présente.


Déclarer que la réforme de la santé consiste à « préserver l’hôpital public » est une vaste fumisterie, dire que la réforme de la retraite c’est mettre les retraités « sur le même pied d’égalité » en est une autre, idem pour ce qui concerne la Sécurité Sociale dont la réforme consiste selon Macron à « garantir le système social français ».


Le pouvoir ne peut nier ou dévoyer très longtemps la situation concrète vécue par la population : accès à la santé, salaires et pensions bloqués, accès au logement, à la retraite, aux services publics, à un véritable emploi garanti, aux allocations sociales rendues de plus en plus difficile…


Les discours et les « grands débats » initiés par Macron et toute sa clique ne suffisent pas à masquer les difficultés.


D’autant que cette politique ne va pas s’arrêter :


Buzyn insiste sur la nécessité de réaliser de nouvelles « économies » sur la santé, autrement dit, continuer à supprimer des services, des lits d’hôpitaux, pour rentabiliser la santé devenue marchandise et donc source de profits nouveaux. Tout cela s’accompagne évidemment d’une privatisation larvée de l’ensemble des services de santé.


EDF vient d’annoncer des coûts supplémentaires liés à la fabrication de l’EPR de Flamanville, l’origine de ces difficultés n’est pas évoquée, par contre la campagne menée vise à masquer l’abandon de la filière nucléaire et l’augmentation du prix de l’électricité qui va exploser. La lutte importante des travailleurs d’EDF empêche pour l’instant le démantèlement de l’entreprise, comme c’est le cas à la SNCF ou à La Poste.


Cette politique de vise qu’une chose, satisfaire les exigences capitalistes : faire du profit, toujours plus et toujours plus vite. Pour y parvenir, il faut soumettre tous les secteurs de la vie économique et sociale à ce but.


Le budget 2020 prévoit 13 milliards de baisses d’impôts pour les entreprises d’ici la fin du quinquenat. C’est un budget construit uniquement pour satisfaire les appétits capitalistes.


La lutte des classes n’est pas une vue d’esprit, c’est une réalité à laquelle il faut prendre part sans retenue. C’est notre raison d’être.

 

SOURCE:

 

Commenter cet article