Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Depuis quatre ans, les colères s'accumulent en France. La politique du clan Macron conduit de plus en plus de Français à souhaiter sa défaite lors des prochaines élections présidentielles.

Nous comprenons et partageons ce rejet.

Tant sur le plan social que sur celui des libertés publiques, le "président des (très) riches, exécute point par point la feuille de route que les financiers du CAC 40 lui ont dictée.

D'où le ressentiment de la population.

Et depuis le printemps 2020, la politique sanitaire conduite par l'Elysée et Matignon fait déborder le vase.

Beaucoup d'électeurs ayant voté Macron, pris au filet de la manipulation, jurent qu'on ne les reprendra plus.  Saine réaction.

Mais faut-il attendre encore douze mois pour lui signifier son congé ? Et supporter tout au long d'une année, les méfaits de l'hôte de l'Elysée ? 

Aujourd'hui, le bouillonnement du pays, en sourde colère, est plus profond qu'en 2018, lors du mouvement des gilets jaunes. Et donc il est possible de rééditer en mieux le soulèvement pacifique des ronds-points occupés, sans attendre la date fatidique de 2022...

Peut-être le monde de la culture, occupant les théâtres, nous montre le chemin.

Déjà, les professionnels de la politique, qu'ils soient de droite ou qu'ils se revendiquent de "gauche », font la queue aux guichets de l'Elysée. Ils reniflent la place vacante et piaffent d'impatience. Et chacun d'eux dénonce Macron, mais seulement sa personne. Pas le fondamental de sa politique. Ils remettent au goût du jour le slogan : "Tout nouveau, tout beau !", qui a réussi au locataire actuel de l'Elysée.

C'est pourquoi le slogan de la SNCF " Attention, un train peut en cacher un autre !" s'adapte parfaitement à la situation politique. Car les prétendants d'aujourd'hui au trône élyséen partagent, sur le fond, la politique de Macron. Pour s'en persuader, il suffit d'un peu de mémoire quant à ces gens-là, pour se rappeler de ce qu'ils ont fait, lorsqu'ils étaient aux affaires, qui les soutient aujourd'hui, quelles forces en assurent la promotion. 

Prenons quelques exemples. Deux, en particulier, 

Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France se présente comme un agneau de l'année, doux et "près des gens". Il critique vivement le personnage Macron. Mais pas ses lois, ni le sens de sa politique.  On le comprend : Bertrand, ministre de la Santé de Sarkozy, a œuvré à la destruction de l'hôpital public.  Il a réduit le nombre de lits disponibles, budgétisé nombre d'établissements de soins afin d'en assurer la rentabilité et confié la gestion à des comptables à la place des médecins...

Ministre du Travail, il a mené une politique totalement contraire aux revendications des salariés. Et, aujourd'hui, il ose se présenter comme un homme neuf, épris de justice sociale !

Second exemple : Edouard Philippe sort du bois, publie un livre qui obtient la promotion immédiate de l'auteur. L'hebdomadaire Le Point en fait presque l'homme de l'année. Pourtant, qui plus que lui, a mis en musique la politique de Macron, y compris sanitaire, durant le premier printemps du Covid 19 ? Et conduit au massacre du Code du travail, se préparant joyeusement, à celui des retraites...Puis, il a disparu des radars lorsque le Prince a vu en lui le calife visant la place du calife, et l'a limogé.

Et aujourd'hui, comme s'il n'avait pas de passé, Philippe se tient prêt à en recevoir l'onction populaire si jamais l'hôte de l'Elysée se déclarait forfait...

Nous pourrions évoquer d'autres prétendants, déclarés ou à venir, mais la liste est trop longue. Limitons-nous à redire qu'une politique favorable aux intérêts de notre peuple n'est possible que sous conditions : s'affranchir du joug étranger, celui de Bruxelles en premier, qui tient dans ses griffes le pouvoir de dicter ses lois favorables aux intérêts des financiers européens.

La France doit ainsi retrouver sa pleine souveraineté politique, économique, militaire et sociale.

Charbonnier est maître chez lui, selon le dicton populaire.

Appliquons-le à nos affaires ! Que les candidats le proclament sans ambiguïté pour obtenir le suffrage des Français.


Jean LÉVY

LIRE LA SUITE :

Commenter cet article