Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

 

Certains avancent l’argument qu’il est difficile de communiquer dans un contexte de situation nouvelle présentant de nombreuses inconnues. Mais n’en déplaise à ces derniers, l’histoire ne se répète jamais et la qualité de la réponse politique, au sens de la vie dans la cité, se juge à la capacité d’adaptation et de réaction des gouvernants au fil de l’évolution d’événements nouveaux et perturbants.

 

Or que constatons-nous aujourd’hui ? La parole, c’est-à-dire la communication, prime sur le faire. Les ministres sont omniprésents dans les médias avec des discours contradictoires, peu compréhensibles, alors que sur le terrain le constat fait par les gens qui font, nécessite des réponses qui n’arrivent pas ou alors avec un retard qui nuit à leur efficacité. Il en va ainsi sur la question des masques, des tests, du nombre de lits d’hospitalisation, etc. Alors que la priorité devrait être la capacité à tester les bonnes personnes au bon moment, au bon endroit et de manière rapide pour pouvoir isoler et diminuer la propagation du virus, le débat se focalise sur les masques de manière stérile et inadaptée. Le meilleur exemple est que l’observation des nouveaux foyers indique que ceux-ci se retrouvent en grande partie sur les lieux de travail ainsi que dans les établissements de soins et médico-sociaux, mais l’attention de la population est focalisée sur le port du masque dans l’espace public.

 

Par ailleurs, il semble important d’équilibrer la transmission des informations à la population. Oui, le nombre de tests positifs augmente, mais d’une part cela concerne des gens jeunes qui présentent beaucoup moins de formes graves que les plus âgées, par ailleurs, même si quelques malades sont de nouveau hospitalisés en réanimation, leur nombre reste pour l’instant très limité. Pour être brutal, l’actualité récente montre les contradictions de la communication officielle : foyer de contamination important dans les abattoirs mais aucun mort, petit foyer dans un EHPAD, 9 morts. Il s’agit donc de mettre en œuvre des réponses ciblées et adaptées. Par exemple, ne serait-il pas utile qu’au retour de vacances et avant de reprendre leur travail, des tests soient demandés aux personnes revenant de zones potentiellement à risque ? Voilà le genre de questions qu’il faut se poser pour que des décisions simples et claires soient prises au fil de l’eau.

 

Car il est illusoire actuellement en termes de moyens d’espérer pouvoir tester toute la population et il faut plutôt cibler les actions que de disperser les moyens sans coordination. Car que constatons-nous aujourd’hui ? Des initiatives désordonnées, à visée médiatique et politicienne de la part de certaines municipalités, ou encore des préfets prenant parfois des mesures très autoritaires, tout en restant très complaisants, comme par exemple au Puy-du-Fou.

 

Tout cela n’est pas sérieux, les professionnels de santé demandent plus d’action et moins de communication car nous savons que nous allons êtres obligés de vivre avec ce virus pendant un, deux voire trois ans et que nous avons besoin avant tout de mesures concrètes en termes d’organisation et de moyens, et de moins de communication. La communication doit être utilisée pour expliquer ce que l’on fait et non pas pour cacher ce que l’on ne fait pas.

 

Docteur Christophe Prudhomme

Praticien hospitalier- SAMU 93

sur sa page Facebook

 

Commenter cet article