Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

 

Publié par El Diablo

image d'illustration

 

La Covid 19 a permis au capital d’enfoncer plus profondément encore sa lame dans les plaies béantes du service public d’éducation. Ce que veut le grand capital, c’est une éducation nationale exclusivement adaptée à son service au niveau national, des régions et des territoires. Une école à plusieurs vitesses et pour cela, il faut casser le caractère national de l’école.


Outre l’explosion des écoles privées hors contrat qui avaient déjà été encouragées par les gouvernements et le MEDEF, que l’on songe par exemple aux écoles Espérance Banlieues de l’homme d’affaire E. Mestrallet, on a pu assister à un déploiement sans précédent de ces deux outils qui permettent de dépouiller l’éducation nationale : l’autonomisation et la décentralisation.


Que ce soient des chefs d’établissements, par davantage d’autonomie ou des élus par davantage de décentralisation, tous ces acteurs ont donné de la voix pendant le confinement. Des présidents de région ont ainsi réclamé la gestion des personnels administratifs des lycées. Les chefs d’établissements se félicitent de pouvoir imposer ou non le port du masque à l’extérieur des classes tout en réclamant une validation de leur choix par les rectorats (on réclame ainsi le droit de tout faire mais sans en assumer la responsabilité). Les maires, quant à eux, ont pu décider de la date de reprise des écoles après le confinement ainsi que les niveaux concernés.


Enlever à l’éducation nationale ses prérogatives pour les livrer aux élus ou aux chefs d’établissements c’est permettre d’insécuriser les personnels et d’en précariser davantage.


Ces grands pas vers la décentralisation, l’autonomie permettent de renforcer les inégalités et d’aller encore plus loin dans le processus de privatisation et de différenciation des établissements, ce qui approfondit la discrimination sociale: Par leurs nouvelles compétences élus et chefs d’établissement seront en mesure d’accélérer la vente à la découpe du service public d’éducation pour satisfaire les dividendes d’O2, D’ONET et autres prestataires privés. Par exemple, des Partenariats Public-Privé lors de la construction de nouveaux établissements ont confié l’entretien des bâtiments à des prestataires privés pour satisfaire les dividendes d’O2, D’ONET et autres…


La loi permet d’aller beaucoup plus loin. Il s’agit maintenant de privatiser les fonctionnaires par des entreprises en les détachants d’office. Cela coûte plus cher à la collectivité, mais cela engraisse le patronat des entreprises de service. Le capital ne cherche pas qu’à influencer les programmes, les contenus d’enseignement. Son ventre est insatiable.


Tenter d’empêcher la riposte en semant la zizanie chez les salariés est une tactique depuis longtemps éprouvée et à nouveau remise sur le tapis. Ainsi, La prime exceptionnelle liée au COVID conduit à diviser les personnels par des critères de gestion locaux et une opacité totale. Pour la CGT éducation « l’administration opère des différences entre collègues, entre services, entre missions, entre territoires », d’autant qu’au final « seule une fraction très minoritaire sera concernée par cette prime ».


Défendre l’éducation nationale et le droit des jeunes à une formation de qualité reconnue par des diplômes nationaux est un combat. Défendre les conditions d’éducation des personnels est indispensable. Ne négligeons aucune lutte, à commencer par la journée d’action interprofessionnelle du 17 septembre.


La lutte politique est aussi indispensable. On ne développe pas le service public en cherchant à humaniser le capitalisme à coups de social washing ou de green washing.

 

SOURCE :

 

Commenter cet article