Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

MAÏDAN OU RÉVOLTE SOCIALE

AU KAZAKHSTAN ?

Le point avec Sergeï KOZHEMYAKIN, correspondant de "la  Pravda" en Asie centrale 

Sergei Kozhemyakin, docteur en sciences politiques et correspondant du journal « La Pravda » en Asie centrale, explique à « PolitNavigator » comment la rébellion au Kazakhstan est perçue par les pays voisins.

Selon l'expert, les conditions préalables à l'éclatement des violences au cours de toutes les années précédentes ont été créées par les autorités kazakhes elles-mêmes, en flirtant avec l'Occident, avec les nationalistes et en favorisant les sentiments anti-russes.


Traduction Nicolas Maury

PolitNavigator : Bonjour, Sergei ! Que se passe-t-il au Kazakhstan ?

Sergei Kozhemyakin : Au Kazakhstan, il y a des manifestations massives, dont le terrain est préparé depuis de nombreuses années. Préparé, tout d'abord, par l'action des autorités. Avec le pillage des ressources naturelles au profit des plus riches, le pays a des niveaux élevés de pauvreté, de chômage et d'inégalité. La pandémie de coronavirus a exacerbé ces problèmes à l'extrême.

Dans ce contexte de niveaux de pauvreté importants, le nombre de milliardaires en dollars est passé de 4 à 7, et leur fortune combinée - de 12,7 à 24,1 milliards de dollars. Non seulement les autorités n'ont pas réussi à contenir la hausse des prix, mais par leurs actions, elles n'ont fait que l'encourager. Cela peut être vu dans l'exemple du gaz, dont le prix a doublé après la libéralisation des prix. Ce fut la goutte d'eau, après quoi la colère qui s'accumulait a fait irruption dans les rues.

Rappelons également que 2021 a battu le record du nombre de grèves. Elles ont eu lieu dans différentes régions, les travailleurs-travailleuses ont exigé une augmentation des salaires en réponse à la hausse des prix, de meilleures conditions de travail. De plus, l'activité de protestation la plus active était dans l'ouest de la république. Principale source de matières premières du pays et source de revenus du Kazakhstan, cette région souffre de problèmes sociaux non résolus. Pendant longtemps les autorités ont ignoré ces "appels".


PolitNavigator : Néanmoins, certains analystes soutiennent qu'il s'agit d'une "révolte populaire", et d'autres qu'une "ukrainisation" artificielle du Kazakhstan qui se déroule sous nos yeux. Et s'il s'agissait des deux, c'est-à-dire à la fois une « révolte populaire » fondée sur des motifs objectifs et des processus spécialement dirigés ? Un tel « mélange » ne conduirait-il pas au « Maïdan » pro-occidental du Kazakhstan ?

Sergei Kozhemyakin : En fait, « l'ukrainisation » du Kazakhstan est en cours depuis de nombreuses années et son auteur est le gouvernement lui-même. L'antisoviétisme et l'anticommunisme font partie de l'idéologie d'État ; au niveau officiel, le thème de l'« Holodomor kazakh » est promu avec un nombre fantastique de « victimes ». Les derniers monuments de Lénine sont démolis, des centaines de noms « non locaux » (soviétiques et russes) de rues, quartiers, villages, villes sont renommés. Le gouvernement flirte avec les forces nationalistes, y compris leurs représentants dans les organes de l'État.

POURSUIVRE LA LECTURE :

Commenter cet article

P
Première fautive: la Russie. Il faut surveiller son glacis et éviter des politiques néolibérales extrêmes. M. Poutine est donc au niveau géopolitique le responsable de ces dérives pognon. Avait-il les moyens d'agir en amont? Sans doute. Mais autour de lui, qui sont les bénéficiaires des inégalités criantes nées chez le voisin? Qui en Russie s'est enrichi? Un pays leader dans son environnement proche est le premier concerné par ce qui se passe autour de lui. Les Américains doivent bien s'amuser. Pour nettoyer tout ça, il y a du boulot. Et c'est de toute évidence moins facile que fabriquer des missiles S500.
Répondre