Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

On l’avait oubliée, mais elle est toujours là. Depuis le début de la grève, on peut voir s’étaler dans les médias et dans les réseaux sociaux cette bonne vieille haine de classe. Celle d’une bourgeoisie et des classes intermédiaires gavées qui du haut de leur vertu supposée dénoncent les « privilèges » des autres. Il paraît, voyez-vous, que notre système de retraites est « injuste », permettant à certains de partir plus tôt et avec une meilleure pension, alors que d’autres qui soi-disant « font le même travail » partent plus tard avec des pensions plus faibles. Parle-t-on des « retraites chapeau » et autres « parachutes dorés » des cadres supérieurs des entreprises ? Non, bien sur que non. Ces privilèges scandaleux, sont ceux des gens qui conduisent des trains, qui soignent les malades, qui enseignent à nos enfants, qui produisent jour et nuit notre électricité.

On pourrait longuement broder sur l’indignation sélective de ces couches sociales. Car dans l’ordre de l’injustice, il y en a de bien plus criantes et qu’il serait prioritaire d’abolir. Tiens, par exemple, est-il juste qu’une personne, par le seul fait d’être née avec une cuillère d’argent dans la bouche, puisse vivre une existence de luxe et passer cette possibilité à ses successeurs, alors que celui qui naît dans un foyer modeste doit se contenter d’une vie misérable, et passera lui aussi cette vie à ses enfants ? L’héritage n’est-il pas la manifestation d’une injustice infiniment plus scandaleuse que n’importe quel privilège de régime de retraite ? Et pourtant, personne – à droite comme à gauche – n’a l’air de s’en préoccuper. L’héritage, qui est de toutes les injustices la plus criante, la plus absurde, est devenu intangible.

LIRE LA SUITE :

Commenter cet article

Richard PALAO 15/12/2019 14:22

Ambroise CROIZAT et le CNR avait pour ambition de creer un systeme de securite sociale unique , universel, solidaire et democratique , ces principes devaient s appliquer a tous les risques : maladie, famille, retraite. Pour la retraite la loi du 22 mai 1946 portait creation d un systeme unique et universel par l integration dans le regime general de tous les regimes existants y compris les regimes speciaux et afin que les ressortissants de ces regimes conservent les avantages lies a leur metier et leur statut , cette integration devait etre progressive avec un alignement sur les regimes les plus avantageux et au fur et a mesure de l evolution positive du PIB .
il est donc possible de creer un systeme universel compose de plusieurs regimes prenant en compte la diversite des metiers car systeme unique et universel ne signifie pas regime unique et retraite unique . Un systeme universel signifie une caisse unique , une tresorerie unique qui encaisse les cotisations et paient les retraites tout en assurant une solidarite entre les regimes sous le controle des beneficiaires , soit le contraire du systeme actuel avec ses 42 regimes inegalitaires geres en toute opacite par le pouvoir qui par exemple comble le deficit des 26 regimes de non salaries ( aux mains du patronat ) en puisant dans les caisses des regimes de salaries ...systeme defendu par la direction de la CGT qui trahit donc les ideaux et les principes du programme du CNR