Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Lundi 24 janvier 2022, l’OTAN publie une déclaration mensongère dans laquelle l’Alliance atlantique prétend qu’elle ne poursuit qu’un but défensif et qu’aucune présence militaire n’était déployée à l’Est du continent avant 2014. Cela ne correspond pas à la réalité.

On pourra rappeler qu’en dépit des promesses répétées faites à la Russie dans les années 1990 que l’OTAN ne s’étendra pas au-delà de l’Allemagne, et malgré le fait que le très conciliant Boris Eltsine siégeât alors au Kremlin, l’Alliance a commencé son extension vers l’Est dès 1999. Par ailleurs, les premières installations du bouclier anti-missiles furent décidées au sommet de l’OTAN tenu à Lisbonne en 2010.

out cela illustre le fait que la principale menace sur la paix et le principal fauteur de guerre sur le continent est l’OTAN. L’OTAN, c’est la guerre.

La politique de tensions entretenue par l’Alliance, les États-Unis et la Grande-Bretagne, et soutenue par les gouvernements baltes et polonais, est d’une très grande gravité. Ces derniers jours, les annonces se sont accumulées : livraison de missiles antichars à l’Ukraine par les États-Unis, livraison de matériel pour la marine de guerre ukrainienne par la Grande-Bretagne d’une valeur de 1,7 milliard de livres sterling, annonce par Emmanuel Macron d’un déploiement militaire français en Roumanie, en appui du millier de soldats américains déjà présents dans le pays, mise à disposition de 8 500 soldats américains… Que dire également des tentatives en cours en Suède et en Finlande de lancer ces pays neutres dans la voie de l’intégration à l’OTAN ?

S’il est évidemment positif que les discussions politiques se poursuivent dans des cadres divers, la fébrilité diplomatique actuelle montre son impuissance à sortir des logiques guerrières.

Dans son discours devant les parlementaires européens, le 19 janvier dernier, Emmanuel Macron a fait part de sa volonté de « maintenir le dialogue » avec la Russie. Un communiqué de l’Élysée du 24 janvier souligne la nécessité de trouver un « chemin de désescalade ». Encore faut-il fonder de telles intentions sur une proposition diplomatique et politique concrète. Or, les actions du président français vont à l’encontre d’un tel objectif. Son idée de négocier d’abord entre Européens, avant de négocier dans le cadre de l’OTAN, pour faire une proposition à la Russie est le meilleur moyen de n’aboutir à rien.

Il y a urgence à faire une offre politique. La France peut et doit en prendre l’initiative. Elle ne peut évidemment pas se faire dans le cadre de l’OTAN. Il est hautement improbable qu’elle puisse se faire dans celui de l’UE.

Cette action politique doit couvrir plusieurs aspects :

-Geler tout déploiement militaire supplémentaire et rappeler les militaires français déployés en Estonie.
-Réaffirmer la position prise par la France lors du sommet de Bucarest de 2008 qu’elle s’opposera à une extension de l’OTAN à l’Ukraine et à la Géorgie.
-Utiliser le cadre du format Normandie de suivi de l’application des Accords de Minsk sur le Donbass. Pour cela, l’Ukraine doit respecter ses engagements internationaux, pris lors de la dernière réunion de ce type en 2019, de démilitariser la ligne de front et de lancer un processus de décentralisation du pays.
-D’une manière globale, appeler à la réunion d’une conférence de paix et de sécurité collective en Europe, incluant la Russie et les États voisins, afin de mettre l’ensemble des sujets sur la table : militaires, énergétiques, informationnels, territoriaux, désarmement… Ce qui était possible en pleine guerre froide avec la conférence d’Helsinki est encore plus nécessaire aujourd’hui.

Comme le souligne Fabien Roussel, la France doit sortir de l’OTAN, ce reliquat belliciste de la guerre froide, pour s’engager dans la construction d’un espace commun de paix, de coopération et de sécurité collective. Comme ce fut le cas déjà à Helsinki, la question de la sécurité collective ne comprend pas uniquement les questions militaires, mais inclut aussi les questions environnementales, scientifiques, et démocratiques. Le PCF a une position et des propositions fortes à faire valoir sur cette question dans le cadre de la campagne électorale.

Vincent Boulet
membre de la Commission des relations internationales du PCF
responsable des questions européennes

SOURCE:

Commenter cet article