Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

En vue des élections présidentielles, la gauche française se remet en quête de son identité

par Zeno Casella

Le rendez-vous électoral en France approche de plus en plus, au vu de quoi les moteurs sont déjà chauds depuis un certain temps et la vraie campagne commence à toutes fins pratiques. Le premier tour de l'élection présidentielle est prévu le 10 avril et tous les regards sont tournés vers l'Elysée, où le président sortant Emmanuel Macron il espère pouvoir passer un autre mandat, malgré le fait que les résultats de son premier « quinquennat » soient tout sauf positifs. Les mesures d'austérité, les réformes antisociales et les baisses d'impôts pour les super-riches ont enflammé la contestation dans le pays, avec des syndicats dans un état de bouleversement quasi permanent et avec le développement de formes autonomes de mobilisation populaire (comme l'a été le phénomène des « Gilets jaunes "). La réaction présidentielle au malaise manifesté dans le pays n'a fait qu'exacerber la contestation : au-delà d'un « grand débat » national mis en place à des fins de propagande, la place a dû faire face à une répression sans précédent, marquée par des atteintes récurrentes et de graves scandales (comme l'affaire Benalla, à la suite de quoi le bras droit du président a été mis en examen pour violences graves contre des manifestants).

Dans ce cadre explosif (et dans une certaine mesure en faveur d'un discours alternatif), la gauche de classe française se présente au rendez-vous électoral divisée et avec un grand nombre de candidats rivaux. Un nouveau scénario par rapport à 2017, où de nombreuses organisations progressistes s'étaient regroupées derrière la candidature de Jean-Luc Mélenchon (fondateur de "France insoumise"), alors passé à deux doigts du second tour (dont il a été exclu en raison des coupables). Stratégie du Parti socialiste, qui n'avait pas détourné les voix nécessaires pour se rendre aux urnes sur lui, alors remportée par Macron face à Marine Le Pen : lire ici). Une gauche éclatée et querelleuse donc, sans aucune chance de victoire dans cette élection : on verra plus loin pourquoi ce scénario n'est pas forcément aussi négatif qu'il y paraît, et pourrait bien contenir les germes d'un renouveau de la classe de gauche dans un pays, la France, où il a une histoire de premier ordre.

POURSUIVRE LA LECTURE (article en italien avec traducteur automatique en français) :

Commenter cet article