Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

La question de l'immigration est particulièrement casse-gueule car elle permet le mélange à loisir des "bons sentiments", de doses de moraline, et de la réflexion politique. Elle permet souvent la substitution de prétendus "bons sentiments" à l'analyse précise des faits. Ainsi est automatiquement mis en accusation qui ose aborder le sujet. Il en est ainsi d'Arnaud Montebourg. Quoi qu'il ait pu dire, il aurait de toutes les façons été accusé par les uns de racisme, par les autres de laxisme, d'autant que ses propos portaient le flanc. 

En proposant d'abord de bloquer tout transfert d'argent des migrants vers leur pays d'origine pour faire pression sur leur gouvernement, puis en précisant sous le feu des premières critiques qu'il ne visait pas les faibles virements émanant de travailleurs qui se contentaient d'aider leur famille, il mettait lui-même le doigt sur la faille qu'il aurait pu légitimement éviter, en partant d'un simple point de vue de classe. 

Les virements peuvent être interdits pour des montants donnés et autorisés pour des questions purement humanitaires en deçà de sommes correspondant à des aides familiales.

Car qu'on le veuille ou pas, le problème qu'il soulève est bien réel, et ne pas l'affronter et ne pas tenter d'y répondre, c'est se résoudre à laisser le monopole de la question migratoire à Marine Le Pen ou à Zemmour dont on sait qu'ils tenteront de la régler, avec des moyens et méthodes qu'on peut imaginer. Ne pas poser aujourd'hui en terme de classe la question, c'est décider de ne pas intégrer, de ne pas assimiler, de laisser sans moyen des millions de travailleurs et salariés, des centaines de milliers d'habitants de cités. Ne pas y répondre ne coûte pas grand chose aux habitants des beaux quartiers, mais rend impossible la vie dans nombre de cités... Cette réalité dérangeante est incontournable. Lorsqu'un avis d'expulsion est prononcé, il doit pouvoir être exécuté. 

Du coup:

Montebourg a d'abord raison de reposer les questions d'intégration en terme d'acceptation de nos lois, de la laïcité, le l'apprentissage du français... Qui ne veut s'y plier n'a rien à faire sur le sol national...Il a également raison de partir de nos lois et de leur respect. Comment accepter que la France comme nation souveraine se voit contrainte de garder sur son sol des immigrés, délinquants notamment, contre lesquels sont pris un avis d'expulsion, pour la seule raison que leur pays d'origine trouve plus judicieux de nous les laisser plutôt que de les récupérer ? Cela signifie que les gouvernements algériens, marocains, tunisiens, ou tout autre a le pouvoir de nous imposer leurs ressortissants qu'ils refusent de voir chez eux. La seule évocation de cette réalité est insupportable. Notre souveraineté ne peut se monnayer et quiconque tente de nous la supprimer doit se voir opposer la plus grande fermeté.

Ses détracteurs pour simple raison et opportunité électorale fuient l'essentiel, ou y répondent sur une ligne qui de fait est synonyme de démission et à terme de liquidation. Ils peuvent, de "gauche" ou de "droite" considérer que nos principes républicains et nos valeurs sont obsolètes. Mais alors il faut le dire, cela rendra la discussion et les oppositions plus claires et plus simples!

Jacques Cotta

Sur sa page Facebook:

Commenter cet article