Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Edouard Philippe

Édouard Philippe prépare sa rentrée. Vous savez le premier ministre de Macron, celui qui, dès son arrivée aux Affaires, a désossé ce qui restait du Code du Travail : plus de délégués du Personnel, plus de CE. A la place un CSE, sans pouvoir, au temps compté pour ses membres. Les patrons n'osaient pas rêver d'un temps où, légalement, ils redeviendraient maîtres après Dieu dans l'entreprise...Comme avant 36 ! Merci Edouard ! 

Philippe était sorti du champ politique à l'été 2020 : il faisait trop d'ombre à Jupiter. Mais un peu de distance avec la chose publique ne fait pas de mal : la mémoire collective se perd avec le temps. Et la comparaison - de style - avec son successeur ne joue pas en sa défaveur.

Mais prendre du champ avec le quotidien n'a qu'un temps. Et finalement, le retrait des allées du pouvoir peut aussi vous marginaliser.

Notre Edouard accepte l'ombre, pas les ténèbres.

Et de renouer avec la politique en récupérant la mairie du Havre. En attendant mieux. Les présidentielles pointent à l'horizon. Edouard Philippe sait qu'il ne peut solliciter la place en concurrence avec son ancien patron. Certes, si celui-ci venait à ne pas se représenter (situation évoquée en juin par Macron : " Si les conditions politiques n'étaient pas réunies..."), dans ce cas Edouard ne dirait pas non. Mais si l'hôte de l'Elysée brigue un second mandat, il ne faut plus songer qu'à 2027...Et c'est bien loin.

Alors que faire ? Philippe est un fin politique : il sait que Macron réélu, il lui faut une Assemblée complice. Et que les cohortes de ses députés devraient pour la majorité d'entre eux ou pointer à Pôle Emploi ou changer de business. Le monde des affaires est prêt à les accueillir pour service rendu...

Mais un président sans troupe, ce n'est pas possible. Alors, comment faire ?

C'est là que Philippe fait fonctionner ses méninges. "Des députés, moi je peux lui en trouver !". Et de fonder un "nouveau" parti, dont il aurait la tête, à droite toutes, avec le soutien de maires de grandes villes, nuance Juppé, dont Philippe est l'héritier. 

L'opération a lieu ce week-end : lundi, un nouveau mouvement, tout neuf, tout beau, serait prêt à succéder aux LREM démonétisés, en mordant davantage sur la droite LR, en pleine guerre civile., Ils sont déjà au sein du gouvernement Castex, comme ils l'étaient déjà dans celui de Philippe...

Ce sombre tableau de ce qui pourrait arriver, avec ou sans Macron, doit faire réfléchir.

La France inquiète, celle qui déteste Macron et sa politique, est sans doute majoritaire dans l'électorat. Elle s'est exprimée à travers les gilets jaunes par un séisme social. Et depuis la politique suivie - celle dictée à Bruxelles par l'oligarchie européenne - aggrave chaque jour les conditions de vie du plus grand nombre.

La misère s'étend, les libertés publiques sont bafouées, le destin de notre pays est en jeu. 

Et cette France-là, en colère sourde, s'est réfugiée massivement dans l'abstention...  Elle veut une politique de rupture franche avec le noir présent. Politique qui n'est possible que si la France et son peuple retrouvent leur souveraineté, pleine et entière, une France où les Français décideraient seuls de leur avenir, sans tenir compte des oukases de l'Union européenne...

Mais qui osera, parmi les candidats qui se réclament de l'opposition, annoncer une telle rupture ?

Un seul d'entre eux ose le faire pour l'instant : Georges Kuzmanovic et son mouvement la France souveraine...Souhaitons qu'il fasse école, car pour vaincre il faut le rassemblement.

Jean LÉVY

sur son blog :

Commenter cet article