Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Image d'illustration

Envoyés en Italie et réclamés en France par certains députés, les médecins cubains apportent leur pierre à l'édifice de la lutte contre le coronavirus. RT France revient sur l'histoire de la coopération médicale internationale de Cuba depuis 1963.


«Notre patrie est l’humanité et nous allons donc là où il faut aller : notre formation médicale n’est pas seulement scientifique mais liée à l’humanisme», a expliqué le docteur Carlos Ricardo Perez Diaz, en charge de l’expédition de médecins cubains qui a débarqué le 21 mars en Lombardie, région la plus touchée d'Italie par la pandémie de coronavirus. L'île socialiste caribéenne à la célèbre «Revolucion» se fait particulièrement remarquer en ces temps de pandémie. Pour aider l'Italie, isolée, à lutter contre ce fléau qui a déjà fait plusieurs milliers de morts, Cuba a répondu au SOS italien en dépêchant dans la botte de l'Europe, une équipe de 52 médecins et infirmiers expérimentés. Le 24 mars, on apprenait par ailleurs que des dizaines de députés français de tout bord demandaient au Premier ministre Edouard Philippe de solliciter l'aide cubaine, déployée dans plusieurs dizaines d'autres pays, afin de soutenir la France dans sa lutte contre la maladie.

 

Les dizaines de milliers de scientifiques que compte notre pays, ses médecins, ont été sensibilisés à l'idée de sauver des vies

Soft power cubain

 

Comment une petite île sous embargo économique étasunien depuis 1962 peut-elle aujourd'hui prétendre à assister le monde dans sa «guerre» contre une pandémie ? Se poser cette question c'est méconnaître l'un des héritages majeurs de la révolution cubaine de 1959, encore d'actualité aujourd'hui. Ainsi, la déclaration du docteur Perez Diaz en charge de la mission en Italie fait en réalité écho à celle du leader de la révolution cubaine, Fidel Castro, qui dans un discours à Buenos Aires, le 6 mai 2003, déclarait : «Notre pays ne largue pas des bombes sur d'autres peuples. [...] Notre pays ne possède pas d'arme nucléaire ni d'arme chimique ni d'armes biologiques. [...] Les dizaines de milliers de scientifiques que compte notre pays, ses médecins, ont été sensibilisés à l'idée de sauver des vies. Des dizaines de milliers de médecins cubains ont prêté leurs services internationalistes dans les endroits les plus reculés et les plus inhospitaliers.» Une conception du soft power à la cubaine, donc, qui ne date pas d'hier.

LIRE LA SUITE :

Commenter cet article