Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

La CGT est engagée avec une large coalition d’ONG, d’associations, de syndicats et d’experts de la santé au niveau européen dans l’Initiative citoyenne européenne (ICE) « pour faire du vaccin un bien commun ». Une pétition pour exiger un changement législatif concret est en ligne.

La France est le dernier pays d’Europe en taux de vaccination avec moins de 3 % de Français

La campagne de vaccination en France a commencé depuis quelques semaines. Déjà, des retards s'accumulent. La France est en effet le dernier pays d’Europe en taux de vaccination avec moins de 3 % de français ayant reçu au moins une dose à ce jour. L'accès à la vaccination est par ailleurs socialement différencié.

En Seine-Saint-Denis par exemple, où la population est l’une des plus touchées par le virus, le taux de vaccination est l’un des plus faibles. Ses centres de vaccination locaux vaccinent autant de personnes extérieures au département que de Séquano-Dionysiens.

Gérés par les plateformes privées du type Doctolib, les rendez-vous sont distribués en fonction des demandes et sans considérations propres aux territoires. Au-delà de cette gestion dramatique de la campagne de vaccination, le pays essuie surtout des retards de livraison, conséquence des négociations menées par l’Union européenne avec les laboratoires.

L'Union Européenne aurait négocié avec des laboratoires dont les vaccins n’étaient pas les plus à même de sortir et choisi des laboratoires pour des raisons plus économiques que scientifiques.

Mais si le problème des négociations avec les laboratoires joue un rôle dans ces retards, le principal problème est à chercher du côté du modèle économique de l'industrie pharmaceutique, largement financiarisée.

La période de crise que nous vivons fait suite à des années de stratégies d’optimisation des coûts par les grands groupes pharmaceutiques.

Ces stratégies consistent à délocaliser les usines, à mettre en place une division internationale du travail, à couper au maximum les budgets de la recherche.

C’est le cas de l’entreprise Sanofi qui après avoir déjà supprimé 6 000 emplois en France ces dernières années, lance un quatrième plan d’économie avec 1 700 nouvelles suppressions d’emploi dont 400 en recherche, alors même que l’entreprise enregistre une hausse de 340 % de bénéfices net cette année et verse 4 milliards de dividendes aux actionnaires.

Cette dépendance des États vis-à-vis des laboratoires est fondée avant tout sur le principe des brevets.

Bien que les recherches sur les formules des vaccins soient quasiment entièrement financées par les États, les formules sont la propriété des entreprises pharmaceutiques.

Notre organisation demande que les formules des vaccins quasi entièrement financés par l’État soient libres, et que les usines en capacité de produire ces vaccins soient mobilisées.

Une pétition pour faire du vaccin un bien commun mondial est en ligne. En récoltant 1 million de signatures dans au moins 7 pays européens, nous pourrons exiger que soit débattu à la commission européenne un changement législatif concret sur ces questions.

Cette pétition commence à faire effet car nous avons déjà obtenu qu’une résolution soit adoptée, le 27 janvier 2021 sur les vaccins contre le Covid-19 au Conseil de l'Europe qui appelle à faire des vaccins contre le Covid-19 un bien public mondial.

SOURCE:

Commenter cet article

bobforrester 20/02/2021 06:47

la CGT de plus en plus "cogestionnaire" lamentable !