Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

 

Bien sûr la première pensée qui vient à l’esprit c’est celle de ces familles qui pleurent un proche, arraché jeune à la vie. Le fait que ces hommes soient volontaires n’enlève rien à l’émotion et au sentiment de révolte que l’on peut ressentir face à la barbarie de la guerre. Pour autant peut-on dire que ces hommes sont morts pour la France comme se plaisent à le répéter les politiques qui nous gouvernent rejoints en cela par nombre de membres de l’opposition qui retrouvent en la circonstance des élans d’union sacrée ?

Non ces hommes ne sont pas morts pour la France ou alors pour celle des riches qui veulent continuer à piller l’Afrique en toute tranquillité. Car la France envoie son armée pour soi-disant combattre le terrorisme au Mali, alors que dans le même temps elle continue de piller les richesses et de contrôler l’économie du mali grâce au franc cfa, ce qui favorise justement l’émergence de groupes terroristes qu’elle a elle-même contribué à créer.

L’argument de la lutte contre le terrorisme ne tient pas pour au moins quatre raisons :

->D’abord une raison de droit international. Le Mali est un pays souverain et en quoi la France serait-elle plus qualifiée que l’ONU pour décider des formes d’intervention qu’il y a lieu d’avoir pour que cet état fasse respecter sa souveraineté ? Si intervention il doit y avoir cela ne peut être que celle d’une force sous commandement de l’ONU et de l’UNION AFRICAINE en accord et à la demande des États de la Région.

->Ensuite il y a une raison de sécurité. S’il y a effectivement danger terroriste le fait que ce soit l’armée française seule qui soit en première ligne de ce combat expose particulièrement la population de notre pays aux attaques de ceux que le gouvernement français combat et à leurs soutiens ailleurs dans le monde.

->Seul le peuple malien est qualifié pour choisir démocratiquement son avenir. Contrairement aux assertions du président français, l’intervention étrangère n’a pas éradiqué le djihadisme, mais a au contraire nourri l’intégrisme, et les trafics d’armes, de drogue et d’hommes, qui alimentent les groupes djihadistes.

->Enfin d’un point de vue militaire même, le fait qu’après des mois de combats, dans un pays que la presse, toujours complaisante, présente comme une zone grande comme l’Europe (sic !) l’armée d’un des pays les plus riches et les mieux armés du monde ne soit pas venue à bout de quelques centaines de combattants montre toute l’inanité de cette guerre qui ne dit pas nom.

Le camp progressiste s’honorerait à réclamer fermement et à agir pour le retrait des troupes françaises d’Afrique, l’arrêt du pillage de ses richesses et le recours à l’ONU pour aider à ce qu’enfin revienne la paix sur ce continent qui a besoin de tout, sauf des armes.

Mercredi 27 novembre 2019 

par l’ ANC (Association Nationale des Communistes)

 

SOURCE :

Commenter cet article