Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Le 1er juin 2021 était célébrée la journée internationale de l’enfance.

Elle a été instituée par l’Assemblée Générale des Nations Unies en 1956.

Si, étonnamment, cette journée a été peu évoquée chez nous, à Cuba elle a été l’occasion de mettre en avant les enfants, leur place dans la société et de quelle manière ils doivent être protégés, élevés, éduqués.

Dans la Grande Ile, c’est peu dire que l’enfant est roi.

C’est dans la culture du pays et de sa population. Encore plus depuis la Révolution qui a placé, sous l’impulsion de son leader, Fidel Castro, l’enfant au cœur du développement de la société.

Fidel a pu dire dès 1959 « nous pourrons dire au peuple et au monde, que, comme un effort de plus de notre Révolution, comme un effort de plus de notre peuple, il ne restera plus un seul enfant sans école, ce qui signifiera le développement de l’intelligence de tous nos enfants  » et l’année suivante : « ce à quoi nous devons penser le plus : les enfants d’aujourd’hui, qui sont le peuple de demain… »

Et ces principes ont été mis en pratique car chaque enfant a une école où aller, avec des enseignants bien formés, que ce soit en ville ou dans les coins les plus reculés où parfois il peut y avoir un enseignant pour un élève… L’éducation est entièrement gratuite.

Le Président de la République Miguel Diaz-Canel s’est exprimé ce 1er juin en déclarant « qu’il faut consacrer les plus grands soins aux enfants, aujourd’hui et tous les autres jours de chaque année », ajoutant « qu’ils sont notre bien le plus important et le plus cher  ».

A Cuba les enfants sont respectés et chéris, et on leur apprend aussi dès le plus jeune âge le respect des autres. Un programme spécial a également été développé par des pédagogues et mis à la disposition des parents pour les aider à une bonne éducation et un bon développement des enfants. Ce programme a d’ailleurs été proposé et utilisé dans d’autres pays d’Amérique Latine.

Evidemment la pandémie actuelle perturbe beaucoup la situation, car les enfants sont aussi confinés, les écoles et les crèches fermées, et ils ne peuvent aller s’amuser dehors, jouer dans les parcs infantiles près de chez eux, comme ils en ont tellement l’habitude.

Ce mardi soir l’émission télévisuelle « la table ronde », très regardée à Cuba, réunissait une enseignante, une pédiatre, un psychologue, et une actrice pour répondre à la question « comment nos enfants, nos filles et nos adolescents ont-ils vécu le confinement imposé par la pandémie de covid-19 ? ».

L’actrice et codirectrice de la fameuse troupe de théâtre d’enfants, La Colmenita, laquelle se produit même à l’étranger, a pu dire : « les enfants nous ont donné d’innombrables leçons à nous adultes, en un an et demi de pandémie. Ils nous poussent chaque jour à travailler et à être meilleurs, afin qu’ils soient dans le futur des hommes et des femmes de bien, comme ceux dont le monde et Cuba ont besoin ».

Je voudrais encore ajouter que le blocus impitoyable et toujours en vigueur qu’impose les Etats-Unis à Cuba impacte toujours les familles pour mieux satisfaire les besoins de leurs enfants. Les difficultés d’approvisionnement en bien de consommation ne facilitent pas la vie de tous les jours.

Nous devons continuer de nous battre sans relâche pour qu’enfin cesse cette grave injustice que mène depuis plus de 60 ans le puissant voisin contre Cuba.

Le 12 juin, en préparation du prochain vote à l’ONU pour condamner ce blocus, des manifestations se tiendront notamment à Paris pour appuyer cette condamnation et exiger la levée du blocus, et notre association en sera partie prenante.

Battons-nous pour les enfants de Cuba !

Comme chaque semaine je vous laisse découvrir les nombreux articles de notre site qui relatent la réalité cubaine, et je vous en souhaite une bonne lecture.

Michel Humbert
Vice-Président de Cuba Coopération France

LIRE LA SUITE :

Commenter cet article