Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Je mesure l’honneur qui m’est fait d’ouvrir en ce onze novembre cette lettre, et de revenir vers vous toutes les six semaines. Je n’aurai pas la force de persuasion de Victor, le talent de Roger et l’expérience de Michel Humbert pour reconnaître la fierté et le courage du peuple Cubain et pour dénoncer ce blocus stupide et inhumain.

Sachez que je suis pleinement solidaire avec leurs propos hebdomadaires. Le courage et la fierté de nos amis Cubains, je le constate sans cesse, des deux côtés de l’Atlantique, lors des missions ou des stages en matière d’eau et d’assainissement. Nos collègues et amis sont passionnés par leurs métiers au service de la population. Quant à la stupidité et à l’aspect criminel de l’embargo, je les ai dénoncés il y a quelque temps ici même. Ne plus pouvoir envoyer au laboratoire central de La Havane des échantillons d’eaux usées franciliennes pour des analyses expérimentales est grotesque. Nous interdire de fournir au personnel égoutier cubain des appareils pour détecter les gaz mortels qui peuvent se former dans les réseaux d’eaux usées, parce qu’ils sont fabriqués aux USA, est ignoble et criminel.

Ces précisions données, permettez-moi de planter le décor pour mieux appréhender mes futures interventions.
Mon premier contact avec Cuba remonte à la fin de l’an 2000, lorsque j’ai effectué une mission à La Havane. J’étais proche de la retraite, j’ai pensé que c’était une sorte de récompense pour une carrière de plus de quarante ans au SIAAP, consacrée à redonner vie à la Seine. Dès la première matinée, j’ai compris qu’il ne s’agissait pas de vacances et qu’il fallait être à l’écoute pour analyser et comprendre la situation et si possible amener des solutions tangibles pour répondre aux désarrois des responsables de l’INRH (Institut National des Ressources Hydrauliques) correspondant chez nous à une sorte de secrétariat d’État à l’eau et à l’assainissement.

En fait la situation pouvait se résumer à celle de la France dans les années 50 encore marquée par les stigmates de la guerre. À savoir, pour l’eau potable, un réseau couvrant 90% de la population, une ressource suffisante, mais un réseau fuyard à 50 et même 70% entraînant des distributions d’eau potable programmées de quelques heures toutes les quarante-huit heures dans certains quartiers des capitales de province. En matière d’assainissement, 35% de la population raccordée à un réseau de collecte, 10 % d’effluents traités en grande partie par lagunage, quant au reste il s’agit d’assainissement non collectif, fosses septiques, fosses fixes ou déversement dans le milieu naturel.

La tâche est immense, il s‘agit de former, de sécuriser, de planifier par l’intermédiaire de schémas directeurs, de réhabiliter, de construire, d’introduire des technologies modernes et de rechercher des financements. Ce sont, si vous le voulez bien, ces aspects que j’aimerai développer à l’avenir dans ces colonnes. Pour l’heure je vous laisse lire vos rubriques habituelles et bien d’autres dans cette nouvelle lettre.

Christian Huart
Premier vice-président de l’Association Cuba Coopération France,
Ingénieur général honoraire des services techniques de la ville de Paris,
Chevalier de l’ordre national du mérite,
Chevalier de l’ordre des palmes académiques.

POURSUIVRE LA LECTURE :

Commenter cet article