Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Jérôme Rodrigues (image d'illustration)

« Socialement, ils veulent me déglinguer » : le gilet jaune Jérôme Rodrigues vide son sac

Propos recueillis par Hugo Romani et Jean-Loup Adenor

******

Alors qu'il manifestait avec le « convoi de la liberté » samedi [12/02/2022] à Paris, le gilet jaune Jérôme Rodrigues a été interpellé et déféré au tribunal pour « organisation de manifestation interdite » et « participation à un groupement formé en vue de commettre des violences ». Contacté par « Marianne », il se dit victime d'un « harcèlement ».

******

Jérôme Rodrigues a l'air hagard, le visage très fatigué, il ne cherche pas à dissimuler ses sanglots et demande pardon « à [s]a mère, [s]a sœur, [s]a famille ». Ces images relayées sur les réseaux sociaux ont été captées au Palais de justice de Paris où Jérôme Rodrigues, militant Gilet jaune de la première heure, s'est vu remettre une convocation pour un procès qui se tiendra devant le tribunal correctionnel, le 8 juillet prochain. Le gilet jaune sort à peine d'une garde à vue pour « organisation de manifestation interdite » et « participation à un groupement formé en vue de commettre des violences ». Il nie pourtant toute implication dans l'organisation du « convoi de la liberté » qui a manifesté à Paris samedi 12 février. Il s'est entretenu avec Marianne et déplore le « harcèlement » dont il s'estime victime, de la part du gouvernement et de la police.

Marianne: Que s'est-il passé lors de la manifestation du 12 février ? Pouvez-vous clarifier votre rôle dans son organisation ?

Jérôme Rodrigues : Tout ça commence en réalité dans la semaine qui précède la manifestation. J'ai vu que le phénomène du convoi de la liberté prenait de l’ampleur et, comme je le fais souvent, j'ai relayé les informations sur ma page Facebook. Il y avait cette ambiance du début des gilets jaunes, je cherchais des informations à communiquer à tous ceux qui me téléphonent et qui voulaient savoir ce qui allait se passer. 

POURSUIVRE LA LECTURE :

SOUTIEN À JÉROME RODRIGUES

Combien de personnes sont-elles conscientes que la démocratie n’est plus dans notre pays ? Une minorité. Et pourtant, chaque soupçon de liberté si durement acquis vole en éclat jour après jour.

L’arrestation arbitraire de Jérôme Rodrigues Officiel qui, il le sait, a tout mon soutien, est le dernier exemple en date. Rendez-vous compte, l’Etat se permet de priver de liberté un citoyen pacifique et innocent pendant 48 heures, pour le maintenir en détention dans des conditions lamentables. Ils lui ont déjà crevé un œil, mais manifestement cela ne leur suffit pas ! Ces abus de privation de liberté sont monnaie courante depuis les gilets jaunes.

Quelle véritable démocratie réserve ce sort aux opposants politiques ? Imaginez ce que pourrait être l’étape d’après quand le système se sentira vraiment menacée ?

Ne vous y trompez pas. Tout ce que nous vivons n’est que le début. Et il ne faudra pas compter sur les belles âmes des plateaux de télévision qui à longueur d’antenne n’ont que les mots « démocratie » et « République » à la bouche. Ces paroles faciles n’engagent à rien, et ces gens-là disparaissent aussitôt que les libertés sont vraiment attaquées. Silencieux aujourd’hui, ils le seront demain.

À nous, citoyens, de ne plus croire en leurs mensonges. La démocratie est morte, et il serait temps qu’une majorité en ait conscience.

François BOULO

Avocat et gilet jaune

Sur sa page Facebook :

Commenter cet article