Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Le 12 janvier 2021

L’Humanité, qui fut le journal de Cachin et Gabriel Péri, et n'ambitionne plus que d'être le miroir des plus droitiers d'un PCF en léthargie, veut fêter néanmoins les cent ans du Congrès de Tours. Car il y a bien un siècle entier qu'une MAJORITÉ de délégués du vieux parti Socialiste français, sortant traumatisés du massacre mondial, hypnotisés par la Révolution bolchevique qui avait en 1917 proclamé la paix, la terre aux paysans et l'usine aux ouvriers, désavouaient leurs dirigeants ralliés à " l'Union sacrée" impérialiste, pour fonder un Parti COMMUNISTE.

Un siècle tout au long duquel ce mot à fait rêver des millions d'hommes et de femmes, des faubourgs de Paris aux villages d'Allier, des quartiers pauvres de Marseille aux sardineries de Bretagne. Et ils savaient ce qu'il signifiait, car un parti organisé l'incarnait, sur les lieux de travail ouvrier et parfois dans la rue, face à l'exploitation patronale et à l'oppression policière.

Ce Parti n'était pas parfait, il commit des bévues, des outrances, et parfois se trompa d'adversaires, vouant aux gémonies ceux de ses militants qui n'étaient pas "alignés". Mais ce Parti, qui avait bien raison n'en déplaise à certains "experts" de "n'être pas comme les autres», fut durant son premier demi-siècle capable d'apporter à la Nation de France les seules grandes avancées qu'elle connut, parce qu'il était la plus belle partie de notre classe ouvrière, son sommet de combats, de fraternité, de sacrifices, et de victoires historiques: il fut ainsi en 1936 l'organisateur essentiel des grèves et des occupations d'usines, qui imposèrent au Patronat meilleurs salaires et congés payés, alors que la MAJORITÉ des députes "Front Populaire" ne fut capable que d'aller de reniement en compromis, pour finir le 10 juillet 40 par donner avec veulerie le Pouvoir absolu à Pétain, après avoir interdit les Communistes.

Il sera aussi, après quelques mois de désarroi et de défaite, l'organisateur héroïque et irremplaçable de l'insurrection anti-désarroi poids moral et matériel au sein de cette "Résistance Nationale" victorieuse, permit ces énormes progrès qui firent de la France un cas à part durant quelques années au beau milieu du Camp Capitaliste: Nationalisations, Statut de la Fonction publique, Sécurité sociale, etc., un ensemble inouï d'avancées, que 70 ans après nos maîtres libéraux ne sont pas parvenus à totalement effacer.

Ce PCF glorieux et puissant au point de rallier un temps les plus grands génies du siècle, de Picasso, Joliot-Curie à Aragon, et des centaines de milliers de militants, réussit même tout au long d'une IVème République née de la Résistance et vautrée par la suite dans l'allégeance au Capital et aux colons, à rassembler dans les rues des millions d'hommes et de femmes contre les guerres coloniales, contre les armes de mort nucléaires. Ce Parti fut encore assez lié au Prolétariat Français, pour animer les grèves victorieuses de mai 68, son chant du cygne.

Mais dès la décennie suivante, l'édifice se lézarda, les fissures devinrent failles, et la fin du XXème siècle fut pour le PCF le début de la fin: délitement progressif d'une classe ouvrière décimée par la mort des grandes industries, délocalisées au gré du Capital, démantèlement progressif des capacités militantes après la disparition de l'URSS et ses espoirs égalitaires, au profit d'un ralliement honteux a l'idéologie libérale par le biais de cadres bureaucrates au sommet du PCF et de la CGT, obnubilés par les échéances électorales, et prêts à routes les concessions "Unitaires" pour être réélus.

Le XXIème siècle arrivant, le PCF coupé de son terreau ouvrier et populaire, inaudible, se traîna de dérive en défaite, au point que ses cent ans d'histoire en Décembre 2020 ont suscité un silence total chez ses ennemis habituels, de la Droite aux restes d'un PS en déshérence. Seule la radio France-Culture a éprouvé le besoin de rameuter le vétéran local Gerard Courtois pour reprendre sa diatribe sur les crimes des Communistes à propos du Congrès de Tours. Les autres stations se sont tues sur le sujet. Et ce mutisme des médias, certes fort mal intentionnés à l'égard du PCF, ne fait qu'entériner une réalité tragique, le coma prolongé d'une organisation menacée d’extinction : Quelques milliers d'adhérents revendiqués, qu'on ne voit plus comme autrefois distribuer leurs tracts et coller leurs affiches, aux portes des usines et à l'entrée des gares et des métros, et même plus sur les marchés.

Francis ARZALIER

SOURCE:

Commenter cet article