Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Nombre d’entre vous, ainsi que des journalistes, nous interrogent à juste titre sur l’organisation et la tenue de la Fête de L’Humanité prévue les 11-12-13 septembre prochain au parc Georges-Valbon, La Courneuve-Le Bourget en Seine-Saint-Denis.


A ce jour – et nous en sommes les premiers désolés – nous ne sommes pas en mesure de dire si la Fête pourra se tenir ou pas.

Comme vous vous en doutez, la décision ne nous appartient pas. Ce sont les autorités sanitaires et étatiques qui décideront, en fonction de l’évolution « possible » de la pandémie en septembre. Le lieu de la Fête se situe dans une zone dite « rouge », selon les classifications gouvernementales. Même si nous obtenions l’autorisation, nous serions vraisemblablement soumis à de nombreuses contraintes. Le nombre élevé de participants provoque une grande concentration humaine, ce qui est aujourd’hui considéré comme un handicap. Le maintien des distanciations physiques aux alentours de quatre mètres dans les lieux publics serait difficile à observer et contraire à l’essence même de la Fête. Il est quasi certain que des espaces comme le Village du monde ne pourront se tenir, compte tenu des difficultés de se déplacer d’un pays à l’autre, comme d’ailleurs sur le territoire national.


Aucun festival n’est aujourd’hui autorisé durant l’été. Il y a deux jours, celui de Rock-en-Seine, qui se tient une dizaine de jours avant la fête, a renoncé à se tenir. J’ajoute qu’une autorisation donnée en juin pourrait être remise en cause fin août, dans le cas d’un rebond constaté de la pandémie.

Malgré nos multiples recherches, aucune compagnie d’assurance ne veut assurer la Fête, ni d’ailleurs aucun autre rassemblement. Or, comme vous le savez, les premiers engagements financiers pour mettre en place la Fête entre les mois de mars et la mi-août avoisinent les trois millions d’euros, que l’Humanité doit assumer avant de percevoir les premières recettes en septembre. En cas d’annulation, ces engagements financiers obèreraient lourdement notre trésorerie et nos comptes de résultats, alors que nous sommes en « plan de continuation ». Des premières dépenses ont déjà été engagées depuis la fin du mois de novembre, dans le cadre de la préparation de cette Fête 2020.

Ces éléments peuvent permettre à chacune et chacune d’apprécier la situation dans laquelle nous nous trouvons. Nous continuons à travailler sur des formats de Fête adaptés, au cas où les autorités nous le demanderaient.

Nous considérons que nous serons en mesure de prendre une décision définitive après cette première phase de déconfinement, aux alentours du 10 juin selon les recommandations gouvernementales.

Nous sommes comme toutes les bâtisseuses et tous les bâtisseurs de La Fête, comme toutes celles et ceux qui l’attendent comme un beau moment de retrouvailles, désolés et préoccupés, de ne pouvoir prendre d’engagement aujourd’hui. Cette pandémie oblige à la prudence et à la responsabilité.


Patrick Le Hyaric

Directeur de L’Humanité
Saint Denis
le 15 mai 2020

 

Commenter cet article