Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

image d'illustration

Alors que l'Union européenne, prenant pour prétexte le conflit en Ukraine, a annoncé son intention d'«interdire» RT et Sputnik en Europe, le Syndicat national des journalistes déplore «un acte de censure qui réduit le pluralisme de l'information».

L'Union européenne a annoncé vouloir «interdire» les médias financés par la Russie, parmi lesquels RT et Sputnik. Parmi les voix s'élevant, notamment sur les réseaux sociaux, contre cette atteinte à la liberté de la presse, le Syndicat national des journalistes (SNJ) a réagi dans un communiqué publié ce 28 février intitulé : «On ne défend jamais la liberté en attaquant les journalistes.»

«Quelques jours après le début de l'offensive russe contre l'Ukraine, de nombreux travailleurs des médias sont aujourd'hui pris pour cibles par plusieurs puissances politiques ou militaires», écrit le syndicat évoquant les journalistes ukrainiens mais également leurs confrères en Russie qui font face, selon le SNJ, «à la censure et aux menaces à grande échelle d'un régime liberticide».

Evoquant les menaces physiques ou politiques faites à RT France, dont la rédaction est comme le rappelle le syndicat «composée très majoritairement de journalistes professionnels français passés par différents médias», le SNJ affirme : «S'en prendre ainsi à ses salariés est inacceptable.»

Si le syndicat se distance du «positionnement éditorial» de RT France, il affirme néanmoins : «Les intimidations et menaces de représailles n'ont jamais fait avancer la cause de la liberté de la presse.»   


«Un acte de censure qui réduit le pluralisme de l'information»

Alors que le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a annoncé qu'une décision concernant RT et Sputnik serait prise dans les jours à venir, le SNJ déplore la confusion, «sans la moindre nuance», entre le «travail d'une rédaction [et] la politique du pays qui la finance».

Soulignant la «volonté» des journalistes composant la rédaction de RT France – comme d'autres – de «traiter l'information avec sérieux et honnêteté», le SNJ conclut : «En temps de guerre, la tentation est souvent grande de régler ses comptes en s'attaquant à des médias. S'en prendre à des journalistes, les expulser, interdire les chaînes ou les journaux dans lesquels ils travaillent constitue, quelles que soient les intentions affichées, un acte de censure qui réduit le pluralisme de l'information. Ce n'est jamais la bonne réponse.»

Le 27 février, lors d'une conférence de presse, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen avait affirmé : «Nous allons interdire dans l'UE la machine médiatique du Kremlin. Les médias d'Etat Russia Today et Sputnik, ainsi que leurs filiales, ne pourront plus diffuser leurs mensonges pour justifier la guerre de Poutine et pour semer la division dans notre Union. Nous développons donc des outils pour interdire leur désinformation toxique et nuisible en Europe», a déclaré Ursula von der Leyen. Un «bannissement» également promis par Josep Borrell lors d'une conférence de presse commune.

Alors que la question de la conformité d'une telle interdiction, au regard en particulier des différentes législations nationales, se pose, la présidente de RT France Xenia Fedorova avait réagi en ces termes : «La décision de bannir notre chaîne, dans laquelle travaillent 176 salariés, dont plus de 100 journalistes, est une violation de l'Etat de droit et va à l’encontre des principes mêmes de la liberté d'expression. Rien ne peut justifier cette censure.»

Les médias RT ont été maintes fois accusés par des responsables politiques européens d'être des «organes de propagandes russes», au seul motif que leur source de financement est russe. Ainsi, le président de la République française Emmanuel Macron a qualifié RT France de cette manière par le passé, au mépris du fait que les journalistes de ces médias possèdent une carte de presse française et que la chaîne RT France dispose d'une convention avec l’Arcom (ex-CSA) et n'a jamais été sanctionnée par le régulateur.

Si RT France est habituée des attaques à son égard, de la part d'activistes, médias et organisations militantes qui multiplient les amalgames, ces attaques ont gagné en ampleur ces dernières semaines, dans le contexte de la crise ukrainienne. Partant, RT France avait récemment condamné la pression politique sur l’Arcom, qui vise à nuire au média et va, selon la communication de celui-ci, «à l’encontre du socle légal visant à protéger la liberté d'expression».

N.B. : compte tenu de la situation nous publions, exceptionnellement, cet article dans son intégralité

SOURCE :

On ne défend jamais la liberté

en attaquant les journalistes

Quelques jours après le début de l'offensive russe contre l'Ukraine, de nombreux travailleurs des médias sont aujourd'hui pris pour cibles par plusieurs puissances politiques ou militaires.   Les premiers visés sont évidemment nos consœurs et confrères présents en Ukraine qui tentent courageusement, sous les bombes, d'accomplir au mieux leur mission d'information. Ce sont aussi nos consœurs et confrères en Russie qui font face à la censure et aux menaces à grande échelle d'un régime liberticide.  Le SNJ leur apporte son plein soutien confraternel.    

L'Union Européenne et les Etats membres ont adopté plusieurs mesures de sanctions à l'encontre de la Russie, notamment sur le plan économique et financier. Ils s'apprêtent également à interdire plusieurs chaînes et sites internet...

SYNDICAT NATIONAL DES JOURNALISTES

Le 28 Février 2022

SOURCE ET PLUS D'INFORMATIONS :

Commenter cet article