Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

image d 'illustration

C’était un moment inhabituel au Parlement européen. Même derrière un écran le président ukrainien a réussi mardi à émouvoir l’hémicycle. Assis à une table en tenue militaire, Volodymyr Zelensky appelait les 27 à montrer leur soutien à son pays envahi par la Russie. Il demandait aussi au Parlement d'accorder le statut de candidat à Kyiv.

Son intervention a entrainé plusieurs ovations des élus qui arboraient les couleurs de l’Ukraine : le bleu et le jaune. Après son discours et un débat avec les différents responsables, les parlementaires se sont prononcés à une très large majorité, 637 en faveur, pour réclamer la fin de la guerre et pour condamner l’invasion déclenchée par le président russe Vladimir Poutine.

MANON AUBRY (France Insoumise) A, IN FINE, APPROUVE LE TEXTE LA DÉCLARATION

La co-présidente du groupe, la Française Manon Aubry, a soutenu la résolution. Elle explique à Euronews que six amendements ont "considérablement amélioré le texte", notamment en ajoutant l'appel à un cessez-le-feu immédiat, à une plus grande implication des Nations Unies et de l'OSCE et à accueillir les réfugiés. "J'ai cosigné le texte initial et voté le texte final en tant que co-présidente du groupe car je voulais envoyer un message politique clair dénonçant l'agression irresponsable de Poutine et pour soutenir le peuple ukrainien", ajoute-t-elle.

"D'autres délégations ont décidé de s'abstenir ou de voter contre le texte parce qu'elles voulaient insister sur le risque d'une guerre mondiale sur le continent si l'UE entre dans le cercle vicieux de l'escalade militaire", poursuit Manon Aubry.

Toutefois il ne s'agissait pas de la position prise par l’ensemble de la Gauche unie (GUE), et 13 élus ont décidé de s’opposer à cette résolution non contraignante.

Parmi eux Mick Wallace (GUE, membre du Parti irlandais des Indépendants pour le changement, circonscription de Wexford).

L’élu de gauche radicale précise à Euronews qu’une "grande partie de la résolution est importante et nécessaire". L’Irlandais ajoute que le texte "condamne à juste titre l'agression russe et appelle à un soutien humanitaire pour l'Ukraine et les réfugiés ukrainiens. Ce sont des termes que nous soutenons de tout cœur."

Mais une grande partie de la résolution ne convient pas aux yeux de Mick Wallace comme l’appel au renforcement de la présence militaire de l'OTAN ou l’augmentation des dépenses en matière de défense ou encore le remplacement du pétrole russe par du pétrole américain extrait par fracturation hydraulique.

NE PAS ENTRER DANS LE CERCLE DE L'ESCALADE

"Nous avons cherché à retirer ces éléments de la résolution, mais la majorité du Parlement européen a voté pour les conserver. On nous demande maintenant de voter sur le texte dans son ensemble, qui inclut ces dispositions. Nous sommes opposés à la guerre, et nous sommes opposés à cette résolution", explique Mick Wallace.

Six autres membres de la gauche radicale:

- Clare Daly, Parti irlandais des Indépendants pour le changement ;

- Özlem Demirel, Die Linke ;

- Sandra Pereira, Parti communiste portugais ;

- João Pimenta Lopes, Parti communiste portugais ;

-Martin Schirdewan, Die Linke ;

- Miguel Urban Crespo, Anticapitalistas ;

ont également voté contre :

Pour l’Irlandaise Clare Daly (députée du Parti irlandais des "Indépendants pour le changement", circonscription de Dublin) ce document "ne fera qu'aggraver la situation" car il appelle à augmenter la fourniture d'armes à l'Ukraine.

"Il est vraiment regrettable que l'OTAN, les Etats-Unis et l'UE ne soutiennent pas l'idée d'un accord de paix négocié au niveau international. C'est la seule solution. Ironiquement, il n’y a que les Chinois qui mettent cette idée en avant maintenant, mais c'est la seule solution."

"La seule façon de mettre fin au conflit est de recourir aux pourparlers de paix et à la négociation. Envoyer davantage d'armes dans la situation ne fait que mettre de l'huile sur le feu", a déclaré à Euronews Clare Daly.

L'eurodéputée allemande Özlem Demirel (élue de Die Linke) accuse la présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, d'utiliser cette situation pour faire avancer un agenda plus large : transformer l'UE "en une union militaire tangible et puissante." "Je pense qu'il est cynique d'abuser de la souffrance des Ukrainiens pour quelque chose comme ça. Les peuples d'Ukraine, d'Europe et du monde veulent vivre dans la paix et la sécurité sociale", insiste Özlem Demirel.

Miguel Urban Crespo (Anticapitalistas) précise que s’il "condamne totalement l'invasion de l'Ukraine par Poutine", la résolution ne fait qu'aggraver la situation. "Face à deux géants qui mettent sur la table de plus en plus d'armes, de missiles et qui commencent à menacer avec des armes nucléaires, la seule issue est d'exiger de prendre toutes les voies de la paix. Sinon, cela ne mènera qu'à la mort et à la destruction" explique-t-il.

C’est par l’intermédiaire d’un porte-parole de la délégation allemande Die Linke que Martin Schirdewan s’est expliqué. La formation condamne l’invasion de la Russie car c’est une "violation flagrante du droit international", mais elle s’oppose à l'envoi d'armes à l'Ukraine.

"La livraison prévue d'équipements létaux à l'armée ukrainienne pour un montant de 450 millions d'euros signifie en fin de compte la rupture définitive avec la position commune des directives de l'UE sur les exportations d'armes, qui interdisent les exportations d'armes vers les zones de guerre et de crise. Ces exportations d'armes constituent une violation du tabou de la politique étrangère européenne", justifie Martin Schirdewan.

UNE GUERRE IMPÉRIALISTE

Certains opposants à la résolution développent un autre argumentaire.

Dans une déclaration, les eurodéputés Kostas Papadakis et Lefteris Nikolaou-Alavanos (non-inscrits mais élus du KKE) précisent que le Parti communiste grec (KKE) condamne "la guerre impérialiste qui est le résultat de la compétition impérialiste pour les sphères d'influence et les ressources productrices de richesses". Mais le texte prend "la direction dangereuse de l'escalade de la compétition impérialiste avec des équipements militaires et des sanctions de l'UE et de l'OTAN", ajoutent-ils.

Par Orlando Crowcroft et Euronews le 4 mars 2022

SOURCE :

 

Commenter cet article