Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Image d'illustration

FESSENHEIM : QUELS EMPLOIS DEMAIN ?

 

La fermeture anticipée de la Centrale de Fessenheim scandalise toujours autant les 220 000 salariés de la filière nucléaire française. C’est toujours zéro argument industriel, social et environnemental pour essayer de vaguement justifier cette scandaleuse décision résultant d’un accord EELV/PS en amont des présidentielles de 2012.

 

Sur le front de l’emploi régional, les gouvernements successifs ont vainement tenté de rassurer salariés et élus locaux en prétendant préserver les 850 postes à EDF et les 250 chez les prestataires, qui en induisent 3 à 4 fois plus dans les services et le commerce. Une reconversion exemplaire qui, annonce après annonce, se transforme en désillusion exemplaire !

 

Après l’épisode Tesla qui a décidé in fine de produire en Allemagne son usine de batteries, c’est par la voix de Madame la Ministre de la Transition Écologique et Solidaire que le projet de Technocentre est mis sur une voie de garage. Outre les 150 emplois directs qui devaient être créés in situ, le procédé mis en œuvre prévoyait de reconditionner les composants métalliques issus de la déconstruction de centrales afin de mieux valoriser les déchets industriels et donc de faire la démonstration de l’économie circulaire du nucléaire.

 

Ce défaut d’engagement de l’Etat dans la structuration de la filière du démantèlement brise le mythe d’un secteur pourvoyeur d’emplois qualifiés pour salariés en reconversion professionnelle.

 

Le souvenir de Creys-Malville reste tenace dans la tête des salariés du secteur. La fermeture de cette dernière, devenue un enjeu politique, a généré un véritable gâchis, l’activité économique sur le site est depuis moribonde.

 

Et en même temps le décret sur la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) et le Schéma National Bas Carbone (SNBC), en cours de consultations publiques, prévoient la fermeture à court terme de moyens pilotables d'électricité… Concrètement c’est la fermeture des centrales à charbon d'ici 2022, dont celle du Havre anticipée à 2021 par décision d’entreprise et aussi l’arrêt de 12 réacteurs nucléaires supplémentaires entre 2028 et 2035. Avec l’aval explicite de la direction d’EDF qui a nommé les sites cibles, toujours plus prompte à peser sur de nouvelles mesures de dérégulation du secteur de l’électricité qu’à répondre aux besoins exprimés par la nation.

 

La FNME CGT rappelle que le mix électrique de production est et doit rester au service de l'intérêt général : coût de production compétitif, fourniture de qualité et réponse aux enjeux de la lutte contre le dérèglement climatique en étant faiblement émetteur de CO2. Ce mix performant demeure toujours un levier de localisation des industries !

 

Ces destructions massives d’emplois en perspective devront être assumées politiquement !

 

Pour la FNME CGT, il faut revenir à la mission première d'EDF : assurer le service public de l'électricité et garantir la sécurité d’approvisionnement.

 

La FNME CGT continuera à s’engager pour préserver une industrie nucléaire forte dans le pays, dans de bonnes conditions de sûreté et pour développer des emplois de qualité. Nos militants porteront, dans le cadre de la mission parlementaire d’information sur la fermeture de Fessenheim ou devant les citoyens, que la seule alternative crédible à la casse du service public de l’énergie, c’est l’exigence de placer ce secteur hautement stratégique sous maîtrise publique !

 

Le 12 février 2020

 

SOURCE :

VOIR ÉGALEMENT LE LIEN CI-DESSOUS:

Commenter cet article