Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

NOTE D'INFORMATION:

Même si je ne partage pas toujours le point de vue de l'auteur, et même s'il estropie au passage mes propres thèses, je trouve que ce texte de l'économiste argentin Claudio Katz a le mérite de contribuer au débat. (Et qu'il soit publié dans une revue trotskyste augure peut-être d'un modeste commencement de lucidité de ce côté de l'échiquier).

Bruno Guigue sur Facebook

La CHINE: ni puissance impérialiste, ni pays du Sud

La Chine est-elle une puissance impérialiste ? Quelle position occupe la Chine dans la division internationale du travail ? Si le caractère impérialiste des États-Unis est une donnée indiscutable de la géopolitique contemporaine, l’extension de ce qualificatif à la Chine donne lieu, en revanche, à des débats passionnés. Claudio Katz se propose dans cet article de mettre en évidence l’asymétrie entre ces deux puissances concurrentes, le profil agressif de Washington et la réaction défensive de Pékin.

Alors que les États-Unis cherchent à restaurer leur domination mondiale déclinante, le géant asiatique tente d’assurer une croissance capitaliste sans confrontations extérieures. La Chine est également confrontée à de sérieuses limitations historiques, politiques et culturelles pour intervenir par la force à l’échelle mondiale. Pour ces raisons, elle ne fait pas actuellement partie du club des pays impérialistes. Cette approche s’oppose aux analyses qui décrivent la Chine comme une puissance impérialiste, prédatrice ou colonisatrice. Elle définit la distance qui la sépare de ce statut et les conditions que la Chine devrait remplir pour se placer à ce niveau. 

Il souligne également que la Chine a laissé derrière elle son ancienne condition de pays sous-développé et a rejoint désormais le groupe des économies centrales. Depuis cette nouvelle position, elle capte d’importants flux de capitaux internationaux et connaît une expansion qui profite des ressources naturelles fournies par les pays de la périphérie. En raison de cette position dans la division internationale du travail, elle ne fait pas partie des pays du Sud. 

Claudio Katz partage donc les diverses objections qui ont été soulevées contre la caractérisation de la Chine comme un nouvel impérialisme, mais il remet en question l’idée que le pays serait un acteur qui ne serait intéressé que par la coopération, la mondialisation inclusive ou la sortie du sous-développement de ses partenaires. Un examen de tous les arguments en débat permet de clarifier la question contemporaine complexe du statut international de la Chine.

Ce texte de Claudio Katz a initialement été publié sur le site de la revue VientoSur. L’auteur est économiste, professeur à l’Université de Buenos Aires, chercheur au CONISET (Conseil national d’investigations scientifiques et techniques, en Argentine) et membre de EDI (Economistas De Izquierda). 

POURSUIVRE LA LECTURE :

 

Commenter cet article

politzer 12/09/2021 13:47

La CHine de DEng a repris la politique de la NEP où Lénine l avait laissés pour cause de limite biologique. C est cette politique que l urss aurait développée si Lénine avait survécu et ce que Gorbatchev et les autres avant lui n ont pas compris , ce qui explique grosso modo et principalement sa chute . La Chine est un pays socialiste "de marché" [en voie d extinction] avec un état dirigé par le PCC et qui détient non seulement le pouvoir politique ET militaire mais aussi et avant tout le pouvoir économique. Tout est dit ! La lutte des classes continue évidemment dans ces conditions par les 90 millions de communistes , avec le soutien des 700 millions de Chinois sortis de l extrême pauvreté et des nouvelles couches moyennes qui savent qu' elles doivent leur libération au PCC, qui s est donné l objectif enthousiasmant et prometteur de parvenir à une société de "moyenne aisance"!