Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Au temps des olympiades,

Des poings, mais pas que…

Une droite à la face de la droite !

Nombreux sont ceux qui suivent les épreuves des Jeux Olympiques. Et, amis du Cuba ou simplement curieux, ils se renseignent sur les performances de ce petit pays !

J’ai retenu pour ma part, la nouvelle victoire, du boxeur charismatique Julio César La Cruz Peraza. Champion olympique à Rio en 2016, quatre fois champion du monde…et capitaine de l’équipe à Tokyo.
Son large sourire, son verbe franc et vif, et sa simplicité, les plus de cent titres qu’il a obtenus lors de son parcours de sportif en font un être attachant.

Le combat était très attendu. Dans la catégorie des 91 kg, il était opposé à Emmanuel Reyes, né à Cuba, entraîné dans ce pays, et naturalisé espagnol, ne faisant pas mystère de son opposition au système de son pays d’origine…

Julio a gagné largement aux points (4 juges contre 1.) Mais avant de quitter le ring, le champion cubain, a répondu aux provocateurs qui criaient leur haine de la Révolution depuis les tribunes. Tourné vers eux, faisant, comme à son habitude, le salut militaire en signe de respect à la Révolution et à Fidel Castro, [1] il proclama à haute et intelligible voix : « Patria y Vida, No. Patria o muerte, venceremos ! » La vidéo ci-après donne l’origine et la signification de ce mot d’ordre révolutionnaire :
https://youtu.be/oEAxtevAK38

Le combat avait été précédé de déclarations provocatrices de la part de Reyes, amplifiées à l’extrême par la presse espagnole « Ici, on va arracher des têtes ! » a-t-il menacé avant de monter sur le ring.

Julio César a répondu, sur le ring olympique, avec ses poings et avec les mots venant de son cœur !

Comme la grande majorité de la population du pays, ce brillant athlète cubain a choisi de rester fidèle à la Révolution.
En demi-finale il affrontera le brésilien Abner Texeira.

Que le meilleur gagne, c’est la loi du sport.

Les Jeux se poursuivent et nous aurons l’occasion d’y revenir dans les articles à publier qui ne manqueront pas de souligner les excellents résultats de la délégation cubaine...

Bonnes vacances à ceux qui peuvent en prendre !
Bien cordialement,

[1] Au sujet du salut militaire, Il déclarait lors d’un interview publié en août 2016 dans le journal Juventud Rebelde :
Cela a suscité l’intérêt de beaucoup dans le monde. Je leur ai expliqué à tous que la plus grande émotion n’est pas seulement de gagner la médaille, mais de sentir l’hymne national dans l’auditorium. C’est pourquoi je le salue comme un militaire, parce que le drapeau et l’hymne national méritent le respect éternel de ses enfants. J’ai appris le salut militaire quand j’ai passé le service militaire dans les FAR, et je l’ai dans le cœur comme un enseignement permanent d’où je viens et où je vais. Je viens de Cuba et j’y retourne toujours. Je salue donc Cuba et les Cubains pour savoir que je suis présent et qu’il n’y a pas de trahison. C’est que l’hymne national est la force de la victoire, parce qu’il n’est entonné dans les compétitions que lorsqu’on est vainqueur.

Roger Grevoul
Président Fondateur de Cuba Coopération France

LIRE LA SUITE:

Commenter cet article