Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Mikis Théodorakis

Mikis Théodorakis, un des plus grands compositeurs du monde, est mort aujourd'hui 2 septembre à 96 ans. Sa vie se confond avec l'histoire de son peuple fait de durs combats et de tragédies. L'esclavage capitaliste, le fascisme, la guerre civile, les camps, la torture, les violences policières mais avant toute chose la Résistance à ces forces obscures.

Militant de l'EAM-ELAS, communiste, patriote, antifasciste il fut cent fois arrêté, déporté, torturé, emprisonné, exilé, laissé pour mort par les mussoliniens, les hitlériens, les fascistes grecs. 

POURSUIVRE LA LECTURE :

Communiqué du Comité central du Parti communiste grec (KKE) après le décès de Mikis Théodorakis

Avec une profonde émotion et des applaudissements incessants, nous disons au revoir à Mikis Théodorakis, combattant-créateur, leader et pionnier d'un nouvel art combatif en musique.

Impulsif, inspiré et enflammé par la passion d'offrir au peuple, Theodorakis a réussi à faire rentrer dans son œuvre majestueuse toute l'épopée de la lutte populaire du XXe siècle dans notre pays. Après tout, il faisait partie de cette épopée.

Dès l'âge de 17 ans, il s'organise dans l'EAM et peu après dans le KKE, participant à la Résistance nationale. En décembre 1944, il a combattu dans la bataille d'Athènes, qui a été noyée dans le sang et après la défaite de l'Armée démocratique, il a partagé avec ses camarades la persécution sauvage de l'État bourgeois en exil à Ikaria et le martyre de Macronissos, où il a été brutalement torturé. Il se bat alors à travers l'EDA et les Lambrakides pour la renaissance culturelle, tandis qu'il "paye" de nouveaux procès, prisons et exilés, son action illégale contre la dictature des colonels en 1967. Les concerts qu'il donne à l'étranger jusqu'à la chute de la dictature puis dans toute la Grèce sont choquants . En 1978, il a été candidat du KKE à la mairie d'Athènes, tandis qu'en 1981 et 1985 il a été élu député du Parti. "J'ai vécu mes années les plus fortes et les plus belles dans les rangs du KKE", a-t-il déclaré lors de l'événement organisé par le Parti pour honorer les 90 ans de sa contribution artistique et sociale.

En effet, Théodorakis n'a jamais oublié les idéaux de liberté et de justice sociale, qui sont restés insatisfaits. Son œuvre est une confrontation constante avec l'injustice et le défaitisme, une trompette de lutte, de nouvelles luttes, de résistance, d'exaltation et d'espoir. « Ne pleurez pas Romiosyni… là où il va s'accroupir… pour se mettre debout à nouveau » est sa réponse à l'amertume et à la frustration d'un peuple dont les rêves ne se sont pas encore vengés.

Cette détermination dans la vie et la lutte n'est pas superficielle et toujours facile. Parfois, il émerge à travers une réflexion tortueuse. Sans aucun doute, Mikis, aussi bien qu'il savait comment frapper chaque petite et grande injustice, savait bien établir la conviction que l'amour, le bonheur, la paix et la liberté sont des choses réalisables. Mais peu importe à quel point il maniait brutalement et bruyamment "l'épée à double tranchant", "l'épée brillante" de sa musique, il savait facilement adoucir sa chanson, touchant avec une tendre sensibilité tout ce qui est bon et beau dans la vie et dans le monde.

La musique de Mikis est fermentée avec tous ces matériaux qui font le grand art, l'art qui capture le pouls de son temps et anticipe l'avenir. Le sentiment, l'esprit, la mémoire et l'expérience des personnes qui se battent, sont la source de leur inspiration. "Ce que nous avons fait, nous l'avons pris au peuple et nous le rendons au peuple", a-t-il déclaré, et ce n'était pas de la modestie. Theodorakis était profondément conscient que son temps jouait un rôle important dans sa réussite artistique personnelle. Il était pleinement conscient que la manière particulière et le dynamisme de son art se reflétaient dans les actions du peuple et que sa propre participation à l'action populaire, bien qu'elle le distrayait dans une certaine mesure de sa création, en était l'oxygène. "L'artiste qui vit et crée dans la lutte, assure une place particulière à son travail", a-t-il déclaré. Son œuvre est une preuve éclatante que le grand art est toujours politique, que son créateur le recherche ou non.

Theodorakis avait aussi confiance dans le peuple. Il croyait que le peuple avait le pouvoir de conquérir l'homme le plus élevé et le plus beau de son histoire. C'est pourquoi, avec une dévotion sacrée, il a cultivé un art qui élève le peuple. Mikis n'a pas seulement mis en musique de façon exquise le discours poétique sans le trahir, il l'a recréé et l'a livré sous cette forme qui pénètre directement dans le cœur populaire. « Il a apporté de la poésie à la table des gens, à côté de son verre et de son pain », comme l'écrivait Ritsos à son sujet. Ce n'est pas seulement la conversation irremplaçable de sa musique avec la poésie de Ritsos dans "Epitaph", qui à travers les interprétations choquantes de Bithikotsis et Chiotis est devenue un deuil folklorique intemporel et un hymne à la mort qui féconde l'avenir. Theodorakis réussit à parler avec la noble poésie de l'âme populaire, même à travers des formes musicales exigeantes et inhabituelles pour l'oreille populaire, comme celles de "Axion Esti" d'Elytis, d'"Epiphania-Averoff" de Seferis, de "Spiritual Expedition " d'Angelos Sikelianos et d'autres.

Dans le fleuve de son œuvre cohabitent presque toutes sortes de musiques : Les rues folkloriques et le chant folklorique, mais aussi la tragédie antique, le membre byzantin, le chant classique, la musique symphonique, les oratorios. Polyvalent et multi-talentueux, intellectuel comme il était, il avait également une riche œuvre littéraire. Dans le cas de Mikis Theodorakis, le génie artistique a rencontré une personnalité agitée, alerte et créative, qui a toujours ressenti le besoin de se dépasser. Sa musique a brisé les frontières du pays, tant sa langue à l'universalité des souffrances communes, des espoirs, des visions qui sont partagées par tous les peuples, tous les humbles de la terre. La reconnaissance mondiale de sa contribution artistique et sociale a été scellée avec le prix Lénine pour la paix. Et demain avec sa propre musique nous chanterons ensemble les peuples de Grèce, de Turquie, de Chypre, des Balkans, du Moyen-Orient, partout sur terre, le chant de la paix.

Mikis aimait marcher, respirer "dans les grandes rues, sous les affiches". Et là, sa musique continue à se faire entendre, à inspirer, à motiver, à éduquer. Avec la musique de Mikis, nous continuerons à marcher jusqu'à ce que… « les cloches sonnent » de la libération sociale. Mais même quand "la guerre sera finie" nous ne l'oublierons pas... Il sera avec nous même quand "les rêves rougissent".

Mikis immortel!

Le KKE présente ses sincères condoléances à sa famille et lui souhaite bon courage et santé .

 

Commenter cet article