Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

source: Facebook

Le 9 novembre 2012, alors que j'étais ministre du Redressement Productif, j’avais l’immense honneur d’inaugurer la toute première édition du Salon du Made In France. 9 ans plus tard, fort de plus d'une décennie d’engagement en faveur du fabriqué en France, c’est en tant que candidat à l’élection présidentielle que je suis venu hier rencontrer ces milliers de producteurs, artisans, entrepreneurs, qui ont fait le choix de la proximité et de la qualité. De 70 exposants en 2012, ce sont désormais plus de 800 exposants qui font de ce salon un rendez-vous incontournable pour celles et ceux qui croient que la démondialisation sera l'avenir de l'économie et de la planète.

Avec La Remontada, je veux faire un Made In France XXL, créer entre 300 et 400 usines sur le sol Français en associant l'Etat et les entrepreneurs autour d'un vaste projet de relocalisation de la production. Nous sommes la lanterne rouge de l'Europe en termes de production souveraine. Prenons l'exemple des médicaments alcaloïdes, qui servent à endormir les patients lors d'opérations. Nous en importons 10 milliards chaque année, soit la production de 10 usines ! Pourquoi ne sont-elles pas en France ?

Sur le salon, j'ai revu des amis de longue date, avec qui nous avons mené les mêmes combats, des professionnels, passionnés et motivés pour imposer un nouveau modèle de production, des jeunes entrepreneurs qui défendent des concepts innovants, et qui portent sur leurs épaules l'espoir de toute une nouvelle génération. J'ai été heureux de retrouver les représentants de l'usine Missègle, productrice de la chaussette la plus solide du monde, que j'avais été visiter il y a quelques semaines dans le Tarn.

Heureux également de passer sur le stand de la biscuiterie Jeannette, à Caen, que j'avais participé, de concert avec les syndicats et les salariés, à remettre sur pieds alors qu'elle était frappée par une liquidation judiciaire. Heureux également de retrouver mon ami Gilles Attaf, dirigeant de la manufacture Belleville et Président du label Origine France Garantie. Je pense à ce monsieur qui m'a interpellé ; il a monté une entreprise innovante d'alimentaire alliant ses origines marocaines et sa fierté de produire en France : des cornes de gazelle miniatures, mais délicieuses. Je l’ai assuré de mon soutien et tiens à rappeler à quel point se lancer dans une telle aventure appelle parfois des sacrifices énormes face au dumping intensif de bon nombre de nos partenaires commerciaux permis par une réglementation européenne largement conciliante.

J'ai profité de ce salon pour défendre ma proposition de créer un délit de trahison économique pour protéger notre patrimoine industriel et notre indépendance économique. Il s'agit d'interdire aux entreprises stratégiques françaises de vendre tout ou partie de leur production à l'étranger sans l'accord préalable du gouvernement, au risque d'être poursuivis devant un tribunal correctionnel.

Nous ne pourrons relever le pays sans un grand programme de Made In France XXL, associant le public et le privé, l’innovation et la tradition. Je suis fier d’être entrepreneur, de partager cette passion avec ces milliers de femmes et d’hommes qui luttent au quotidien pour le Made in France et d’avoir créé des entreprises à l’image de ce combat qui mettent au centre le partage de la valeur, la protection de l’environnement et l’exigence de qualité.

source : page Facebook d’Arnaud Montebourg

 

Commenter cet article