Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

En cette journée, 7 électeurs sur 10 ne se sont pas rendus aux urnes. C'EST ÉNORME ! 

Un véritable séisme démocratique et une gifle du peuple à toute la classe politique.

Dans les médias, le bal des hypocrites indignés est ouvert. Le carnet de bal est d'ailleurs bien rempli.

"Ah ces veaux de Français qui ne votent pas, blablabla...", sans faire l'effort – bien évidemment désagréable – de se demander pourquoi un tel rejet plutôt que d'invectiver les Français et de les traiter avec mépris, en particulier les classes populaires.

Il est plus facile d'insulter les Français que de prendre en compte le fait que les enjeux sont opaques et largement déconnectés des intérêts des citoyens.

Alors pourquoi ?

1-La partielle sortie de crise du covid n’y est sûrement pas pour rien. Les Français veulent souffler, sortir, entre amis, en famille, seuls, respirer, regarder le ciel, rire, fêter, préparer un peu les vacances d’été pour ceux qui pourront partir.

D’autant plus que chacun comprend que cette accalmie est momentanée. Un nouveau confinement à l’automne menace. Et puis surtout la crise économique, déjà présente, va s’amplifier et emporter bien des vies et des espoirs. En septembre, la rentrée sociale sera légitimement conflictuelle. Avec au moins 1 million de chômeurs en plus par rapport à 2019, des centaines de PME qui mettront la clef sous la porte et l’utilisation de l’arme fallacieuse de la dette par le gouvernement d’Emmanuel Macron pour casser la sécurité sociale, l’hôpital et des retraites, comment pourrait-il en être autrement ?

Alors on vit un peu en attendant, c’est bien humain.

Mais les raisons de fond, que la conjoncture ne fait que renforcer, sont politiques.

2-Ce scrutin révèle avec force le rejet par les Français des élections régionales et de ce qu’elles représentent. D’abord, beaucoup, et avec raison, ne comprennent pas les prérogatives concrètes de ces "grandes régions" qui ne font que diluer la responsabilité politique. D’ailleurs, pour plusieurs têtes de liste, tous partis confondus, ce n’est qu’un tremplin pour les élections nationales de 2022 ; toute la classe politique ou presque a ainsi mis en avant des projets programmatiques nationaux sans aucun rapport avec les compétences réelles des régions, ajoutant à une confusion déjà grande.

Ensuite et surtout, cette abstention massive peut être lue comme un rejet clair et net des "supers régions" elles-mêmes. Imposées par l'Union européenne et l’Allemagne, qui veut voir son système partout dans l’UE et vomit l’organisation de l’Etat français, elles ne correspondent en rien à l’histoire politique française et ne recoupent même pas les aspirations culturelles des territoires. Elles vont à l’encontre du triptyque politique français naturel : commune, département, nation, chacun de ces trois éléments étant sabordé, et en premier lieu la nation. Cette organisation territoriale ne convient pas aux Français, d’autant qu’elle s’accompagne d’une constitution de baronnies politiques européistes et déconnectées des préoccupations des citoyens.

3-Enfin, l'offre politique est désespérante au regard des problèmes des Français. Du RN à la France insoumise, aucune formation politique ne semble capable d’adopter une ligne qui associe politiques économiques redistributives "de gauche" (justice sociale, justice fiscale) ET politique régalienne "de droite" (sécurité, contrôle de l’immigration, respect de l’autorité).

Mais surtout et principalement, pourquoi les Français se mobiliseraient-ils pour des élections locales alors que les grandes décisions sont imposées par l'union européenne, les traités de libre-échange, les États-Unis d'Amérique, l'OTAN, le FMI, la BCE ou l'Allemagne ?

Les politiques professionnels se lamentent ou fustigent l'abstention des électeurs, mais ces mêmes électeurs, qui ne sont pas ignorants comme on tente de le faire, croire sur les plateau de télévision :

- savent bien que 80% des lois adoptées à l'Assemblée Nationale sont des mises en conformité aux dispositions européennes ;

- voient bien que la politique énergétique de la France est largement décidée par Berlin.

- se souviennent que quand ils se mobilisent contre le Traité Constitutionnel Européen en 2005 et remportent un référendum, on leur a imposé un déni de démocratie en 2008, gauche et droite bras dessus bras dessous.... 

Alors, qui est inconséquent, le gouvernement, les ex-partis de gouvernement ou le peuple ? 

Il y a un boulevard pour rendre à la France sa grandeur en lui donnant une véritable perspective pour un avenir qui ne soit pas un médiocre suivisme des décisions prises à Bruxelles, Berlin, Washington ou Wall Street.

Le 20 juin 2021

Georges Kuzmanovic

Président de République Souveraine

Source : Facebook

Commenter cet article