Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

La pandémie de coronavirus a commencé à révéler des différences marquées dans les réponses d'urgence des pays du monde entier. Les États-Unis ont maintenant le plus grand nombre de cas de COVID-19 au monde après une réponse lente et non coordonnée des gouvernements fédéral et des États. 

Les pénuries de ventilateurs, de lits de soins intensifs et d'équipements de protection individuelle ont mis la pression sur un système médical qui avait déjà du mal à répondre aux besoins de base. En particulier dans les zones rurales et les communautés de couleur, les fermetures d'hôpitaux et les pénuries de personnel et de financement ont mis beaucoup de personnes à risque élevé pour les ravages de COVID-19.

À Chicago, alors qu'environ 32% des habitants de la ville sont noirs, plus de 70% de ceux qui sont morts du virus sont noirs.

Des agents de l'immigration et des douanes auraient usurpé l'identité du personnel médical afin de détenir des travailleurs sans papiers, augmentant la terreur dans les communautés d'immigrants et de migrants et décourageant davantage les migrants de demander des tests et des soins médicaux.

Néanmoins, malgré l'immense richesse et les ressources à la disposition de superpuissances comme les États-Unis, certains pays moins développés s'en sortent mieux, y compris ceux soumis à de lourdes sanctions américaines.

Cuba, la Chine et l'État du Kerala en Inde, tous dirigés par des partis communistes qui attachent une grande importance à la santé publique et aux besoins de la population, ont des taux d'infection beaucoup plus faibles qu'aux États-Unis.

La République socialiste du Vietnam a également organisé une réponse très réussie, peut-être plus que partout ailleurs dans le monde. Au 6 avril, le Vietnam, avec une population de près de 100 millions d'habitants, n'avait que 245 cas confirmés et aucun décès. (worldometer.info/coronavirus/)

LIRE LA SUITE:

(article en anglais mais traduction automatique en français possible)

CONSOLIDER LA SOLIDARITÉ ET LA COOPÉRATION POUR FREINER

ET ÉRADIQUER LA PANDÉMIE DE COVID-19

 

UNE DÉCLARATION DU PARTI COMMUNISTE DU VIETNAM

 

Le Vietnam compte aujourd'hui très peu de cas déclarés de coronavirus et n'a jusque-là connu aucun décès. La stratégie sanitaire et les efforts continus du gouvernement et du peuple vietnamiens dans le combat contre le COVID-19 sont reconnus à l’international. L'article suivant, publié le 13 avril, rédigé par Hoang Binh Quan, membre du Comité central et Président de la Commission des relations extérieures du Parti communiste vietnamien, aborde la façon dont le Parti et le gouvernement vietnamien ont répondu à la pandémie de Covid-19 :

 

Le monde est aujourd'hui en lutte contre la propagation de la pandémie de Covid-19 dans presque tous les pays et territoires, à travers chaque continent. Cette pandémie nuit gravement à la santé et à la routine des peuples et a un impact négatif sur l'économie mondiale ainsi que sur tous les aspects de la vie politique et sociale. Les récentes évolutions de la pandémie laissent présager une situation prolongée et périlleuse, avec un certain nombre de conséquences néfastes.

 

Une telle crise sanitaire à l'échelle mondiale et l'ampleur de la complexité de la maladie a posé d'immenses défis aux pays, aux continents et à l'humanité toute entière, qui ne peuvent être relevés par un seul et unique effort. La situation exige de tous les pays et de tous les partis politiques qu'ils renforcent leur coopération à différents niveaux et par le biais de divers mécanismes. Premièrement, dans un esprit de transparence et d'ouverture, nous avons besoin d'une forte coordination des politiques mises en œuvre, et en temps utile d'échanges réguliers d'informations et d'expériences ainsi qu'une assistance technique et en ressources mutuelle. Deuxièmement, les peuples doivent être placées au-dessus de toutes les priorités ; par conséquent, nous devons assurer la sécurité des citoyens qui se trouvent dans les zones touchées, traiter les personnes infectées avec un esprit humanitaire, veiller à ce que les citoyens expatriés soient renseignés suffisamment sur les habitudes de sécurité sanitaire appropriées et à ce qu'ils soient soignés en cas d'infection. Troisièmement, des actions concertées doivent être développées pour s'assurer que l'épidémie de Covid-19 ne conduise pas à des divisions, à des ostracismes et à des discriminations entre les pays et entre les peuples. Quatrièmement, le rôle des institutions multilatérales doit être renforcé afin de promouvoir des efforts communs dans la lutte contre la pandémie.

 

Étant l'un des premiers pays à être touché par le Covid-19, le Parti communiste et le gouvernement du Vietnam ont mis en œuvre de manière proactive et rapide des stratégies décisives et cohérentes et ont mobilisé l'ensemble du système politique et de la communauté nationale pour lutter contre la maladie, en garantissant la santé et la vie de la population, notamment :  en contrôlant et isolant les sources de transmission de la maladie, en détectant rapidement les cas, en dépistant et isolant les patients avec rigueur et efficacité ; en adoptant des mesures strictes de distanciation sociale afin de minimiser la contagion ; en développant rapidement un programme de traitement du Covid-19 et en mobilisant le personnel médical et les meilleures ressources médicales disponibles pour soigner les cas infectés, qu'ils soient vietnamiens ou non ; en mobilisant l'ensemble de la société pour participer à la lutte sous la direction du Parti communiste vietnamien ; en mettant en œuvre un certain nombre de mesures d'information-d'éducation-de communication de manière opportune, rapide, efficace et transparente pour sensibiliser le public à l'autoprotection et à la protection de toute la communauté.

 

Malgré diverses difficultés et défis, les efforts concertés de l'ensemble du système politique et du peuple, grâce à une forte détermination et unité, ont permis au Vietnam de prendre le dessus sur la maladie, ce qui est largement reconnue par l'Organisation mondiale de la santé et par la communauté internationale. Au 13 avril 2020, 88 jours après la confirmation du premier cas positif, le Covid-19 au Vietnam est resté sous contrôle avec 262 cas positifs, dont plus de la moitié (144) ont été guéris, et n'a connu aucun décès. Dans la phase à venir, alors que la maladie frappe continuellement et fortement le monde, le Parti et le gouvernement vietnamiens restent très concentrés sur le contrôle de la contagion, pour éviter un faux sentiment de réussite et de perte d'emprise, et ont donc prévu différents scénarios, avec des mesures permettant de s'attaquer à la pandémie à différents niveaux. Nous nous sommes fixé une double tâche : freiner la maladie et maintenir la stabilité socio-économique. Le Parti communiste et le gouvernement vietnamien ont décidé d'accepter les pertes économiques à court terme afin de protéger la santé et la vie des citoyens et ont récemment lancé plusieurs programmes économiques et financiers pour soutenir les catégories vulnérables, en particulier les plus pauvres ainsi que les travailleurs défavorisés, en ne laissant personne derrière.

 

Outre les efforts nationaux en cours, le Vietnam a également échangé des informations et partagé ses expériences avec d'autres pays, se joignant ainsi aux peuples du monde entier et à la communauté internationale pour lutter contre la pandémie. En dépit de diverses difficultés internes, des effets permanents de la pandémie et de ses ressources médicales limitées, le Vietnam a partagé, selon ses capacités, ses ressources et a fourni du matériel et des équipements médicaux à d'autres pays, notamment des masques, des vêtements de protection spécialisés et des kits de dépistage, aidant ainsi leurs gouvernements à disposer de davantage de moyens pour protéger la vie des personnes et permettre à leur population de surmonter cette période difficile. Il a également apporté activement son soutien aux citoyens d'autres pays présents au Vietnam et a fourni un traitement à chaque personne atteinte du Covid-19. Avec gratitude, le Vietnam a également reçu des encouragements ainsi qu'un soutien et une assistance précieux de la part d'autres pays et de la communauté internationale.

 

Nous croyons fermement que la solidarité et la coopération entre les nations renforceront les efforts visant à freiner et à éradiquer la pandémie de Covid-19.

 

Dans la solidarité, nous gagnerons !

 

SOURCE:

Commenter cet article