Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Jean-Claude Delaunay

Pour défendre les travailleurs et la nature, pour promouvoir l’indépendance nationale et la cohérence de la société française, Il faut lutter pour le socialisme

La crise, nous l’observons sous ses multiples aspects. Pour nous y retrouver, nous avons besoin de recourir collectivement au marxisme, la théorie dont nous n’aurions jamais dû nous séparer. A mon avis, les communistes devraient d’abord se demander dans quelle société ils vivent. Car cette société n’est plus celle du Capitalisme monopoliste d’Etat. Adaptons notre réflexion et notre action politique à la société dans laquelle nous vivons.

Après la crise du CME, au cours des années 1970, la grande bourgeoisie monopoliste a mis en place, avec ses alliés des autres pays capitalistes développés, un nouveau système productif. Le marché national et la société française ont été abandonnés par eux, ouverts à tous les vents, plus ou moins intégrés à l’espace capitaliste européen, placé sous la domination tant du grand capital américain qu’allemand. Les systèmes productif, d’éducation et de recherche, ont été mondialisés ou détruits. L’indépendance nationale est devenue un obstacle à la liberté mondiale d’action du grand capital. L’Etat national a été recomposé dans ses fonctions. Ce qu’il y avait d’Etat social pendant le CME a volé en éclats. La société française, du même coup, a été pulvérisée. Le rôle de l’impérialisme comme gendarme mondial a été renforcé.

La gravité de la situation qui s’en est suivie, pour les travailleurs et la population, ou dans le monde, exige donc, de la part des communistes, qu’ils défendent avec détermination non 

La gravité de la situation qui s’en est suivie, pour les travailleurs et la population, ou dans le monde, exige donc, de la part des communistes, qu’ils défendent avec détermination non seulement l’idée de la rupture avec ce système. Certes, il faut chasser la grande bourgeoisie du pouvoir économique, politique et d’information. En France c’est notre responsabilité de lutter pour cela. Mais il faut rompre avec un but et ce but, c’est construire une société nouvelle.

La tâche est immense, et pourtant il n’y a pas d’autre voie. Nous devons reconquérir notre indépendance nationale. Nous devons remailler le tissu de la société française. Nous devons développer la production et promouvoir l’investissement comme cela n’a jamais été fait auparavant avec cette ampleur. L’écologie fait partie de cette ambition, c’est l’évidence. Nous devons viser la satisfaction des besoins populaires, en promouvant une nouvelle conception du travail et des emplois. Nous devons, sans attendre, défendre et reconstruire les services publics, en particulier dans les transports, l’énergie, le secteur hospitalier, la police. Nous devons faire en sorte que les décisions soient prises par le plus grand nombre et non par quelques-uns. Nôtre tâche, c’est d’aider les masses populaires de France, mais aussi d’autres catégories sociales que le grand capital malmène, à comprendre l’exigence du socialisme et à mettre en place la société qui lui correspond, en conformité avec nos moeurs et notre histoire.

Or s’il est clair que se situer dans le contexte d’un duel Macron-Le Pen est enfantin, car Macron et Le Pen ne sont que des faces distinctes de la même crise, et sont en réalité des alliés objectifs, l’exigence explicite du socialisme fait défaut dans nos rangs.

Pourquoi ?

Nous devons clarifier les raisons de cette absence.

Lutter pour le socialisme c’est lutter pour l’indépendance nationale et donc pour l’alliance avec ces pays qui, comme la Chine, Cuba ou la Russie, font face à l’impérialisme des Etats-Unis. Lutter pour le socialisme c’est lutter pour la reconstruction d’un système productif, d’enseignement et de recherche révolutionnaire, orienté vers la satisfaction des besoins populaires et de la nation, qui doit se défendre.

Lutter pour le socialisme, c’est lutter pour la cohésion de la société française et pour la sécurité de ses membres, tant économique et juridique que quotidienne.

Jean-Claude Delaunay,

Économiste communiste

Villejuif

 

SOURCE :

Commenter cet article

politzer 08/04/2021 19:49

Oui d accord avec cette ligne générale mais encore faut il RASSEMBLER les Français sur la base de la reconquête de leur identité qui passe par l arrêt immédiat de l immigration ( Marchais 1981) la mobilisation sur des thèmes sécuritaires tout de suite pour donner confiance à nos compatriotes et leur montrer que nous sommes leurs meilleurs défenseurs! La classe ouvrière doit être mobilisée partout par les communistes sur des bases de classe en l'associant aux luttes démocratiques contre la dictature des groupuscules minoritaires bras armée du macronisme marionnette des "maîtres du monde"

Serge Marquis 08/04/2021 08:41

On peut être pour un monde multipolaire sans être favorable aux dictatures chinoises et russes !

Ces pays n'ont rien à envier au régime capitaliste classique. Pire : ils ont mis en coupe réglée leur peuple. Celui-ci n'a aucun droit d'expression, ni associatif ni syndicale et encore moins politique.

La perspective que vous donnez est donc celle d'un mur aveugle !

Etre anti-US ne fait pas une politique alternative.