Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

 

Les semaines se succèdent et nous ne voyons rien venir. Alors que la ministre de la Culture a annoncé dans la presse la mise-en-place de deux « concerts tests » en mars-avril à Paris et Marseille, les perspectives d’une réouverture et d’une reprise de l’activité pour nos secteurs demeurent encore très incertaines.
Nos professions sont à l’arrêt pour une longue durée encore et la reprise de nos activités interviendra dans tous les cas de manière très dégradée. Les dernières annonces sur les festivals le démontrent (formes réduites, programmation réduite). La question que toutes les travailleuses et tous les travailleurs de nos secteurs se posent est de savoir comment tenir jusqu’au retour à la « normale » de nos activités.
Partout et depuis plusieurs semaines, les professionnels du spectacle, qu’elles et ils soient artistes, autrices/auteurs, techniciens ou personnels techniques et administratifs ou d’accueil, les enseignants artistiques se mobilisent et multiplient les rassemblements et les actions sur le territoire pour faire entendre leur voix. Le gouvernement, lui, refuse d'entendre nos revendications et ne daigne même pas examiner nos propositions.
Les professionnel-le-s doivent prendre la mesure de ce qui se joue en ce moment.

NOUS VOULONS VIVRE DE NOS MÉTIERS !
La profession a besoin en urgence de travailler pour permettre à chacun d’avoir des conditions dignes d’existence et de garantir les droits sociaux. Là encore, le ministère de la Culture nous place dans une impasse en refusant qu’un plan massif pour l’emploi soit mis en œuvre dès aujourd’hui pour financer des répétitions, des résidences de création et tout autre forme de travail encore possible dans la période.

LA PROLONGATION DE L’« ANNÉE BLANCHE » EST LOIN D’ÊTRE ACQUISE !
Madame Roselyne Bachelot s’est engagée devant les médias à la prolongation d’une nouvelle « année blanche » pour les intermittents du spectacle. Pourtant, en coulisse ce scénario n’est pas privilégié. La ministre de la Culture et la ministre du Travail ont récemment missionné André Gauron, afin d’évaluer la situation des intermittents du spectacle après le 31 août 2021, en différenciant selon les secteurs, les métiers et les dates anniversaire de chacun. Parmi les pistes évoquées, la mission devra donner des « réponses ciblées » et explorer des solutions comme la clause de rattrapage (qui n’assure qu’une prolongation de 6 mois à l’assurance chômage). Une nouvelle année blanche pour tous les intermittents n’est pas du tout garantie par le gouvernement ! La menace qui pèse sur les annexes 8 et 10 est réelle !

NOUS NOUS BATTONS POUR NOS DROITS SOCIAUX !
Une année déjà que nous ne travaillons plus. Une année que nous ne cotisons plus avec des conséquences catastrophiques pour nos retraites, pour l’accès à la sécurité sociale (maternité, maladie) et pour nos institutions sociales (CMB, Audiens, Afdas). Le gouvernement doit réagir ! Pour nous, il n’est pas question de résilience ni de « printemps inexorable » !

LE PLAN DE RELANCE DOIT BÉNÉFICIER A TOUTES ET TOUS LES ARTISTES AUTEURS
Nombreuses et nombreux sont encore les artistes auteurs qui n’ont pu bénéficier des aides du plan de relance. Les critères d’éligibilité du fonds de solidarité doivent évoluer pour permettre l’accès à tous les artistes auteurs qui n’ont pu générer de revenus suffisants en 2019 et 2020. De la même façon, les aides sectorielles doivent être recalibrées et déployer pour permettre de couvrir tous les artistes auteurs.

REPRISE DE L’ENSEIGNEMENT ARTISTISQUE POUR TOUTES ET TOUS
Depuis le début de cette crise, l’enseignement artistique intervient dans des conditions dégradées. Il est urgent que l’enseignement de la danse reprenne en présentiel. Pour autant, la poursuite des enseignements nécessite la mise en place de conditions sanitaires optimum avec un protocole adapté, protocole qui est attendu par la profession depuis maintenant le mois de décembre ! Les conditions actuelles d’exercice de nos métiers ne sont plus acceptables. L’alternance télétravail/ présentiel depuis un an est épuisant et les enseignant-e-s artistiques n’ont pas eu de prime d'équipement informatique comme dans l’Éducation nationale alors que l’investissement de leur matériel à leur charge est lourd pour assurer cette continuité pédagogique. Cela doit changer !

Les professionnels du spectacle, artistes, autrices et auteurs, les artistes et technicien-ne-s du spectacle, les personnels administratifs et d’accueil du spectacle vivant, les enseignants artistiques vont se lever et ensemble, grâce à notre mobilisation, nous gagnerons !


LA FÉDÉRATION CGT DU SPECTACLE APPELLE À AMPLIFIER LA MOBILISATION UNITAIRE ET À TENIR DES RASSEMBLEMENTS SUR TOUT LE TERRITOIRE ! NOTRE DÉTERMINATION EST INTACTE.

PLUS D'INFOS:

Commenter cet article