Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

"La politique du gouvernement polonais à l'égard des réfugiés a échoué et a entraîné la mort d'au moins une douzaine de personnes" souligne le Parti communiste de Pologne (KPP) dans une déclaration concernant la crise actuelle des réfugiés à la frontière polono-biélorusse. 
 
"Un gouvernement qui n'est pas en mesure de résoudre cette crise de manière pacifique devrait démissionner" ajoute le parti communiste, soulignant que la politique étrangère de la Pologne doit changer.

Le KPP souligne qu'"il ne faut pas oublier que la Pologne, en tant qu'État membre de l'OTAN, a joué un rôle déterminant dans la situation tragique provoquée par la guerre, notamment en Irak et en Afghanistan" et ajoute : "Les réfugiés espèrent atteindre les pays d'Europe occidentale en passant par la Pologne. Ces personnes fuient souvent le fondamentalisme islamique, l'impérialisme ou le manque de perspectives dans leur pays d'origine. De nombreux migrants sont des Kurdes qui ont été victimes de l'impérialisme turc en Syrie et en Irak. Certains ont combattu avec succès l'État islamique mais, aujourd'hui, les États-Unis les ont livrés au régime d'Erdogan qui occupe une partie du territoire syrien et mène des frappes aériennes dans le nord de l'Irak".

Concernant le bras de fer avec la Biélorussie, la déclaration du parti communiste se lit comme suit : "Les réfugiés à la frontière polono-biélorusse n'ont aucune intention de s'installer dans notre pays, ils sont convaincus qu'ils peuvent atteindre l'Europe occidentale via la Pologne. Leur situation est aggravée en raison des relations tendues entre la Pologne et la Biélorussie et la question des réfugiés est devenue un instrument de conflit. Cela ne serait pas arrivé si les autorités polonaises n'avaient pas mené pendant des années une politique d'ingérence dans les affaires intérieures du Bélarus, notamment en finançant l'opposition et des médias tels que la chaîne de télévision de propagande Bielsat".

Le KPP souligne que "le gouvernement polonais ne résout aucun problème en érigeant de nouvelles barrières et un mur à la frontière avec le Bélarus" mais, au contraire, il "contribuera à la mort de plus de personnes". Le parti dénonce également "l'augmentation des dépenses militaires" qui a des effets sociaux et économiques négatifs, surtout dans le contexte de la crise croissante. "L'imposition de l'état d'urgence et le renforcement du contrôle des frontières affectent également les résidents locaux", souligne la déclaration, ajoutant que "ces mesures perturbent la vie des communautés locales, contribuent à d'énormes pertes économiques, augmentent le chômage et causent d'autres problèmes sociaux".

La déclaration du KPP se termine par un appel au changement de la politique étrangère de la Pologne, notamment le retrait du pays du soutien "au régime turc qui déstabilise la situation en Syrie et au Kurdistan irakien et l'abstention de toute ingérence dans les affaires intérieures du Belarus". 
 

Au cours de la dernière décennie, le Parti communiste de Pologne (KPP), membre de la Réunion internationale des partis communistes et ouvriers (IMCWP) et de l'Initiative communiste européenne, a été la cible de nombreuses persécutions de la part de l'État polonais bourgeois dans le cadre de la législation anticommuniste réactionnaire du pays. 

SOURCE:

Commenter cet article