Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

source photo: PRCF 31 sur Facebook

 

3500 suppressions d’emplois directs à Airbus à Toulouse, 5000 au total en France, et encore plus dans toute la filière industrielle aéronautique et spatiale : c’est l’euro désindustrialisation sous prétexte de crise sanitaire.

 

Une déclaration des communistes

du PRCF de Haute-Garonne

 

 

La crise sanitaire du covid-19 vient de démontrer à nouveau que la désindustrialisation tue. Elle tue, d’abord, les ouvriers qui en sont les premières victimes en étant condamnés au chômage, à la précarité, à la misère. Le chômage de masse est directement responsable des milliers morts chaque année en France d’après l’INSEM. La désindustrialisation tue également, en privant le pays des moyens de production nécessaires pour disposer des biens indispensables à la satisfaction des besoins de la population. Elle tue dans notre France euro-désindustrialisée, empêchant lors des crises sanitaires la production rapide de masques, tests, respirateurs, médicaments et autres bonbonnes d’oxygène, sous contrôle populaire. Les 5 milliards d’euros prêtés par le gouvernement à Renault, les 7 milliards annoncé à Air France qui s’apprête à licencier massivement en France et dans le monde. Et la dizaine de milliards pour la filière aéronautique alors que Airbus veut supprimer plus de 5000 postes en France et 15000 dans le groupe. Ces milliards payés par le peuple seraient donc destinés à licencier et fermer des usines ?

 

Macron nous engage à rembourser ces prêts y compris avec les intérêts dont vont bénéficier les banques privées. Cette garantie de prêt va alourdir la dette de l’État. Ces milliards d’euros représentent beaucoup d’argent qui permettrait de nourrir la trésorerie pour le paiement des salaires de ces différentes entreprises durant 3 ans voire plus, alors que Bercy annonce un rebond du PIB de la France pour 2021 grâce aux mesures de chômage partiel qui ont été bénéfiques pour les entreprises privées. Le gouvernement fait payer la crise aux travailleurs en supprimant notamment 4600 postes en France chez Renault, qui n’envisage pas de réduction de sa production mais un plan de délocalisation.

 

Il faut nationaliser d’urgence toute l’industrie stratégique française pour la dégager de l’euro-mondialisation capitaliste : les travailleurs n’ont pas besoin de fusions de leurs usines dans d’autres multinationales qui ne sont que des opérations financières visant uniquement à réduire les coûts et à exploiter durement les travailleurs dans le monde. Notre pays a besoin au contraire d’un pôle public industriel nationalisé en rupture avec les politiques menées depuis des décennies. L’Union européenne, l’euro et le fumeux « couple franco-allemand » ne sont pas la solution, mais bien le problème!

 

En effet, c’est bien la “concurrence libre et non faussée” promue par les dogmes européistes et capitalistes qui ont permis à tout le grand capital industriel français de délocaliser la production dans des pays aux salaires de misère. Par conséquent, la reconstruction et la sauvegarde de ce qui reste de notre industrie, pour produire en France, ici et maintenant, voitures, acier, trains, avions, médicaments, respirateurs, électroménager, etc., doit inévitablement passer par la sortie de l’UE et de son maudit euro par la porte de gauche.

 

C’est à ces conditions fondamentales que nous construirons ce grand pôle public industriel nationalisé sous direction ouvrière qui nous permettra d’en finir avec la surexploitation capitaliste des classes laborieuses entraînant licenciements, chômage de masse, misère et autant de vies brisées.

 

Mais n’en doutons pas, tous ensemble et en même temps contre le trio infernal Macron/MEDEF/UE, nous balayerons les exploiteurs et leur imposerons nos choix. C’est d’ailleurs ce qu’ont démontré les ouvriers de Renault à Maubeuge, rejoints par leurs camarades de Douai mais également de PSA, Toyota et toute la population locale.

 

Ils sont le problème et nous la solution, nous vaincrons : Frexit progressiste, et vite !

 

 

AIRBUS casse l’emploi et met en danger

toute la filière aéronautique

Un tract de la CGT Airbus en lien ci-dessous:

Commenter cet article