Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

La société russe se concentre désormais sur les sanctions américaines et européennes contre la Russie dans le cadre de l’opération visant à libérer l’Ukraine du nazisme banderiste. Bien entendu, les sanctions sont sensibles, car elles affectent un large éventail de liens économiques, politiques, culturels et autres avec les États-Unis et l’UE.
 

Service de presse du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie.
2 mars 2022

Cependant, il serait catégoriquement faux de dire que le monde entier condamne la Russie. L’attitude de la communauté mondiale face à la tentative occidentale d’imposer un boycott à la Russie est désormais très claire. Il est important pour nous de savoir non seulement qui est en faveur des sanctions, mais aussi qui est contre.

Parmi ceux qui s’opposent à un boycott de notre pays, on trouve principalement les pays du BRICS : Brésil, Inde, Chine et Afrique du Sud. Cela représente 43 % de la population mondiale. La Chine est la première économie du monde en termes de PIB, l’Inde est la troisième. La quasi-totalité de l’Asie ne veut pas se ranger du côté des États-Unis. La seule exception est le Japon, avec des troupes d’occupation américaines sur son territoire.

Les principaux pays du Moyen-Orient, le Pakistan, l’Iran et même la Turquie, ne sont pas satisfaits du boycott que l’Amérique impose à tous. Les pays arabes du Moyen-Orient, y compris ceux qui sont très amicaux avec les États-Unis, ont déclaré leur neutralité. Les Émirats arabes unis se sont abstenus au Conseil de sécurité des Nations unies lors du vote d’une résolution condamnant la Russie.

L’Amérique latine, qui a le plus souffert de l’impérialisme américain, ne soutient pas les sanctions. Et ce ne sont pas seulement nos amis et alliés de longue date – Cuba, le Venezuela, le Nicaragua – mais aussi les pays les plus grands et les plus influents : le Brésil, l’Argentine, le Mexique. En Afrique, le principal pays, l’Afrique du Sud, est contre les sanctions. Et où est la large condamnation internationale de la Russie ici ?

De nombreux pays qui faisaient autrefois partie de l’URSS sont également sensibles à la situation. Même les dirigeants de la Géorgie, apparemment hostile, n’ont pas accepté les sanctions et le soutien militaire aux Banderistes, affirmant qu’ils n’étaient pas des ennemis de leur propre économie. Les États baltes pragmatiques – la Lituanie, la Lettonie et l’Estonie – qui vivent de l’aide de l’UE et agissent aux ordres de Washington, devraient eux aussi réfléchir depuis longtemps à leurs véritables intérêts et à leurs marchés historiques, qui ne se trouvent pas à l’ouest, mais à l’est. La Pologne et les autres pays d’Europe de l’Est devraient également y réfléchir.

Seuls les Européens, dupés par leur propre propagande et obéissant aveuglément aux ordres de Washington, s’obstinent à ne pas vouloir comprendre qu’ils se font du mal en premier lieu. Ils tirent d’énormes profits des relations commerciales et économiques avec la Russie. Et maintenant, ils s’en détournent, s’infligeant un énorme préjudice économique, qui atteint déjà 250 milliards de dollars.

Tout le monde n’est pas aussi unanime en Europe non plus. La Serbie a pris une position ferme sur la poursuite de la coopération avec la Russie. Au Bundestag allemand, les voix du bon sens se font entendre. Après tout, l’Europe est un perdant net. Le seul gagnant est les États-Unis, qui frappent non seulement la Russie, mais aussi leur rival économique de longue date, l’Union européenne. Je crois que cette simple vérité va bientôt venir à l’esprit des politiciens européens.

Dans le contexte des sanctions occidentales, notre pays doit enfin prendre des mesures énergiques pour mettre fin au cours néfaste de la dépendance économique à l’égard de l’exportation de ressources énergétiques vers l’Occident et de l’importation de produits industriels en Russie. Nous devons reconstruire notre propre industrie manufacturière, que la cinquième colonne américaine dirigée par Eltsine, Tchoubaïs et Gaïdar a détruite pendant des années. L’URSS était la première économie du monde. Il n’y a aucune raison pour que nous ne puissions pas redevenir un pays prospère, indépendant des aventures de l’OTAN.

Dans les circonstances actuelles, un changement décisif du cours socio-économique est nécessaire dans l’intérêt de la nation tout entière et du renouveau de notre puissance. Le programme du KPRF “Dix étapes pour une vie décente” contient des propositions très concrètes à cette fin. Nous pensons que l’utilisation des idées du socialisme, fondées sur la vaste expérience soviétique, permettra à la Russie de surmonter avec succès les sanctions les plus sévères.

SOURCE :

Commenter cet article