Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Samedi 14 mars 2020 à 16h

Bar-restaurant « Le Lieu-Dit »

6 rue Sorbier Paris 20ème
Métro Ménilmontant ou Gambetta

 

Café marxiste

 

La légende de l'alliance stalino-hitlérienne, août 1939 – juin 1941

 

À l'heure où le Parlement européen proclame l'équation nazisme=communisme, on nous certifie que le pacte de non-agression germano-soviétique, signé le 23 août 1939, fut une cause majeure, voire la cause, de la Deuxième Guerre mondiale.

 

Selon le bréviaire « européen », le fourbe Staline se serait entendu avec son allié Hitler, pour faire déferler la guerre sur le « monde occidental » et pouvoir à bref délai cueillir le fruit mûr d'une révolution bolchevique générale dans l'Europe ravagée. Il aurait partagé avec le IIIe Reich la Pologne martyre et honteusement annexé les États baltes. Il aurait gavé son complice des approvisionnements en matières premières qui seuls lui auraient permis de déclencher la guerre générale (1er septembre 1939) et de gagner la « guerre-éclair » (Blitzkrieg). C'est à un Staline sûr de la solidité de son alliance avec l'Allemagne nazie et négligeant toutes les mises en garde qu'Hitler aurait réservé la « surprise » de l'assaut du 22 juin 1941, qui aurait laissé hagard le « tyran rouge » pendant près de deux semaines...

 

Seule « l'alliance de revers » avait sauvé en 1914 la France dans son ensemble de l'invasion allemande. Quand la révolution bolchevique « ébranla le monde » capitaliste, les Occidentaux la boycottèrent, et ruinèrent, après avoir envahi et ravagé la Russie pendant trois ans de guerre, toutes les tentatives soviétiques de reconstituer cette alliance tripartite (France, Angleterre, Russie). Le sabotage « occidental » fut spectaculaire entre guerre d'Espagne, Anschluss, assassinat de la Tchécoslovaquie par les accords de Munich et « déclarations d'amitié » anglaise et française avec le Reich. Y tint sa part la « Pologne des colonels », complice ouverte depuis 1933, alliée formelle du Reich depuis la « déclaration de non-agression et d'amitié » du 26 janvier 1934, qu'une légende « européenne », à caution présidentielle, a transformée en victime de Staline…

 

Annie Lacroix-Riz, historienne,

auteure notamment de :

-Le Vatican, l'Europe et le Reich de la Première Guerre mondiale à la Guerre froide (1914-1955), Paris, Armand Colin, 2010.

-Le Choix de la défaite : les élites françaises dans les années 1930, Paris, Armand Colin, 2010.

-De Munich à Vichy, l'assassinat de la 3e République, 1938-1940, Paris, Armand Colin, 2008.

-Aux origines du carcan européen, 1900-1960. La France sous influence allemande et américaine, Paris, Delga-Le temps des cerises, réédition augmentée, 2016.

 

Commenter cet article

Daniel Cote 04/06/2020 00:27

Je doute que la majorité des gens disent que Hitler er Staline était copain/copain, c'est plutôt le contraire, les deux ne pouvaient pas de sentir, tout le monde sait cela.
Pourquoi l'entente ?
L'un et l'autre croyait duper l'autre et les deux voulaient gagner du temps...et que finalement, cela n'a fait que précipiter la guerre...
Pour le nazisme=communiste, il ne faut pas mêler les pinceaux mais par contre, ils avaient en commun d'être des dictatures!
Pour l'entente, l'