Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Cuba sera sans doute le premier pays du monde à vacciner toute sa population avec son propre vaccin.

Les grandes puissances du monde ont fait appel à de puissantes multinationales pharmaceutiques en injectant des sommes considérables d’argent public par le biais de précontrats d’achat pour obtenir la vaccination contre la Covid-19.

Mais il existe une île de seulement 11 millions d’habitants, bloquée par le pays le plus puissant du monde, l’empêchant d’acheter et de commercer avec les produits les plus indispensables, qui sera en mesure, dans les mois à venir, de commencer à vacciner gratuitement, avec cinq types différents de vaccins issus de ses propres recherches, les habitants de son pays, et aussi ceux de quarante autres pays qui leur en ont déjà demandé l’autorisation.

La prestigieuse revue médicale britannique « The Lancet » rappelait en avril que « Cuba a des soins de santé universels complets et l’un des meilleurs indices de soins de santé au monde ». Elle ajoutait que « le conglomérat d’Etat, BioCubaFarma a déjà mis au point, à la fin des années 80 le premier vaccin au monde contre la méningite, Méningocoque B, produit aujourd’hui huit des dix vaccins couramment utilisés dans le pays et envoie des centaines de millions de doses à l’étranger ».

L’investissement dans la biotechnologie remonte aux années 80 quand Fidel Castro a décidé de lancer un complexe biotechnologique qui permettrait l’autosuffisance de l’île assaillie par le blocus américain.

Parmi les succès internationaux il faut noter l’utilisation au Roswell Park Comprehensive Cancer Center à New York de l’immunothérapie contre le cancer du poumon. La présidente de ce centre a déclaré au New York Times que les mêmes normes élevées qu’ailleurs sont utilisées par Cuba pour la production de médicaments, et c’est pourquoi elle a décidé d’apporter ce médicament contre le cancer du poumon à New York.

Mais pourquoi Cuba développe 5 vaccins ?

Le président de BioCubaFarma, le docteur en sciences biologiques Eduardo Martinez Diaz, explique qu’il ne s’agit pas de doubler les efforts ou de dépenser plus de ressources, mais qu’avec les technologies développées, et l’utilisation de deux sources d’antigènes, produites dans des cellules de mammifères et dans des cellules de levure, cela permettra d’avoir une plus grande capacité de production pour vacciner la population et ensuite aider d’autres pays.

Nous avons, ajoute-t-il, développé cinq formulations, avec des technologies sûres et que nous maitrisons bien car utilisées dans d’autres vaccins que nous fabriquons.

La combinaison des vaccins Soberana 2 et Soberana Plus, et le vaccin Abdala sont les plus avancés dans les tests, avec plus de 450 000 personnes déjà traitées et de bons résultats.

L’objectif est de vacciner l’ensemble de la population de la Havane de plus de 19 ans, soit 1,7 millions de personnes, d’ici l’été, car c’est dans la capitale que le coronavirus est le plus actif. Il a même été décidé, il y a quelques jours, de vacciner les personnes qui avaient reçu un placébo dans la phase initiale de test.

Le président de BioCubaFarma souligne que les composants, près de 200, pour produire les vaccins, sont compliqués à obtenir pour Cuba et rendus plus cher à cause du blocus. C’est aussi pourquoi différentes variantes de vaccins ont été développées pour échapper à ces contraintes.

Il pense également comme scientifique et cubain que la libération des brevets des vaccins devrait être la règle et que tous les pays devraient collaborer d’avantage pour lutter ensemble contre la pandémie.

C’est ce que Cuba fait et nous ne pouvons qu’approuver et soutenir cette démarche.

Comme chaque semaine je vous laisse découvrir les nombreux articles de notre site qui relatent la réalité cubaine, et je vous en souhaite une bonne lecture.

Continuez de prendre soin de vous et de vos proches.

Michel Humbert
Vice-Président de Cuba Coopération France

LIRE LA SUITE :

 

Commenter cet article