Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

L'affaire dite Benjamin Griveaux a certes fait couler beaucoup d'encre mais elle a également relancé le débat sur la soi-disante américanisation de la vie politique en France. Mythe ou réalité ?

 

L'analyse du consultant en stratégie Gilles Casanova:

L'élite Française se vit depuis des années comme l’élite d’un monde globalisé ne se reconnaissant plus comme l’élite de la France. Depuis la Révolution française elle craint son peuple, aujourd’hui elle le fuit.

 

Dans ce contexte, les Etats-Unis, empire dominant, qui détiennent le leadership apparaissent comme le modèle à suivre. Cette élite française qui se vit comme partie prenante de l’élite globale va donc importer dans son pays une série de modes et de schémas directement issus de la vision américaine, spécialement parmi cette part de l’élite qui se pense et se revendique « progressiste ». Ainsi ont essaimé les folies de la « gauche américaine » comme les gender studies et les divagations autour de l’intersectionnalité, c’est-à-dire le racisme à l’envers, toutes ces théories prônées dans les universités nord-américaines de la côte Est, où l’on propose jusqu’à 64 possibilités à l’exception « d’homme ou femme », pour indiquer votre sexe ou votre genre, le jour de l’inscription…

 

Dans le même esprit, porté par ce même goût de l’imitation de la gauche américaine, le puritanisme américain a fait son entrée en France, progressivement. Ainsi un jour la directrice de la rubrique «Politique» du Monde – quotidien engagé dans un européisme complet qui professe, comme les dirigeants de Bruxelles, que ce sont les traités qui font la politique à mener et que le vote des citoyens des divers pays de l’Union n’est qu’une indication de leur état d’esprit –, cette directrice publiera un article pour expliquer que l’électeur a besoin de connaître en détail la vie privée des personnes qui se présentent au suffrage universel, que ces détails sont des éléments déterminants pour juger et choisir. Elle proclamait ainsi son souhait de la fin de la politique, la fin de la prééminence absolue de l’orientation politique dans le choix des dirigeants. C’est bien naturel, si comme l’a dit monsieur Juncker aux électeurs grecs et italiens, ce sont les traités et eux seuls qui font la politique, et non les élections de chaque pays.

LIRE LA SUITE ICI

Commenter cet article