Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Une nouvelle fois les États-Unis, qui voient leur hégémonie mondiale remise en cause partout sur la planète, tentent de la réimposer par la force d’une logique de guerre. Après 30 ans d’extension de l’UE et de l’OTAN vers les frontières de la Russie, la stratégie états-unienne vise à amener l’allié européen à entrer dans une confrontation frontale avec la Russie, alors qu’un pays comme l’Allemagne n’y a pas intérêt en raison de son approvisionnement en gaz. Pour cela, il fallait camoufler le contexte historique du conflit en cours en Ukraine pour présenter la Russie comme puissance agressive. C’est ce scénario que les Etats-Unis déploient depuis plusieurs semaines et que les médias dominants diffusent à longueur de journées dans nos chaumières.

L'importance du contexte historique

Ne pas resituer un conflit dans son contexte, c’est se condamner à ne pas comprendre les enjeux qu’il véhicule et les intérêts qu’il met en opposition. Qu'est-ce qui explique ainsi l'apparition des républiques russophones de Donetsk et de Lougansk ? 

Il faut rappeler que les populations russophones des régions de l'Est de l'Ukraine vivaient autrefois dans un seul et même pays que leurs voisins russes : l'URSS. L'éclatement nationaliste de l'URSS a conduit ces populations à se retrouver dans un statut de « minorité nationale » au sein de l'Ukraine indépendante. Tant que celle-ci respectait plus ou moins ses minorités, cette situation était tenable, mais en 2014, une pseudo « révolution » à Kiev, soutenue par l’ensemble des pays occidentaux, a mis au pouvoir des forces ultranationalistes. Cette pseudo « révolution » a été marquée ainsi par la présence active de nombreuses forces se réclamant ouvertement du fascisme et par un déploiement du discours raciste contre les Russes ou russophones d’Ukraine. Le nouveau gouvernement issu de ce coup d’état comporte par exemple en 2014 quatre ministres du parti Svoboda, un parti se revendiquant de Stépan Bandera un leader fasciste ukrainien ayant combattu l’URSS avec les troupes nazies lors de la seconde guerre mondiale. Ce parti s’appelait d’ailleurs jusqu’en 2004 « parti national-socialiste ». La fascisation de l’appareil d’état est illustrée par l’intégration à la garde nationale ukrainienne du régiment Azov, coupable de nombreuses exactions et dirigé par Andriy Biletsky homme politique d’extrême droite. 

Le nouveau pouvoir a abrogé en 2014 la loi sur les langues régionales qui protégeait les langues minoritaires (russe essentiellement, mais aussi roumain, hongrois). Le statut de langue officielle de ces langues dans les régions où ces minorités sont fortement représentées, principe datant de l'URSS, est alors abrogé. C’est cette politique d’oppression nationale qui conduit à la proclamation des républiques de Donetsk et de Lougansk à l'Est de l'Ukraine après un référendum d’autodétermination en mai 2014.

La Russie, puissance « agressive » ?

Le nouveau pouvoir installé en Ukraine à partir de 2014 est bien sûr pro-états-unien, ce qui se traduit par des livraisons massives d’armes et d’aide financière à ce pays. Le contexte historique est aussi, ainsi, celui d’un encerclement grandissant de la Russie par les troupes de l’OTAN qui cherche à intégrer l’Ukraine fascisante. Il suffit de lire la liste des pays membres de l’OTAN pour se rendre compte de l’encerclement militaire terrestre, aérien et naval de la Russie. 

Aujourd'hui, depuis des semaines le gouvernement états-unien annonce l’imminence d’une invasion de l’Ukraine par l’armée russe.  Il s'agit, à longueur d'antenne, de diffuser la peur d’une guerre de la « grande Russie » contre la « petite Ukraine », des méchants russes contre les gentils ukrainiens et les gentils occidentaux, de Goliath contre David. Comme d’habitude la plupart des grands médias ont alimenté cette politique de la peur et de la diabolisation visant à justifier au pire une entrée en guerre de l’OTAN et aux mieux la poursuite de l’extension de cette alliance militaire dans la région avec en particulier l’entrée souhaitée et préparée de l’Ukraine dans cette alliance. Que l’Etat russe veuille stopper cette logique d’encerclement militaire grandissant est une évidence. Qu’il vise, en faisant une démonstration de ces forces militaires aux frontières ukrainiennes, à souligner ses capacités de riposte en cas de nouvelle agression, est logique. Derrière l’agresseur désigné se cache ainsi l’agresseur réel, celui qui a intérêt à la logique de la tension et de la guerre, celui qui a menti pour attaquer l’Irak, l’Afghanistan, la Libye, la Syrie. Humilié en Afghanistan après une guerre de vingt ans et freiné dans plusieurs conflits [Afrique, Syrie, Georgie, etc.] par l’alliance grandissante de la Chine et de la Russie, les Etats-Unis ont un intérêt immédiat à chercher à entraîner la Russie pour l’embourber dans un conflit local.

De la provocation, à la guerre ?

Depuis plusieurs jours, l’armée ukrainienne a lancé des attaques et bombardements contre les infrastructures électriques de Gorlovka dans le Donbass, contre le gazoduc vers Lougansk, sur l’aéroport de Donetsk en violation du cessez-le-feu en vigueur depuis juillet 2020. Des dizaines de milliers d’habitants russophones de ces deux républiques ont fui vers la Russie voisine et en particulier vers la ville de Rostov sur le Don qui n’est qu’à une vingtaine de kilomètres de la frontière. Le gouvernement ukrainien tente ainsi, avec l’appui des Etats-Unis, de vider de leurs habitants ces républiques afin de régler une question qu’il n’a pas pu trancher militairement et diplomatiquement. Bien sûr ces agressions sont présentées par le gouvernement ukrainien comme étant le fait d’actes de sabotage des « séparatistes russes ». L’ampleur des dégâts, les endroits où se situent les destructions, le nombre de réfugiés russophones, le caractère stratégique des cibles pour les deux républiques russophones (infrastructure électriques, gazières et aéroportuaire), démentent cette version officielle ukrainienne (propagande fasciste relayée massivement ici par nos médias). C’est dans ce contexte qu’il faut situer la décision russe de reconnaître officiellement ces deux républiques et de signer avec elles des « accords d’entraide » d’une durée de 10 ans prévoyant la présence d’« unités militaires russes nécessaires au maintien de la paix dans la région et d'assurer une sécurité durable ».

La réaction occidentale est sans surprise l’annonce de nouvelles sanctions contre la Russie et de nouvelles menaces guerrières. L’Union Européenne impérialiste et le pouvoir bourgeois de France vont bien sûr dans la même direction. Rappelons que des avions de guerre français et de l’OTAN ont été récemment reconduits par l’aviation russe après avoir franchi l’espace aérien de la Russie. Face à ces nouvelles menaces de guerre, les peuples ont un intérêt immédiat à développer un véritable mouvement de la paix capable de faire pression sur leur gouvernement. Dans l’immédiat, le peuple français a intérêt à répondre fermement aux fauteurs de guerre : Pas une arme, pas un soldat français en Ukraine !

RASSEMBLEMENT COMMUNISTE

Février 2022

SOURCE :

 

Commenter cet article