Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

image d'illustration

Par André Bellon

Président de l’association « Pour une Constituante »

Ancien député

Drapeau européen, déclarations vulgaires, on pourrait penser qu’Emmanuel Macron se disperse dans de la communication de bas étage. En fait, cette démagogie lui sert paradoxalement à se présenter comme le garant de l’intérêt général alors même qu’il clive le pays. Certes, le Président de la République est censé institutionnellement assumer ce rôle, certes l’unité est bien nécessaire face aux défis, mais ce n’est pas par le simple fait que Macron s’en réclame qu’il devient ce garant. Suffit-il qu’il passe, comme Aldo Maccione, devant un miroir, en disant « Plus uni que moi, tu meurs » pour être reconnu comme tel ?

Il ne suffit pas de mettre un drapeau européen à la place du drapeau français pour que tous les citoyens deviennent, comme Macron, des idolâtres de la « souveraineté européenne », pour que les défenseurs de l’intérêt national deviennent, ipso facto, d’ignobles sectaires.

Il ne suffit pas que Macron accuse les non vaccinés d’empêcher tant de malades de se faire soigner à l’Hôpital pour faire oublier que son gouvernement, comme d’ailleurs les précédents, ferme des milliers de lits d’hôpitaux en plein cœur de la pandémie. Qui crée alors les conflits sociaux ?

Il ne suffit pas de crier « Europe, Europe » à longueur de temps pour effacer les turpitudes de l’Union européenne qui, par 63 fois, a demandé aux Etats-membres de réduire les dépenses de santé.

Il ne suffit pas de demander des sacrifices aux salariés pour la nécessaire réindustrialisation de la France pour faire oublier que c’est Macron lui-même qui a conduit à la vente d’Alcatel et que la France ne produit presque plus de produits dans des secteurs tels que l’électroménager.

Il ne suffit pas de s’emporter contre le parlement lorsque celui-ci ne vote pas comme le souhaite le gouvernement pour gommer la quasi-disparition du pouvoir législatif.

La définition de l’unité nationale est à l’ordre du jour. La soumission quotidienne aux diktats financiers est-elle un signe d’unité ? Les citoyens qui se battent pour les services publics, en particulier hospitaliers ne défendent-ils pas cette unité ? C’est à partir de ce type de questions qu’il est urgent de redéfinir l’intérêt général et non pas par des gestes de pure autorité.

A.B.

SOURCE :

Commenter cet article