Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Le changement climatique, sa corrélation avec l’utilisation massive des ressources de notre terre et les rejets de l’activité humaine sont aujourd’hui des questions en débat dans quasiment tous les pays du monde.

A Cuba ce sujet est pris très au sérieux depuis plusieurs années, car la situation de l’île en région subtropicale, soumise à des cyclones potentiellement plus ravageurs, à des périodes de sécheresse, est aggravée par le réchauffement climatique et ces conséquences : élévation du niveau de la mer mettant en péril les zones côtières, sécheresse diminuant les ressources hydrauliques.

Cette situation est très préjudiciable pour la population.

Alors que va se dérouler la prochaines COP26, du 31 octobre au 12 novembre, à Glasgow au Royaume-Uni, ce lundi s’est tenue à Cuba une réunion du Système des Nations Unis (UNS), avec des représentants de l’organisation, des experts cubains et plusieurs invités sur les défis du changement climatique.

Eduardo Planos, président du programme national pour l’innovation scientifique et technologique, et pour l’adaptation et l’atténuation des changements climatiques, a souligné qu’à Cuba le changement climatique et ses impacts sont étudiés depuis plus de 25 ans.

La première étude d’impact, avec les premiers scénarios proposés par le GIEC, a été réalisée au début des années 1990, en se concentrant sur des secteurs tels que l’agriculture, le tourisme et les ressources en eau.

La collaboration avec les différentes agences de l’UNS a permis de mettre en œuvre des projets tels que Basal (visant à la durabilité alimentaire locale) et Manglar Vivo (dédié aux écosystèmes des mangroves côtières).

Trois projets sont coordonnés sous la direction du PNUD (Programme de Nations Unis pour le Développement).

A la Havane il s’agit d’élaborer un plan d’adaptation au changement climatique dans la zone côtière de la capitale, et de se concentrer sur les solutions d’ingénierie à mettre en œuvre pour la protection de la promenade de La Havane. Le troisième est un projet de surveillance maritime pour renforcer le système météorologique marin cubain.

Un représentant de l’ONU résident à Cuba a rappelé que l’intervention des différentes organisations de l’UNS permettent plus de ressources financières et plus de capacité à soutenir le pays et il a ajouté « aujourd’hui nous sommes rejoints par des ONG, des partenaires de coopération, des universités et une jeunesse volontaire, active et responsable dans la lutte contre le changement climatique. Nous nous engageons à laisser à ces jeunes une planète plus inclusive et plus verte ».

Quelques jours avant s’était tenue une réunion du Conseil National de l’innovation en présence du Président de la république, Miguel Diaz-Canel, avec pour thème la transition énergétique vers des sources d’énergie renouvelable.

95% de l’électricité produite aujourd’hui à Cuba l’est à partir de combustibles fossiles.

Pourtant le fait que Cuba puisse produire toute l’électricité dont elle a besoin avec des énergies renouvelables ne fait pas de doute.

Le rayonnement solaire abonde pour alimenter des panneaux photovoltaïques, le vent est propice en de nombreux endroits pour les éoliennes, la biomasse est abondante pour alimenter des centrales bioélectriques.

Le programme de passage vers les énergies renouvelables a pris du retard, a cause d’un manque de financement et surtout à cause du blocus des Etats-Unis.

Dans ce domaine aussi, Cuba a besoin de notre soutien et de la coopération pour relever ce défit d’atteindre l’objectif d’une production d’énergie 100% verte et renouvelable.

Comme chaque semaine je vous laisse découvrir les nombreux articles de notre site qui relatent la réalité cubaine.

Michel Humbert
Vice-Président de Cuba Coopération France

POURSUIVRE LA LECTURE :

Commenter cet article