Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Stéphane Simon, co-fondateur de Front Populaire, vous dit tout ce qu'il faut savoir sur "Brexit, vu du peuple", le documentaire que nous co-réaliserons avec le mensuel eurocritique Ruptures. Un projet à hauteur d'homme et à contre-courant de la doxa médiatique qui a besoin de vous pour voir le jour.

Soutenez le projet ICI : https://frontpopulaire.fr/p/docubrexit

Un projet tout à la fois inédit et ambitieux est lancé :

la production d’un documentaire sur le Brexit

Ou plus précisément la co-production, puisque Ruptures s’associe pour ce faire à Front Populaire, la revue trimestrielle cofondée par notamment Michel Onfray et Stéphane Simon.

Deux raisons à cette initiative hors norme. La première tient à l’extraordinaire portée de l’événement lui-même, l’un des plus important depuis la seconde guerre mondiale : pour la première fois de son histoire, un pays décidait, via un référendum populaire, de quitter l’Union européenne. Une première, mais sans doute pas une dernière…

Ruptures a, depuis 2016 – et même avant – informé, analysé et décortiqué mois après mois le processus qui a abouti à l’heureux et légitime dénouement du 31 janvier 2020, malgré l’incroyable suite d’obstacles et d’embûches que n’ont cessé de dresser les élites anti-Brexit tant britanniques que continentales. Notre mensuel a continûment et précisément rendu compte de ce que d’aucuns ont comparé à une tragédie shakespearienne ; et il fut l’un des seuls médias qui n’a cessé d’expliquer pourquoi le Brexit aurait bien lieu.

La seconde raison est inextricablement liée à la première : les grands médias ont, de la campagne pré référendaire au dénouement final, systématiquement décrit la perspective de quitter l’Union comme un horrible chemin de tortures ne pouvant déboucher que sur l’apocalypse. Et l’idéologie dominante continue sur cette lancée, de Michel Barnier (l’ex-négociateur du Brexit pour Bruxelles) à la direction confédérale de la CGT, des partis s’auto-proclamant de la « gauche radicale » jusqu’aux Républicains, d’Emmanuel Macron à Nicolas Sarkozy en passant par François Hollande.

Les quelques documentaires traitant de ce thème l’ont tous abordé du seul point de vue des partisans de l’intégration européenne. Il est de salubrité publique qu’un film, enfin, raconte « le Brexit vu du peuple » (britannique), plus précisément du point de vue de la majorité qui s’est prononcée pour que le pays récupère sa souveraineté.

Des « Anglais ordinaires » pourront enfin expliquer leur choix, ce qu’ils en attendent, ce qu’ils en constatent déjà, les difficultés et les espoirs.

C’est dans cet état d’esprit que nos deux journaux associés ont sollicité un cinéaste expérimenté et reconnu, Nicolas Cotto, pour réaliser une telle œuvre, selon le format de 52 minutes. Ce film verrait le jour au printemps 2022.

« Verrait », car, pour que ce projet prenne vie, il faut lui assurer un financement permettant une réalisation professionnelle. Ce ne sont ni les chaînes de service public, ni les groupes télévisuels privés qui achèteront un tel documentaire…

Nous avons donc besoin de vous ! Pour ce faire, une « cagnotte » est mise en place. Elle devra atteindre la barre des 50 000 euros d’ici le 15 janvier (prolongé jusqu'au 28 février 2022) afin que la réalisation puisse démarrer. Si cet objectif n’était pas atteint, les sommes versées seront intégralement remboursées.

Nous vous invitons donc à verser votre contribution. Celle-ci peut aller de 5 euros (les petits ruisseaux…) pour ceux qui connaissent des difficultés financières, à 1 000 euros (ou plus…) pour ceux qui en ont les moyens. Et entre ces montants, le spectre est large : 20, 30, 50 ou 100 euros…

C’est grâce à vous que pourra être réalisé et diffusé un documentaire grand public montrant enfin le Brexit sous un jour différent du catastrophisme dominant !

* Sur le plan pratique, la cagnotte est hébergée par le site de Front populaire : il vous suffit de cliquer pour apporter votre contribution.

* Pour ceux qui préfèreraient verser par chèque, il est possible d’adresser le règlement à l’ordre de l’AEBRN et de l’expédier par la poste à AEBRN-Ruptures – 8 rue du Faubourg-Poissonnière – 75010 PARIS. Merci de bien préciser dans un mot d’accompagnement que votre versement est destiné à la cagnotte.

 

Commenter cet article