Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

 

Tous les analystes avisés (à l'exception des porte-parole de l'empire et de l'extrême droite) s'accordent à dire que le coronavirus a levé brutalement le voile sur la prétendue prospérité néolibérale afin de mettre à jour la barbarie, ses abîmes d'injustice et d'inégalité.

 

Hans Christian Andersen raconte l'histoire de deux voyous qui s’étaient fait passer pour des tailleurs pour promettre à un roi le plus beau costume imaginable.

Tout le monde admirerait sa tenue, lui dirent-ils, sauf ceux nés d'une liaison extraconjugale de leur mère. Lorsque le roi alla l'essayer, accompagné de ses courtisans, personne, pas même le roi lui-même, ne vit le costume, mais tous pensaient avec angoisse qu'ils étaient les enfants de relations pécheresses et ils décidèrent d’encenser avec enthousiasme les vêtements imaginaires et le génie de leurs créateurs.

Le jour de la fête de la ville, le roi « s’habilla » et, monté sur son cheval, défila dans les rues. Les villageois restaient silencieux, honteux, se croyant indignes de percevoir le costume miraculeux, jusqu'à ce qu'un enfant innocent s'exclama « le roi est nu ! » et parvienne, sans le vouloir, à faire découvrir la farce à tout le monde.

Avec le cri de l'enfant de la fable, le mensonge généralisé se brisa, comme par magie.

Aujourd'hui, la nature inhumaine du capitalisme et sa version la plus obscène, le néolibéralisme, a été mise à nu par le coronavirus. Son visage satanique s’est exposé, sans masque ni rasage. De profondes fissures se sont ouvertes dans le mirage fabriqué par la machinerie de la domination informationnelle et culturelle.

LIRE LA SUITE :

Commenter cet article

Gourmel Michel 04/05/2020 16:02

Un très long texte, qui, bien qu’écrit à Cuba, en pensant surtout à Trump, Bolsonaro et l’extrême-droite, peut en fait, parfaitement s’adapter à En Marche. La différence ? Peut-être ici :
« Atilio propose comme hypothèse de travail un monde post-pandémique avec « beaucoup plus d(’importance de l)'État et beaucoup moins de marché », des masses populaires plus conscientes et politisées – grâce aux terribles leçons du virus et du néolibéralisme – et « enclines à rechercher des solutions solidaires, collectives et même socialistes ». En outre, au milieu d'une nouvelle géopolitique, avec un impérialisme étasunien discrédité, sans leadership et sans aucun type de prestige international. »
En France, Macron est inflexible depuis le début de la pandémie ; obstruction totale sur les manques à l’hôpital (pénuries de masques, vaccins, tests, oxygène, lits, personnel…), et les dernières déclarations du couple Macron prouvent qu’ils n’admettent pour l’hôpital public que la mendicité publique, tout en en prélevant le maximum pour le privé (la sulfureuse fondation présidée par Brigitte M. et, avant elle, par Bernadette C.). Macron est entêté comme une bourrique!
Macron a obéi dans les moindres détails au fondement de l’UE : La concurrence libre et non faussée, mais bien sûr, en pro-Européen convaincu, cela donne : la concurrence totalement faussée au profit du privé ; c’est pour cela qu’il ne lève pas le petit doigt pour l’hôpital public !
Ce texte contre l’extrême droite, coïncide parfaitement avec EM et Macron. Cherchez l’erreur