Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

 

Stéphane Sirot

"Comment créer des travailleurs pauvres... ou encore, comment sauter sur l'occasion d'un contexte pour imposer une restriction intenable des salaires au moyen d'instruments de chantage légaux appelés "Accords de performance collective", créés par les ordonnances Macron de 2017.

 

Avec ce goût du pouvoir pour donner à un dispositif un nom exactement contraire à son contenu : où est la "performance collective" pour des salariés contraints de perdre un quart de leur salaire ou de renoncer à une partie de leurs congés sous la menace d'un licenciement en cas de refus ?

 

En tout état de cause, en quoi un syndicat devrait-il signer de tels accords ?

 

Même si la direction d'une entreprise parvient à imposer des mesures aussi drastiques, qu'elle en soit l'unique responsable !

 

Où l'on voit qu'au fond, en particulier lorsqu'une conjoncture peut être instrumentalisée, le "dialogue social" n'est autre en substance qu'un dispositif destiné à diluer les responsabilités en associant aux prises de décision, y compris les plus douloureuses, des représentants du personnel, des syndicalistes qui, à force de se prêter au jeu pour certains d'entre eux, se trouvent en situation d'être mis dans le panier de l'ordre dominant.

 

Depuis bientôt 40 ans qu'elle est à l'oeuvre, la décentralisation des relations sociales s'est révélée pour le patronat une formidable opportunité pour restreindre le périmètre des droits sociaux, avec l'appui d'un syndicalisme de partenariat social qui, à l'échelle nationale, a toujours prêté son concours à l'installation de dispositifs d'inversion de la hiérarchie des normes et qui, au niveau européen, a toujours fait le choix d'apporter son soutien à des traités organisant la "destruction des structures collectives capables de faire obstacle à la logique du marché pur" (pour reprendre la définition du libéralisme par Bourdieu).

 

Les responsables politiques, indifféremment de droite, sociaux-démocrates, "centristes" plus ou moins vaguement démocrates-chrétiens, "nonistes" ("ni de droite, ni de gauche" ou "et de droite et de gauche" - sic) qui ont orchestré ces processus - pour le plus grand bénéfice de ceux qui en font - ne peuvent que les en féliciter (et parfois les recaser, pour services rendus non pas à la Nation et au bien commun, mais aux intérêts privés)."

 

Stéphane SIROT

sur sa page Facebook:

Commenter cet article