Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

 

Publié par El Diablo

 

Cent jours après la déclaration des premiers cas de COVID-19, Cuba est dans la première phase de rétablissement de sa situation sanitaire. C’est le cas dans tous le pays à l’exception de La Havane et de Matanzas. Beaucoup d’efforts et de ressources ont été mis en œuvre pour chaque heure passée pour lutter contre la maladie. Le gouvernement cubain persiste dans l’application des mesures qui ont fait leurs preuves jusqu’à présent et qui doivent permettre de la contenir. Et tout cela dans une situation économique aggravée par les mesures prises par les États-Unis. Des sénateurs républicains viennent de proposer de sanctionner les pays qui font appel au service de santé cubain ! « Il faut asphyxier l’économie cubaine » tel est leur mot d’ordre. Ne devraient-ils pas s’occuper de la situation sanitaire alarmante de leur pays, au centre de la pandémie !

Ce dernier week-end, c’était jour de fête dans de nombreuses localités ! « Bienvenudos à Cuba » Treize jours après avoir foulé le sol cubain, sitôt achevée la période de quarantaine exigée par les autorités sanitaires, et avoir été reçus par les plus hautes autorités cubaines, les 52 professionnels ont enfin pu revoir leurs familles, leurs amis, la communauté de leur quartier, de leur ville. Dans une rencontre émouvante et mémorable, le Président de la République, Miguel Diaz Canel les avait accueillis par ces mots : « Vous avez montré au monde la vérité que les ennemis de Cuba tentent de faire taire ou de déformer : la force de la médecine cubaine ! Votre retour nous remplit d’une joie profonde, car vous revenez en bonne santé et avec la mission la plus humanitaire et la plus noble accomplie « sauver des vies » « Un homme doit être là où il est le plus utile, où le devoir l’appelle » c’est la réponse unanime de ces héros missionnaires internationalistes en blouses blanches.

Aujourd’hui, plus que jamais, se pose la question de la situation de l’économie et de la reprise. Des mesures sont prises dont tous les secteurs et en particulier ceux qui apparaissent comme prioritaires, en tenant compte bien évidemment de la présence du COVID-19.

Ce sont entre autres des questions qui ont été examinées au niveau du gouvernement. Comment Cuba stimulera-t-il l’investissement étranger et les exportations ? Quelle sera la stratégie de substitutions des importations ? Comment les services bancaires et financiers continueront-ils d’être garantis dans le pays ? Comment obtenir la souveraineté alimentaire et nutritionnelle ? A ce dernier propos, un journaliste du site CUBADEBATE écrivait ce 22 juin : « Il y a deux problèmes de longue date. L’un est le grand effort de la révolution, dirigée par Fidel pour créer les capacités, en particulier humaines, pour promouvoir le développement du pays. Souvent nous ne sommes pas satisfaits de l’utilisation faite de ces capacités, mais elles sont là. » Et il ajoute : « L’autre est notre incapacité à produire la nourriture en quantité et en qualité suffisantes dont nous, cubains avons besoin. Nous sommes loin de la souveraineté alimentaire et nutritionnelle. Et c’est grave. »

En cet été 2020, ces questions récurrentes sont au cœur des préoccupations des responsables cubains, car elles ont de sérieuses conséquences sur la vie même de la population.

Cuba a les conditions pour résister, aller de l’avant et se développer. Le pays possède un capital humain et scientifique enviable, formé par la révolution, de bonnes terres, une expérience et une volonté politique pour surmonter les difficultés actuelles.

N’est-ce pas ce petit pays, assiégé par son géant voisin, qui vient de démontrer au monde entier la qualité universelle et solidaire de son système de santé ?

Bonne semaine à vous,

Roger Grévoul
Président Fondateur de Cuba Coopération France
Directeur politique du site internet et de la Lettre Hebdomadaire

LIRE LA SUITE :

Commenter cet article