Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Image d'illustration

Les enseignants, d'après l'allocution du Président de la République, devraient reprendre le chemin de l'école le 11 Mai. C'est non. Ils ne seront pas les futurs héros de la Nation, sacrifiés sur l'autel de l'incapacité de nos gouvernants français.

 

Qu'est-ce qu'un collège ou un lycée en région parisienne, par exemple ? 600 ou 800 élèves, parfois plus encore, rassemblés dans un bâtiment et encadrés par une cinquantaine d'enseignants ( auquel on doit ajouter le personnel de direction et le personnel technique). Disons 70 adultes environ pour un établissement de 800 élèves.

Qu'est-ce qu'un collège ou un lycée par temps d'épidémie ? Une vaste 
marmite à diffusion du virus Le Président Macron a annoncé des tests pour les personnes présentant des symptômes. Les enfants et adolescents n'en présentent pas. Pourtant, ils peuvent diffuser le virus... Autant donc de diffuseurs potentiels du virus que d'élèves, chaque élève ayant des contacts avec les membres de son foyer, qui peuvent être porteurs du virus de façon asymptomatique dans ces débuts...Des diffuseurs fantômes, qui rapporteront du collège ou du lycée le COVID dans leurs familles, si tant est qu'il y ait un cas initial dans l'établissement.

 

LIRE LA SUITE :

 

Communiqué de la CGT Educ'Action 59/62 :
 

Chers camarades,
 

Le Président de la République a annoncé un déconfinement à compter du lundi 11 mai. Il ajoute qu'à partir de cette date « les établissements scolaires rouvriront », phrase assortie, certes, d'un "progressivement", mais les faits sont là.
 

Si nous attendons tous avec impatience une sortie du déconfinement, nous connaissons tous les conditions du déconfinement, non évoquées par Macron.
 

Nous n'accepterons pas de servir de « garde d'enfants » pour que les parents aillent risquer leur vie en travaillant ni risquer celles des enfants et des personnels de l'Éducation Nationale. Les Universités, qui ne posent pas les mêmes problèmes de "garde d'enfants" ne reprendront pas, la ficelle est grosse de ce qui motive principalement la reprise des écoles.
 

Il ne peut y avoir de reprise sans des masques FFP2 pour les enseignants, du gel hydroalcoolique dans chaque classe et des masques pour les élèves. Il ne peut pas y avoir de reprise sans tests sérologiques pour les personnels et des tests PCR pour tous. Est-ce que cela sera prêt pour le 11 mai ? Cela paraît impossible face aux retards considérables pris par ce gouvernement dans la gestion de la pandémie.
 

Voilà la première réaction que nous inspire les annonces de Macron ce soir. Des communiqués de la CGT en direction des pouvoirs publics suivront.
 

Bien syndicalement,
 

William ROGER
secrétaire général académique
CGT Educ'Action 59-62

Haut du formulaire

 

SOURCE : Facebook

 

Commenter cet article