Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

 

Publié par El Diablo

 

La capitale malienne s’est réveillée mercredi sur un coup d’Etat des militaires, et l’arrestation du Président Ibrahim Boubacar Keïta (connu sous le nom d'IBK), porte-parole des militaires, Ismaël Wagué, chef d’état-major adjoint de l’armée de l’air a affirmé que « tous les accords internationaux du Mali seraient respectés et qu’une transition politique civile conduisant à des élections serait mise en place ».

Le Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), coalition composée d’acteurs religieux, de la société civile et de l’opposition, avoue ne pas être surpris par le « coup de force » engagé par l’armée et estime que cette initiative des militaires est venue « parachever [leur] lutte ». (Voir l’article de l’hebdo 947). Des dizaines de milliers de personnes scandent leur mécontentement tous les vendredis depuis le 5 juin, dans le centre de Bamako, la capitale malienne ou la misère côtoie l’opulence, le ressentiment contre la classe dirigeante est très fort et l’exigence de la démission du président soutenu par la France était motivée par la colère face aux inégalités croissantes, exacerbées par la pandémie de coronavirus, la pénurie de services sociaux et la corruption.

 

LIRE LA SUITE:

Le Drian avec Macron (image d'illustration)

Coup d'État au Mali :

La France de Macron s'en mêle

 

Déclaration de Jean-Yves Le Drian le 19 août  2020

 

La France a pris acte de l’annonce de la démission du président Ibrahim Boubacar Keïta. Elle appelle à sa libération immédiate ainsi que des membres du gouvernement actuellement retenus.

 

La France se tient, comme elle l’a toujours fait, aux côtés du peuple malien. Elle s’est engagée, à la demande de ce pays, en poursuivant deux priorités : l’intérêt du peuple malien et la lutte contre le terrorisme.

 

Elle réaffirme son attachement à la souveraineté, au respect des institutions, à la vie démocratique et à la stabilité du Mali. Elle encourage toutes les forces politiques et sociales au dialogue pour trouver une solution à la crise profonde que traverse le pays et appelle au rétablissement sans délai d’un pouvoir civil.

 

Les autorités françaises sont en contact avec les dirigeants de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), de l’Union Africaine et du G5 Sahel pour soutenir leurs efforts.

 

SOURCE:

 

«Plus le droit à l'erreur» : première intervention d'Assimi Goita, chef de la junte au Mali
 

Après le coup d'État du 18 août au Mali et l'arrestation du président Ibrahim Boubacar Keïta et de son Premier ministre, des militaires ont pris le pouvoir autour d'Assimi Goita et d'un Comité national pour le salut du peuple.
 

LIRE LA SUITE:

 

 

Les communistes français attribuent à l’ingérence étrangère le chaos au Mali

 

20 août (Prensa Latina) Le Parti Communiste Français (PCF) a averti hier que l’ingérence étrangère au Mali et ses composantes d’austérité économique et de militarisation conduisent au chaos politique qui règne dans le pays africain.

 

Dans une déclaration à la suite d’un coup d’État qui suscite l’attention mondiale, l’organisation a notamment accusé la France d’ingérence et a exigé le respect du droit des Maliens à l’autodétermination.

 

'C’est aux Maliens de décider seuls de leur avenir, pour être maîtres de leur destin', a-t-il souligné.

 

LIRE LA SUITE:

Commenter cet article