Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Le Temps des Cerises éditeurs - www.letempsdescerises.net

 

Léo Figuères fut un des principaux dirigeants du PCF (jeune communiste, dirigeant de la Résistance, en Zone sud, puis membre du secrétariat du PCF aux côtés de Maurice Thorez, et maire de Malakoff pendant de nombreuses années). Le Temps des Cerises, avec la collaboration de Amis de Léo Figuères, réédite deux de ses ouvrages qui contribuent à enrichir l'histoire écrite du PCF, de ses luttes et combats, à l'heure des cent ans de sa fondation. 

Dans Histoire des communistes français, l'auteur examine avec sympathie, sans exclure la lucidité et le regard critique, les combats menés par les communistes français pendant un siècle. Ce livre précis, documenté, synthétique est le livre d'un acteur de cette histoire et d'un militant qui a consacré de nombreuses années à l'étude de l'histoire du mouvement ouvrier. C’est, comme l'écrit son auteur en introduction, un essai qui vise à fournir quelques repères intelligibles à ceux qu’intéresse la «longue marche» de ce parti. 

Du même auteur, nous avons aussi réédité Et si nous reparlions de la résistance. Ce livre fut écrit à l'occasion du soixantième anniversaire de la libération : c'est un réexamen de l'histoire de la Résistance, en éclairant le rôle tenu par les militants du Parti Communiste Français, qui étaient organisés dans la clandestinité depuis la mise hors la loi du parti, sous le gouvernement Daladier, dans le combat contre l'occupation nazie. 

Les éditions Le Temps des Cerises

Léo Figuères 

Histoire des communistes français

I

LES RACINES : DE LA RÉVOLUTION FRANÇAISE

À LA COMMUNE DE PARIS

ET AUX RÉVOLUTIONS RUSSES

Le communisme français, comme idée et comme action, n’est pas né le dernier soir de décembre 1920. Il puise sa sève dans l’histoire de notre peuple à travers les siècles. La Grande Révolution (1789-1794), bien que bourgeoise par sa nature et ses acteurs, donna un élan aux aspirations égalitaires qui s’étaient exprimées bien avant elle. Ses limites sont connues, elle confirma un ordre social fondé sur le droit imprescriptible de la propriété, ne consentit les droits politiques qu’aux propriétaires et, par la loi Le Chapelier de 1791, elle interdit aux travailleurs salariés de s’organiser et de se « coaliser », c’est-à-dire d’agir pour défendre leurs intérêts. La Révolution ne s’en prit pas moins aux fondements de la propriété féodale, obligée qu’elle fut de tenir compte de l’irruption du peuple de la ville et de la campagne, et de ses revendications radicales. La Constitution de 1793, élargissant le droit de suffrage à tous, proclamait plus fermement le principe d’égalité pour tous (pour les hommes, car les femmes en étaient toujours écartées). Le jacobinisme extrême dans ses diverses expressions, dont celle des Enragés, sortit même du cercle de l’humanisme abstrait pour poser le problème des couches déshéritées de la société dans leur confrontation avec les possédants des richesses. Babeuf et ses héritiers Il se heurta aux leaders de la Révolution, Robespierre et Saint-Just compris, qui se servirent contre lui des armes de la Terreur, affaiblissant par là même leurs propres positions. Ce qui explique que nombre de ces « extrémistes » firent cause commune, le 9 thermidor, avec « les pourris et les affairistes » et applaudirent à la chute du « tyran ». Mais bien vite, les montagnards avancés et Babeuf se retrouvèrent pour sauvegarder ce qu’avait de positif l’héritage jacobin et développèrent leur réflexion jusqu’à la « conjuration des Égaux », qui proposaient une mise en commun des biens de ce monde pour en faire bénéficier ceux qui n’avaient rien d’autre que leurs bras. Leur entreprise, bien en avance sur leur temps, fut défaite par la répression des partisans de l’ordre établi et le babouvisme, ce communisme de la fin du XVIIIe siècle, succomba avec Babeuf, non sans laisser de traces. 

lire tout l'extrait

 

Commenter cet article