Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

L’organisme gouvernemental France Stratégie est chargé de la publication d’études visant à éclairer le gouvernement dans ses choix concernant l’action publique. Il a quelques jours, le rapport intitulé « Les métiers en 2030 » soulignait les besoins de 700 000 emplois supplémentaires dans le domaine de la santé au sens large d’ici 2030. Répartis par grand corps de métiers, il s’agit entre-autres de 110 000 infirmières et sage-femmes, 110 000 aides-soignantes, 50 000 médecins, 50 000 autres paramédicaux, auxquels s’ajoutent 100 000 emplois pour l’aide à domicile.

Qu’on se comprenne bien, il s’agit de postes en plus de l’existant ! Il faut donc ajouter à ce chiffre le remplacement des départs en retraite. Or aujourd’hui de nombreux postes budgétés, notamment d’infirmières et d’aides-soignantes sont vacants faute de candidates. Par ailleurs, nous assistons à un nombre important d’abandons de ces métiers : pour exemple, 150 000 à 200 000 infirmières diplômées en âge de travailler n’exercent plus leurs fonctions.

En ce qui concerne les médecins, nous ne pouvons que constater les mensonges du gouvernement concernant la fin du numerus clausus. Le nombre d’étudiants en 2021 qui seront les médecins de 2030 est d’environ 10 000, soit le même chiffre qu’en 1975. A cela s’ajoute l’épisode rocambolesque du projet d’ouverture d’une annexe de la faculté de médecine de Zagreb à Orléans face au refus du gouvernement d’ouvrir une filière universitaire française réclamée depuis plus de 20 ans.

En ce qui concerne les infirmières, le nombre de place dans les instituts de formation a augmenté ces dernières années et atteindra 36 000 pour la rentrée 2022-2023 mais, phénomène nouveau ces dernières années, le taux d’abandon des études qui était très faible avant la mise en place de Parcoursup est aujourd’hui important. L’utilisation des étudiants en santé comme main d’œuvre de suppléance lors des différentes vagues de l’épidémie de COVID a amplifié cette fuite, du fait du manque d’encadrement et des conditions de travail dégradées.

Nous voyons donc qu’il est urgent que le gouvernement réponde aux revendications des personnels posées avec force depuis 2019 et auxquelles il n’a pas répondu. Il est réclamé un grand plan emploi-formation intégrant des mesures incitatives fortes, comme notamment des contrats d’études permettant d’être rémunéré dès l’entrée dans le cursus avec une pré-affectation dans une zone géographique définie.

L’urgence est également de revaloriser les rémunérations bien au-delà de ce qui a été proposé par le Ségur de la santé. Il est aussi indispensable de prendre en compte la pénibilité de l’ensemble de ces métiers, liée notamment aux horaires décalés. Les propositions sont sur la table : les 32 h sur 4 jours pour pouvoir bénéficier de trois jours de repos par semaine et une bonification de 5 ans pour obtenir une retraite à taux plein. Tout reste à faire !

Docteur Christophe Prudhomme

Praticien hospitalier -SAMU 93

Sur sa page Facebook :

 

Commenter cet article