Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Arcelor Mittal : Va fermer 3 de ses 5 hauts-fourneaux français. Le géant de l'acier prévoit « d'investir », avec « le soutien de l’État », 1,7 milliard d'euros dans des installations moins émettrices de CO 2, à Fos et à Dunkerque.

 10 ans après la fermeture des 2 hauts-fourneaux de Florange (Moselle), en 2011, Arcelor Mittal s'apprête à renouveler la même opération pour 3 de ses 5 hauts-fourneaux qui lui reste en France, progressivement d'ici à 2030, 2 des 3 hauts-fourneaux de Dunkerque (Nord) et 1 des 2 de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône).

Le groupe n'a pas souhaité préciser quelle part de l'investissement total sera financé par les subsides publics. Les règles européennes limitent le soutient de l’État "à hauteur de 30 % des investissements" indique-t-on à Matignon.
La direction d'Arcelor Mittal « espère » que la moitié des 10 milliards d'euros d'investissements prévus par le groupe en Europe sera couverte par des subventions !!!
« Le soutien public sera suffisant pour rendre les projets français viables » assure-t-on dans le groupe.
La casse des fonderies françaises continuent, les prévisions pour décentraliser dans les pays à moindre coût prévoient la suppression selon des chiffres « officieux » de l'ordre de 5 200 emplois sur les 13 500 salariés, d'ici à 3 ans !!!

Donges : Les travailleurs sous-traitants d'un chantier de la raffinerie Donges, encore non payés !!!
A la raffinerie de Donges, les travailleurs roumains et italiens (une cinquantaine) sont confrontés à la même situation que l'été dernier.
Ayant œuvré les mois de décembre et janvier et toujours pas rémunérés à ce jour !!!
La plupart des contrats se sont terminés mais le syndicat CGT à enjoint les travailleurs à rester sur place.
Déjà en 2021, une situation similaire s'était produite. Ce procédé d'exploitation des travailleurs, digne d'un autre siècle, n'a pas sa place, ni à Donges, ni ailleurs.
Pour le respect, pour la dignité, pour la justice, le syndicat CGT exige que des garanties soient données aux travailleurs et cela dans les plus brefs délais.

L'oligarchie financière au pouvoir : Merci Macron.
Quand la fraude fiscale est un des moyens avec la corruption de réaliser dans les meilleurs délais des profits plus élevés.
« Abus de biens sociaux »« Délit d'initiés »« Manipulation de cours »« Séries d'acrobaties financières, qui ont enrichi les dirigeants », des centaines de millions d'euros détournés par Ernest-Antoine Seillière, ancien dirigeant du Medef.
Perquisition chez l'ancien patron des patrons : le fonds d'investissements Wendel et l'ex-dirigeant du Medef, qui préside son conseil de « surveillance », sont visés par une enquête, pour fraude fiscale !!!
Le fonds d'investissement a d'abord démenti faire l'objet d'une perquisition, avant de le confirmer moins de 2 heures plus tard.
Le Parquet de Paris a ouvert, fin juin, une information judiciaire pour fraude fiscale contre 14 cadres et anciens dirigeants de Wendel.
Les services fiscaux disent avoir constaté, dans les déclarations des cadres visés par les plaintes, des « infractions fiscales graves et intentionnelles » consistant en la minoration de la déclaration d'ensemble des revenus de l'année 2017.
Les responsables auraient élaboré un montage leur permettant de toucher 340 millions d'euros d'intéressement « net d'impôts » !!!
Ernest-Antoine Seillière aurait touché 65 millions de gratification et doit, 40 millions au fisc. Jean-Bernard Lafonta, un ami de mes amis, également inculpé, aurait perçu 150 millions d'euros, et doit, lui, une centaine de millions au fisc.

Hauts-de-France : Plus de 1 million d'euros du km pour « sauver » les petites lignes ferroviaires !!!
Après de longues négociations, la Région et l’État se sont mis d'accord (sur le dos des contribuables) !!!
La 1ère paiera les 2/3 des investissements pour sauver une infrastructure ferroviaire qui appartient au second.
600 millions d'euros pour « sauver » 585 km de lignes, soit plus d'1 million du km, c'est le prix que paiera la Région Hauts-de-France pour sauvegarder ses « lignes de dessertes fines du territoire », alias « petites lignes ferroviaires ».
Sachant que l'infrastructure n'appartient pas à la Région et que les investissements dans le réseau ne sont théoriquement pas de son ressort. La Région paiera en moyenne 73% de l'investissement pour un réseau qui ne lui appartient pas !!!
Abandonné pendant 40 ans par l’État et la SNCF au profit du TGV, le réseau secondaire est dans un état déplorable.
Les Hauts-de-France sont la Région la plus impactée par les suppressions de trains aux départs des gares, plus de 100 par jour. Des retards d'horaires d'1 h 00 à 2 h 00 sont monnaies courantes, mêmes sur les grandes lignes comme Paris-Amiens, où les voyageurs travaillant sur Paris, sont debout dans les couloirs, (ou assis sur les WC) faute de places assisses sur les banquettes dans les wagons de voyageurs !!!
Comme le revendique les cheminots et les utilisateurs, il faut revenir à une vraie politique publique des transports, au service du plus grand nombre, avec une nationalisation de l'ensemble de la SNCF, au profit des usagers, et non des actionnaires des réseaux privés installés par la direction de la SNCF et le gouvernement Macron.

Tipiak : Lundi 7 février, la lutte continue.
Alors que Tipiak-Epicerie est en grève totale depuis le 26 janvier, que les 3 sites Tipiak Traiteur Pâtisserie ont cessé le travail depuis le 2 février, les dirigeants pratiquent la guerre d'usure pour faire pourrir le mouvement.
Lundi après-midi, au siège de Saint-Herblain Tipiak Traiteur Pâtisserie, la direction a tenté la fameuse « douche écossaise », en convoquant les délégués syndicaux des 3 sites à une négociation qui en réalité, n'en été pas une...
En fait, rien à discuter sur les salaires, si ce n'est les propositions patronales du départ que rejettent la majorité des personnels. Rien à ajouter, si ce n'est l'éternel discours « la CGT ne veut rien négocier ».
Fou serait de penser à négocier, là où il n'y a rien à négocier.
Les sites Tipiak Traiteur Pâtisserie de Malville et Pontchâteau poursuivent la lutte … Sur le site de Saint-Herblain, les actions vont se modifier sous forme de débrayages (majorité de CDD en grève) afin de continuer la lutte et remobiliser.
Le même jour, la direction, a encore une fois, tenté de faire jouer la division en demandant à ce que les salariés désignent d'autres « négociateurs » parmi les salariés grévistes, qui ne fassent pas partie de la CGT !!!
Les grévistes ont rejeté cette proposition de la direction en réaffirmant leur entière confiance en la délégation CGT.
Notre parti révolutionnaire Communistes soutient les salariés de Tipiak dans leur lutte. Un message de soutien leur a été envoyé et une participation à la caisse de grève, au nom de notre candidat à l'élection présidentielle, Louis-Daniel Gourmelen leur a été transmise.

Dernière-minute : Les salariés de Tipiak traiteur (Malville, Saint-Herblain, Pontchâteau) après 9 jours de grève ont obtenu une augmentation de 3,3% et ont suspendu leur mouvement de grève.
Tipiak-Epicerie de Saint-Aignan-de-Grandlieu : Après 19 jours de grève, les salariés ont décidé de reconduire le mouvement et de se rassembler lundi 14 février, devant le siège de l'entreprise à Nantes.

POURSUIVRE LA LECTURE :

 

Commenter cet article