Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Le 14 août 2021

Dans un poste précédent (voir ci-dessous) j’évoquais ma honte et mon énervement provoqué par certains possesseurs d’une carte de presse, porte-parole du pouvoir, que je ne peux appeler confrères.

Et bien aujourd’hui, après les manifs de ce samedi 14 août, je suis obligé de remettre le couvert. Chers amis, vous êtes devenus dingues ou quoi? Vous transmettez sur France Télévisions, sur BFM, sur C News, ou autre des infos aussi ridicules que les suivantes:

-La veille des manifs, le ministère de l’intérieur annonce qu’il y aura 250 000 manifestants. Et vous reprenez comme parole d’évangile.

-Le soir des manifs le ministère annonce

214 845 et vous reprenez. C’est le 45eme qui devrait vous interpeller non? Ridicule, absurde….

Le pouvoir est grotesque sur les chiffres, et vous avec.

Et il y a plus: Macron, Véran, Attal réduisent l’opposition au pass à une pancarte trouvée à Metz et donc à l’antisémitisme, au racisme… Et vous reprenez sans rétablir la réalité, sans dénoncer la marginalité ultra minoritaire de ces quelques faits…

Comme je le disais, cela est une Honte. Et certains s’étonnent de ne pas être aimés. Bizarre non?

J.C.

******

Le 7 août 2021

HONTE À VOUS QUE JE N’OSE APPELER CONFRÈRES !

J’ai été durant plus de 30 ans grand reporter à France 2, ai glané à l’époque avec mon ami aujourd’hui décédé Pascal Martin une collection de prix, du 7 d’Or au reportage d’investigation en passant par quelques autres.

On n’abandonne pas, dans la tête du moins, ce métier: tenter de comprendre le monde pour l’exposer. Avec son point de vue mais dans le respect absolu des faits.

Ce soir, bien que n’ayant plus rien à voir avec France Télévisions, j’ai été partagé par un sentiment de honte et de colère en voyant le journal de France 2.

Comment donc se prétendre journaliste en acceptant un tel journal, une telle hiérarchisation de l’info ? Comment faites-vous ?

De toute évidence, la mise en page, le contenu de France 2 ne visent qu’à gommer le fait majeur de cette situation estivale, des centaines de milliers dans la rue (ramenés par la presse à 200 et quelques milles annoncés par le ministère de l’intérieur) contre le passe pour La liberté.

Durant 10 ans, les médailles françaises aux JO. Au passage l’enthousiasme de quelques dizaines devant un écran au Trocadéro.

Puis durant plusieurs minutes, la préparation des prochains jeux à Paris…

Et puis enfin en deux minutes les manifs anti passe pour conclure sur un camping où « le passe se déroule très bien » et sur la « catastrophe en Guadeloupe ».

A l’époque le ministre de l’information avait un bureau dans les locaux de la télé publique. Aujourd’hui plus besoin. Honte! Les responsables de la télé et leurs petites mains aux ordres n’ont pas d’état d’âme. La télé publique est la télé officielle du pouvoir, voilà la triste réalité.

A l’époque être du service public d’information était un honneur, une référence.

Aujourd’hui, c’est une honte!

J.C.

Source : la page Facebook de Jacques Cotta:

Commenter cet article