Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Ce que nous espérions tous ne pas arriver est arrivé. La Fédération de Russie a envoyé des troupes en Ukraine le 24 février en réponse à des décennies de provocations incessantes de l'OTAN dirigées par les États-Unis. La situation actuelle pose de nombreuses questions sérieuses et fondamentales au mouvement mondial pour la paix.

Une campagne de propagande féroce, longtemps mijotée avec le Russiagate et le début d'une nouvelle guerre froide, diabolisant le président et l'État russes s'est intensifiée. La condamnation massive de la Russie a pris des proportions mondiales, incitée par les États-Unis et leurs alliés, et soutenue par leurs médias flatteurs. Les points de vue alternatifs et les voix d'opposition au récit officiel anti-russe ont été supprimés ou fermés.

Sans surprise, de nombreuses personnes soumises à ce bombardement toxique de la propagande impérialiste massive ont mis tout le blâme sur l'agression russe. Diverses raisons sont avancées pour justifier leur position, à nos yeux dangereuse. Examinons quelques-unes de ces justifications et évaluons leur degré de validité morale, juridique et politique.

Appliquer la Charte des Nations Unies

La première raison donnée, et la plus moralement justifiable, est l'argument selon lequel l'invasion de l'Ukraine par la Russie constitue une violation de la Charte des Nations Unies. Sur la base de ce principe fondamental, le Conseil de paix des États-Unis, un fervent partisan et défenseur de la Charte, ne devrait-il pas également condamner la Russie en tant que violateur ?

Regardons la Charte des Nations Unies pour voir si nous pouvons fermement décider que la Russie est en violation :

Article 2

3. Tous les Membres régleront leurs différends internationaux par des moyens pacifiques de telle manière que la paix et la sécurité internationales, ainsi que la justice, ne soient pas mises en danger.

4. Tous les Membres s'abstiendront, dans leurs relations internationales, de recourir à la menace ou à l'emploi de la force contre l'intégrité territoriale ou l'indépendance politique de tout État, ou de toute autre manière incompatible avec les buts des Nations Unies.

Article 51

Aucune disposition de la présente Charte ne porte atteinte au droit naturel de légitime défense individuelle ou collective en cas d'attaque armée contre un Membre des Nations Unies….

En regardant l'article 2, en particulier le paragraphe 4, on peut affirmer que la Russie est en violation. Mais sur la base de l'article 51, la Fédération de Russie a invoqué son droit à la légitime défense et en a dûment informé le Conseil de sécurité. La Russie présente des arguments importants en faveur de son recours à la force en vertu de l'article 51.

Le gouvernement ukrainien a agi en tant que mandataire des États-Unis et de l'OTAN pour encercler hostilement la Fédération de Russie. Les militaires et paramilitaires ukrainiens ont attaqué Donetsk et Lougansk depuis 2014, entraînant la mort de quelque 14 000 de leurs concitoyens, dont beaucoup étaient russophones et certains citoyens russes. Plus récemment, la Russie a découvert un plan imminent du gouvernement ukrainien pour une invasion à grande échelle de Donetsk et Lougansk qui bordent la Russie. La Russie reconnaît désormais ces deux républiques comme des États indépendants, après avoir demandé à la Russie d'aider à leur défense.

La Russie a clairement demandé des garanties de sécurité aux États-Unis et à l'OTAN, qui ont refusé de répondre de manière adéquate aux préoccupations de la Russie. L'Ukraine prévoyait d'héberger sur son territoire des armes nucléaires US/OTAN qui pourraient atteindre Moscou en cinq minutes. Cela s'est produit dans le contexte alarmant de la décision américaine en 2019 de se retirer du traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) avec la Russie.

Si ce n'est pas un acte de guerre contre la Russie, qu'est-ce que c'est ? Ceux qui sont complices d'un acte de meurtre ne sont-ils pas également coupables de meurtre ? Cela ne veut pas dire que la Russie avait raison dans sa décision. Nous insistons plutôt pour que la Charte des Nations Unies soit appliquée à l'Ukraine sur la base des faits, en tant que cas spécifique avec un contexte historique donné.

Deuxièmement, les Nations Unies elles-mêmes n'ont pas réussi à faire respecter leur propre Charte face aux violations flagrantes des États de l'OTAN. Ici, notre intention n'est pas de justifier l'action russe, mais de fournir un contexte réaliste pour la nécessité de respecter la Charte des Nations Unies.

Depuis la fin de l'Union soviétique, lorsque les États-Unis sont devenus la seule superpuissance, Washington a ignoré de manière flagrante la Charte des Nations Unies dans sa volonté d'imposer une domination mondiale « sur tout le spectre ». Nous devrions comprendre l'OTAN comme plus qu'une simple « alliance » d'États nominalement souverains, mais comme une armée impériale intégrée sous commandement américain.

Examinons deux des articles pertinents de la Charte des Nations Unies qui ont été foulés aux pieds par les puissances impérialistes depuis la fin du siècle :

Article 6.

Un Membre de l'Organisation des Nations Unies qui a violé de manière persistante les principes contenus dans la présente Charte peut être expulsé de l'Organisation par l'Assemblée générale sur recommandation du Conseil de sécurité.

Article 25.

Les Membres de l'Organisation des Nations Unies conviennent d'accepter et d'appliquer les décisions du Conseil de sécurité conformément à la présente Charte.

Les États-Unis, l'OTAN et leurs alliés ont de plus en plus violé ces articles et d'autres articles de la Charte des Nations Unies au cours des deux dernières décennies. Voici quelques exemples :

— En 1998, pendant 78 jours, l'OTAN a attaqué, largué 28 000 bombes et mis en pièces la Yougoslavie sans le consentement des Nations Unies.

— En 2001, en réponse à l'attaque du 11 septembre, les États-Unis ont déclaré une « guerre contre le terrorisme » indéfinie, affectant au moins 60 pays, dont sept ciblés pour un changement de régime illégal.

— En 2003, les États-Unis et les membres de sa « coalition des volontaires » ont illégalement attaqué et envahi l'Irak au mépris du Conseil de sécurité de l'ONU.

— En 2011, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France, unilatéralement et sans le consentement du Conseil de sécurité de l'ONU, ont attaqué la Libye et tué son chef, Mouammar Kadhafi.

— À partir de 2011, les États-Unis, l'OTAN et leurs alliés régionaux ont lancé une guerre par procuration en Syrie en armant et en finançant des groupes terroristes, une guerre qui continue de faire des morts innocentes.

— En 2014, les États-Unis ont organisé un coup d'État avec l'aide des forces néo-nazies en Ukraine et ont établi un gouvernement pro-OTAN, ce qui a conduit au massacre de russophones dans l'est de l'Ukraine.

— Tout au long de cette période, les États-Unis et leurs alliés européens ont imposé des sanctions économiques unilatérales illégales à plus de 40 pays du monde, causant la mort de centaines de milliers d'innocents.

— Et, bien sûr, il faut mentionner l'occupation illégale et l'annexion des territoires syriens et palestiniens par Israël avec le plein soutien des États-Unis.

La crise à laquelle nous sommes confrontés en Ukraine aujourd'hui est le résultat de l'incapacité de l'ONU à faire respecter sa charte contre de telles actions illégales de la seule superpuissance et de ses alliés de l'OTAN, ce qui a permis aux États-Unis et à l'OTAN de pousser la Russie et d'autres nations ciblées du monde dans une telle situation. situation impossible.

Oui, nous devons défendre la Charte des Nations Unies, mais pas de manière sélective comme l'impérialisme le veut hypocritement. Nous ne devons pas nous laisser duper par le récit de l'impérialisme « blâmer la victime » lorsque la victime est forcée de se défendre.

Guerre inter-impérialiste

Beaucoup, en particulier à gauche, ont adopté la position selon laquelle la Russie est un État capitaliste/impérialiste, qu'il s'agit d'une guerre inter-impérialiste et que nous devons condamner les deux côtés de la même manière. Mais que la Russie soit ou non un État impérialiste n'a rien à voir avec le problème en question.

Premièrement, une telle position implique que seuls les pays dotés de certains systèmes socio-économiques doivent être défendus contre l'agression impérialiste et que les autres doivent être laissés à eux-mêmes. Étant donné que la majorité des pays ciblés par l'impérialisme sont eux-mêmes capitalistes, une telle position conduit à affaiblir la lutte anti-impérialiste.

Le deuxième problème, et le plus important, avec ce genre d'argument est qu'il élimine toute la question de l'agression de l'image. Peu importe qui est l'agresseur et qui est la victime. Cela évite le fait que les États-Unis cherchent à être l'hégémon mondial avec une domination mondiale « sur tout le spectre ». En bref, l'impérialisme américain a généré une guerre sans utiliser de soldats américains.

Supposons, pour les besoins de la discussion, que la Russie est effectivement un État impérialiste et que ce qui se passe n'est rien d'autre qu'une guerre inter-impérialiste. Pour autant, cette guerre inter-impérialiste ne va-t-elle pas impacter l'avenir de l'humanité ? N'avons-nous pas tous un intérêt dans son résultat ?

Fausse équivalence des rôles US/OTAN et russe

En tant qu'organisation de paix, nous ne pouvons pas être d'accord avec l'escalade du conflit en Ukraine au niveau d'une confrontation militaire. Cependant, nous nous opposons à la position unilatérale consistant à condamner la Russie seule.

D'autres ont adopté une position plus "équilibrée" en condamnant les deux camps, en appelant simultanément à l'arrêt de l'expansion de l'OTAN et au retrait des forces russes d'Ukraine. Mais cette position, elle aussi, ignore les relations causales inhérentes à la situation en Ukraine. Il place la cause et l'effet au même niveau, tout en ignorant le fait que l'élargissement de l'OTAN est la cause matérielle de la réponse militaire russe. Pour ces raisons, la position de blâme équivalent semble superficiellement équilibrée mais, en réalité, ne l'est pas.

Deuxièmement, la nature des deux demandes est différente. La première est une exigence générale, stratégique, à long terme ;
la seconde est immédiate et concrète. En formulant ainsi les revendications, une telle position finit inévitablement par exercer la pression principale sur la seule Russie.

Troisièmement, la première exigence concernant l'élargissement de l'OTAN n'est pas spécifique au cas de l'Ukraine alors que la seconde l'est. Il ignore le fait que les États-Unis et l'OTAN ont inondé l'Ukraine de centaines de millions de dollars d'équipements militaires, ainsi que l'envoi de personnel militaire et d'opérations secrètes pour « conseiller ». Une demande correcte serait la reconnaissance de l'Ukraine en tant qu'État neutre, le retrait de toutes les armes étrangères et du personnel militaire (y compris les mercenaires) d'Ukraine et la pleine mise en œuvre de l'accord de Minsk II.

Le succès de l'OTAN dans ses efforts pour s'étendre jusqu'à la frontière entre l'Ukraine et la Russie créerait un monde infernal et conduirait à la possibilité d'une guerre nucléaire. N'oublions pas que l'histoire ne s'arrêterait pas là et que la Biélorussie pourrait être la prochaine cible. Il est donc impératif que le mouvement pacifiste fasse tout ce qui est en son pouvoir pour garantir la neutralité de l'Ukraine et sa reconnaissance par les États-Unis et l'OTAN.

Évaluation du Conseil de la paix des États-Unis

Les États-Unis et leurs alliés de l'OTAN ont non seulement provoqué cette tragédie, mais ont cherché à la prolonger dans leur refus de s'engager dans des négociations pour un cessez-le-feu. Bien que personne ne gagne dans une guerre, les États-Unis ont le plus à gagner : unifier davantage l'OTAN sous domination américaine, réduire la concurrence économique russe sur le marché européen de l'énergie, justifier l'augmentation du budget de guerre américain et faciliter les ventes de matériel de guerre aux vassaux de l'OTAN. . Une Europe davantage divisée entre l'UE/Royaume-Uni et la Russie ne profite qu'aux États-Unis impériaux.

Sur la base de cette évaluation de la situation actuelle en Ukraine, le Conseil de paix des États-Unis formule les demandes immédiates suivantes, par ordre de priorité et d'urgence :

1. Cessez-le-feu immédiat et envoi d'aide humanitaire à l'Ukraine, y compris aux républiques indépendantes autoproclamées.

2. Reconnaissance de la neutralité de l'Ukraine.

3. Retrait des militaires étrangers, des armes et de l'équipement – ​​y compris des mercenaires – d'Ukraine.

4. Reprise des négociations pour un règlement permanent des conflits internes en Ukraine avec la participation de toutes les parties concernées.

Conseil de paix américain
Le 24 mars 2022

SOURCE :

 

Commenter cet article