Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Le Président de l’ARAC de Malakoff interpelle La Maire:

Madame la Maire
 
Nous venons d’apprendre aujourd’hui que le Conseil Municipal du 30 juin prochain (2021) aurait à l’ordre du jour le changement de dénomination du boulevard Henri Barbusse, c’est-à-dire le débaptiser. Nous sommes extrêmement surpris de ce projet pour lequel l’ARAC, notre association n’a pas été ni informée, ni consultée, alors qu’Henri Barbusse est un des fondateurs de l’ARAC. De plus, au cours de la période récente nous avons eu l’occasion de travailler avec vos services et les élus délégués : sur la journée nationale de la Résistance, sur le Concours National de la Résistance et de la Déportation et sur le refus de la répression des militants anticolonialistes.., Vos représentants n’étaient pas sans ignorer le projet.
 
Notre association ne peut accepter ce recul historique qui concerne Henri Barbusse, dont le patronyme a servi de nom de baptême pour ce quartier de Malakoff, nom choisi et voulu par les différentes municipalités ouvrières de notre ville, Barbusse est célébré dans les rues de nombreuses communes françaises. Ce n’est pas un hasard mais la reconnaissance du courage et du rôle historique de cet ardent militant pacifiste.
 
Barbusse a eu le courage de refuser dès le début de la guerre la boucherie de la première guerre mondiale en écrivant, contre l’ordre établi et les généraux, un livre Le Feu qui a obtenu malgré la censure de guerre le prix Goncourt en 1916. Militant pacifiste qui a combattu dans les tranchées, il a eu l’intelligence de rassembler les combattants et anciens combattants dans le refus de la guerre et de l’idéologie belliciste, dans l’Association Républicaine des Anciens Combattants ARAC dont le mot d’ordre toujours d’actualité est GUERRE A LA GUERRE. Peut-on dans la période que nous vivons, de tensions, de risques de guerre, de maitrise du monde par les plus riches, ignorer l’actualité de ce message ?
 
Notre association a marqué l’histoire de notre pays, en dénonçant les causes des guerres, dès la première guerre mondiale, et en participant, à cette occasion, à la création du mouvement révolutionnaire français, en combattant la montée du fascisme, en se battant conte le nazisme dans la Résistance, en refusant les guerres coloniales, Vietnam, Algérie, Afrique. Notre association est présente aujourd’hui avec les syndicats et le= mouvement populaire contre la remise en cause des droits sociaux et politiques conquis par nos ainés.

L’ARAC se bat contre la réécriture de l’Histoire que les différents gouvernements de ce début du 21ème siècle veulent imposer, où le combat du peuple de France, de ses syndicats et des partis révolutionnaires, est caricaturé, en le remplaçant par celui de l’armée et de l’ordre établi. Nous savons que la Municipalité de Malakoff veut nous accompagner sur ce terrain mais nous affirmons qu’elle ne peut ignorer que des décisions ont valeur de symbole, et que la décision de débaptiser une rue porte son poids politique, débaptiser et non pas renommer.
Il nous a été indiqué sans que cela ne soit public que la municipalité souhaitait renommer la voie Louise Michel. Comment une ville à direction communiste, pourrait opposer cette femme communarde et révolutionnaire, à cet homme pacifiste et révolutionnaire ? Il doit y avoir une rue Louise Michel à Malakoff
Nous vous demandons instamment de renoncer au projet de changer le nom du Boulevard Henri Barbusse et nous serons rejoints dans ce refus par différentes associations et mouvements que nous tenons informés.
 
En souhaitant dépasser toute incompréhension, l’ARAC vous transmet, Madame la Maire, ses salutations républicaines.
 
 

Jean-Pierre Renaudat, Président de l’ARAC Malakoff
 
 
Je vous prie de trouver joint le texte d’hommage à Henri Barbusse prononcé par le secrétaire général de l’ARAC Patrick Staat le 26 septembre 2020 :

 

HOMMAGE A HENRI BARBUSSE – FONTENAY SOUS BOIS

Samedi 26 septembre 2020

de Patrick STAAT, Secrétaire Général de l’ARAC

Henri BARBUSSE, ce nom qui figure sur tant de rues, d’avenues, d’établissements scolaires, de stades de nos villes et de nos villages, c’est d’abord pour ceux qui firent la grande guerre ou qui en entendirent parler par leurs parents, leurs grands-parents, où qui l’ont apprise dans leurs manuels d’histoire, le nom de l’auteur du FEU, le témoignage unique du soldat d’infanterie. Le fantassin qui devint BARBUSSE.

Mais Henri BARBUSSE a été aussi le poète, le romancier, l’essayiste, qui a reflété dans son œuvre les plus profondes angoisses, les plus audacieuses espérances de son siècle, l’auteur de l’ENFER et de CLARTE, le biographe de Zola.

Le Feu, qui est l’œuvre maîtresse de cet écrivain, est le cri de souffrances, d’angoisse et aussi d’espoir de millions d’hommes plongés dans l’enfer d’une guerre faite pour des intérêts qui n’étaient pas les leurs.

Ce cri lancé par Henri BARBUSSE joua un grand rôle dans la prise de conscience des peuples des horreurs et des causes de la guerre, les amenant à se poser des questions sur ce qu’il convient de faire pour en éviter le renouvellement.

Aujourd’hui, prendre appui et réfléchir sur les convictions républicaines d’Henri BARBUSSE, sur la République à laquelle il croyait et qu’il appelait à défendre, c’est alimenter notre réflexion et conforter nos convictions pour le combat que nous menons pour la défense des valeurs républicaines.

Les convictions républicaines de BARBUSSE étaient d’abord fondées sur sa foi en l’homme, sa confiance dans le citoyen.

En novembre 1917, avec Paul Vaillant-Couturier, Georges Bruyère et Raymond Lefebvre, il créé l’ARAC pour s’attaquer aux causes impérialistes de la guerre.

« Les principes républicains sont, de tous côtés, ou trop attaqués, ou trop mal défendus. Il faut veillez sur la République. C’est à vous tous et avant tout qu’incombe ce devoir, survivants de la guerre des hommes contre les oppresseurs ! Nous appelons République la société constituée sur les bases de la réelle souveraineté des peuples, c’est-à-dire sur la logique et la raison, avec tout ce qu’un corps social sagement organisé peut comporter d’égalité, de liberté et de droits pour chacun ; une société qui ne soit pas, ouvertement ou obscurément, conduite par une oligarchie de privilégiés et de parasites, mais illuminée dans tous les coins par le clair intérêt général »

Aujourd’hui encore, les mots de BARBUSSE sonnent juste. Ils sont d’une actualité criante quand un Président de la République et son gouvernement servent les oligarchies financières au détriment du peuple, que les droits et conquis sociaux sont remis en cause.

Le 24 juin 1917, BARBUSSE écrit : « Quand on nous parle du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, du droit des Nations, on n’entend guère par ces mots les peuples eux-mêmes et les nations toutes entières, mais seulement leurs gouvernants et leurs dirigeants ».

Il met l’accent sur la souveraineté des peuples. Il faut voir aussi la lucidité de BARBUSSE dans la volonté de construire une société des Nations, seul moyen d’assurer la paix.

Son combat pour la paix était lié à son combat antifasciste. En août 1933, le Mouvement Amsterdam et le Mouvement Pleyel fusionnent : le Comité Mondial de la lutte contre la guerre et le fascisme est né sous le nom « Amsterdam Pleyel ».

Lors du 1er Congrès International Antifasciste, BARBUSSE dit à propos du fascisme : " Le fascisme ! Organisation créée par la peur et l’argent bourgeois et dirigée avant tout contre le prolétariat de tous les pays avec la complicité de tous les gouvernements. Le but avéré du fascisme ? Détruire par le meurtre et le pillage l’organisation de classe du prolétariat. Dans cette immense vague fasciste de tuerie et de massacre, les révolutionnaires, les communistes sont les premiers frappés. Ils ne sont pas les seuls, certes, mais c’est surtout contre le prolétariat que le fascisme tourne sa rage et c’est aussi le prolétariat qui se trouve contre lui à la pointe du combat. "

Aujourd’hui, dans le monde grandit le risque de guerre, de tensions entre pays. Dans plusieurs pays d’Europe, se renforcent l’extrême-droite, le fascisme.

La commission européenne qui construit avec la complicité de Monsieur MACRON, l’Europe de la concurrence entre les peuples, la concurrence libre et non faussée conduisant partout à la pauvreté, à la misère, permet la progression de l’extrême droite partout en Europe et remet en cause la souveraineté des Nations.

Malgré un pays qui gronde, et devant les mouvements sociaux, les luttes dans un grand nombre d’entreprises, le Président de la République reste sourd et restera jusqu’au bout, le Président des riches.

Restons la France de 1789, de la Commune de Paris, la France des droits de l’Homme et du Citoyen, la France de 1936 et celle du programme National de la Résistance, assise de la politique sociale française.

Chers Amis, chers Camarades, Barbusse nous invite comme au premier jour à être les militants de la pensée, les militants des idées et de la libération humaine.

A nous, par notre action de continuer, comme ces héritiers que nous sommes, à porter cette intelligence.

Déclaration de Paul MARKIDES – Président de l’Association Nationale des Amis d’Henri Barbusse – à propos de la débaptisation de l’avenue Henri Barbusse à Malakoff

Nous venons d'apprendre avec surprise que l'autorité municipale de la ville de MALAKOFF dans les HAUTS DE SEINE à l'intention de débaptiser la rue Henri BARBUSSE pour la nommer Louise MICHEL. Dans les circonstances internationales que nous connaissons aujourd’hui où la Paix est aussi bien en danger en Extrême-Orient, qu'en Europe centrale, en Afrique, en Amérique latine, en Mer de Chine entre autres, que le premier des écrivains combattants de la guerre de 1914-18, prix Goncourt 1916 pour son livre " LE FEU " qui décrit la vie des combattants de cette guerre sur le front soit ainsi mis en en cause, lui qui mena un combat acharné pour la Paix, les libertés et la justice le reste de sa vie.

La preuve de cette action est concrétisée par la fondation commune Henri BARBUSSE-Romain ROLLAND du grand mouvement Amsterdam-Pleyel pour la PAIX et la dénomination de nombreuses artères et édifices publics à son nom. Action reconnue par les 500.000 personnes qui le conduisirent à Paris, à sa dernière demeure, le cimetière du Père Lachaise, face au mur des Fédérés.

Nous respectons et admirons la vie et le combat de Louise MICHEL, mais nous n'acceptons pas qu'ils soient opposés l'un à l'autre, alors que leurs combats rejoignent les mêmes causes : la paix, la justice, les libertés, la culture.

Ainsi que l'écrivait Paul ELUARD " Fleur et fruits de mémoire ont force d'avenir".

Paul MARKIDES

Président de l'association nationale des Amis d’HENRI BARBUSSE 

SOURCES:

Commenter cet article

P
vous comprenez ce que signifie : "la racaille d en haut " (Marx , les luttes de classes en France )
Répondre